Annexe n° 1 Synthèse de Jean Louis VARINOT : « Sélune au Long Cour n°4 septembre 2014 »

Publié le 8 Octobre 2014

Annexe n° 1 Synthèse de Jean Louis VARINOT : « Sélune au Long Cour n°4 septembre 2014 »

Bonjour a tous,

Mes critiques, mon point de vue et la confirmation de SEPIA

D’emblée on peut remarquer comment nos adversaires excellent dans le bourrage de crane, même constance dans l’esquive, l’inexactitude, les promesses alléchantes

Avec des propos ridicules ils nous font une théorie sur l’écrêtement , comme si la crue tombait du ciel sans prévenir, Une analyse des dernières crues débordantes, jugées nulles, qui se sont déroulées conformément au cahier des charges ancien ou l’exploitation était axée sur laproduction d’électricité ( page 8) , le dernier paragraphe de l’article d’Aurélie Joué (page10) qui semble ne pas savoir qu’entre St Hilaire et Ducey il n’y a que deux lacs et 2 ou 3 Km de rivière et qui exclue tout du bassin en amont ou l’avancée des précipitations est plutôt réduite

Plutôt que de raconter des balivernes ces gens là feraient mieux de s’inspirer et de s’en tenir au contenu de l’expertise réalisée par le bureau d’études SEPIA , commandée par eux BS2A payée par le contribuable, qui est la pièce maitresse de l’étude pour l’arasement et qui nous confirme dans une approche simplifiée de l’écrêtement des crues que « le pourcentage d’écrêtement du débit de pointe est très satisfaisant : 62% pour une crue biennale et 31% pour une crue centennale . Au final le barrage de Vezins possède une réelle capacité d’écrêtement des crues pour l’aval » Ces précieux renseignements confirment bien dans quel esprit nos adversaires traitent le sujet pour arriver a leurs fins

Chacun sait que la définition de crue est le moment ou généralement la rivière sort de son lit, pour la Sélune il correspond a un débit de30M3/s, celui dont on parle dans le cahier des charges .

Sans risque de se tromper on peut dire que tous les barrages spécialement prévus pour des régulations, des écrêtements ou des retenues d’eau attendent l’arrivée de la crue avec une capacité d’emmagasinage opérationnelle optimale

Le barrage de Vezins peut jouer ce même rôle bien que sa capacité d’emmagasinage optimale n’est pas disponible en permanence mais il a l’exceptionnelle particularité de pouvoir s’en approcher avec une anticipation, non dommageable, de la crue sur une surface non construite

Avec le débit de la rivière a l’instant T ,la pluviométrie des jours précédents, et celle annonciatrice d’une crue importante nous pouvons anticiper un débit de 30 a 80M3/S non dommageable , le temps ou cette anticipation est bénéfique reste variable et correspond au cheminement de l’eau du bassin versant de la source a son arrivée dans le lac ( ce n’est pas 7 ou8 heures) .En une journée il est possible d’évacuer, en anticipation , plusieurs millions de M3 qui avec l’abaissement de deux mètres de sécurité prévus pour St Hilaire le niveau minimum de marnage peut être atteint

Avec de nombreux relevés pluviométriques et de débits en différents points du bassin versant, aidés des prévisions météo il est possible d’utiliser au mieux ce volume d’emmagasinage avec un écrêtement de la crue

Le volume de marnage a été déterminé à 7 500 000 M3 ce qui correspond à un niveau minimum limite pour un bon rendement des groupes

Il est cependant bien entendu que nous pouvons, sans risques pour les groupes, descendre a une cote inferieure, c’est d’ailleurs ce que l’on fait en direction d’une vidange ou la rentabilité ne compte plus

Pour optimaliser cette opération d’écrêtement des crues il me parait nécessaire de procéder a un désenvasement en queue de retenue de Vezins ce qui permettrait d’utiliser les deux mètres de sécurité au bénéfice de Ducey

Amitié a tous

J-L VARINOT

Annexe n° 1 Synthèse de Jean Louis VARINOT : « Sélune au Long Cour n°4 septembre 2014 »
Annexe n° 1 Synthèse de Jean Louis VARINOT : « Sélune au Long Cour n°4 septembre 2014 »

Rédigé par jojo

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article