Transition énergétique : Le regard de Guénhaël Huet, Député

Publié le 23 Juin 2015

Transition énergétique : Le regard de Guénhaël Huet, Député

Quelle Energie a interviewé pour vous Guénhaël Huet, Député « Les Républicains », au sujet du projet de loi sur la transition énergétique pour la croissance verte. Une loi opportune pour le député de la Manche, qui regrette toutefois l’absence d’étude d’impact concernant la diminution de la part du nucléaire, et espère éviter certaines incohérences, comme la destruction de barrages alors que l’on promeut par ailleurs les énergies renouvelables.

RÉALISEZ DES ÉCONOMIES D’ÉNERGIE

Quels sont les principaux enjeux de ce projet de loi, quelle nécessité ?

L’opportunité du projet de loi n’est pas discutable, la conférence sur le climat aura lieu à Paris en fin d’année, et proposer une loi sur la transition énergétique et la croissance verte me semble opportun. Il y a un certain nombre de points dans le texte qui sont dans la continuité d’une tendance déjà existante, notamment un rééquilibrage de la production énergétique française avec une réduction de la part du nucléaire et une augmentation corrélative des énergies renouvelables. C’est un objectif qui figurait déjà dans le Grenelle de l’environnement en 2007-2008, on ne peut pas y être totalement opposé. Ce qui touche à la performance énergétique des bâtiments et au développement des transports publics était également présent au Grenelle. Et puis il y a eu cette innovation, que je trouve très intéressante sur la lutte contre le gaspillage alimentaire. Le lien, même s’il n’est pas direct, existe, c’est une bonne disposition.

Retrouvez en vidéo les interviews exclusives de Philippe Plisson, député socialiste de la Gironde, Jean-Pierre Gorges, député Républicain de l’Eure-et-Loir, et Bertrand Pancher, député UDI de la Meuse, qui vous livrent leur avis très différents sur ce projet de loi.

Y’a t-il des dispositions qui vous déçoivent ?

L’une des dispositions clé du projet de loi est la part des différentes sources d’énergie dans la production électrique française. L’objectif du gouvernement est de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50 % en 2025 contre 75 % aujourd’hui. Je suis plutôt d’accord sur le fait qu’il faille augmenter la part des énergies renouvelables dans la production énergétique française. Mais je crois que le dossier à été traité de manière trop rapide, passer de 75 % à 50 % d’énergie nucléaire en 10 ans sans en mesurer totalement les conséquences en terme de fermetures de centrales et d’emploi ne semble pas très judicieux. Je suis assez d’accord sur l’objectif, mais tout cela aurait dû être accompagné d’une étude d’impact assez précise, cela n’a pas été le cas. C’est une affaire de beaucoup plus long terme, on ne peut pas passer de 75 % à 50 % en 10 ans.

Quels moyens pour atteindre les objectifs fixés ?

La loi en tant que telle ne donne pas de moyens, ce sont les lois de finance successives qui devront être cohérentes. Il faut y intégrer des dispositifs fiscaux, sinon la loi n’aura pas servi à grand-chose. Il est bien de poser un principe, mais encore faut-il en faire une réalité financière et budgétaire. Ce sont les différentes lois de finance qui le permettront. C’est valable pour le bâtiment, mais aussi pour les transports, qui sont deux thèmes qui peuvent être traités de façon transpartisane sans grande difficulté.

La loi permettra t-elle d’exploiter les principaux gisements d’économies d’énergie ?

Il y a quand-même des dispositions assez utiles dans la loi, notamment tout ce qui concerne la performance énergétique des bâtiments. Moins on consomme d’énergie mieux c’est. Il y a un ensemble de dispositions qui concernent les particuliers, mais aussi les collectivités locales, qui vont dans le bon sens.

Vous voulez améliorer la performance énergétique de votre logement ? Grâce ausimulateur gratuit Quelle Energie découvrez les solution les plus avantageuses pour vous.

RÉALISEZ DES ÉCONOMIES D’ÉNERGIE

Y’a t-il un point particulier sur lequel vous souhaitez mettre l’accent ?

Je souhaite en profiter pour plaider pour le maintien des barrages hydrauliques. Il y a un mouvement qui, au nom de certaines directives européennes, viserait à supprimer certains barrages. C’est assez contradictoire. J’ai l’exemple précis dans le Sud de la Manche, à proximité de la baie du Mont-Saint-Michel, des barrages de la Sélune, que l’ancien gouvernement souhaite supprimer. Je veux d’ailleurs rendre hommage à Madame Royal, puisque c’est le seul Ministre de l’environnement qui ait accepté de nous écouter et qui disait au mois de Décembre dernier que l’arasement des barrages de la Sélune n’est pas forcément une nécessité. Elle a commandé une mission d’expertise confiée à trois ingénieurs. La décision devrait être prise bientôt. Mais on ne peut pas à la fois augmenter la part des énergies renouvelables qui sont des énergies propres et délocalisées, et supprimer des barrages dans le même temps.

On en parle dans cet article

Les économies d’énergie

Quelle Energie, c’est le guide de référence des économies d’énergie dans votre logement : fiches produit détaillées, économies locales, aides et subventions, démarches etc.

Vos réactions

18 juin

Bonjour,

il y a plus de 200 000 petits sites aménageables en pico-centrales de 10 KW y compris de nombreux moulins qui ne demandent qu’a être restaurés, cela représente un potentiel d’énergie équivalent à plusieurs centrales nucléaires.
Cette énergie est la plus écologique et la plus propre des ENR.
Malheureusement la loi sur l’eau préconise de détruire les seuils de moulins, ce qui est ridicule et aura pour conséquence un bouleversement écologique des cours d’eau !
Les moulins ne sont en rien coupables de la pollution des cours d’eau bien au contraire le passage de l’eau dans les turbines est bénéfique pour la vie aquatique étant donné l’apport d’oxygène.
Il faut réhabiliter l’énergie fournie par la force de l’eau, il y a vraiment trop de contraintes pour ceux qui ont des petits projets d’auto-consommation, pourtant ces projet seraient un apport considérable pour économiser l’énergie.

18 juin

@KW12 : Merci de votre commentaire. Effectivement, l’hydroélectricité est une énergie propre et renouvelable si elle est bien gérée. De plus, elle est constante, ce qui est un très gros avantage. Le déploiement de micro-sites semble donc une piste intéressante.

Rédigé par jojo

Repost 0
Commenter cet article