Lettre ouverte à Madame Ségolène Royal Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie

Publié le 13 Août 2015

Bernard Pinel

Chevalier de la légion d’honneur

Conseillé général et Maire Honoraire

Lettre ouverte à Madame Ségolène Royal Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie

Grande Arche

Tour Pascal A et B

92055 PARIS LA DEFENSE Cedex

 

Copie :

Presse locale : Ouest France, Manche Libre et Gazette,

Presse nationale : Le Figaro

Objet : Projet d’arasement des barrages du sud Manche

 

Isigny le : 12 Août 2015

 

 

Madame la Ministre,

 

Ces périodes de plus en plus inquiétantes pour la disponibilité de l’eau, accroissent nos craintes, nos réflexions, nos incompréhensions de voir se poursuivre dans les faits, cet incohérent projet d’arasement de nos barrages.  Cela, en contradiction avec vos dispositions inchangées, suite à votre venue le 4 décembre 2014 à la Mazure.

 

Impossible pour nous de faire l’économie de cette nouvelle démarche citoyenne.

 

Vezins - La Roche qui Boit, à la veille d’un « délit » de privation d’un bien universel, l’eau

 

Les pollutions des rivières et des nappes phréatiques, les glaciers qui fondent, les sécheresses et incendies qui se multiplient, le pessimisme des prévisionnistes climatiques, autant de sonnettes d’alarmes en direction de chaque responsable, pour qu’il prenne des dispositions, où qu’il soit, face à une inéluctable raréfaction de l’eau.

 

Quelques rappels concrets sur la situation du moment, en France :

 

1) Début août 2015, une sécheresse sévit sur 70 départements, placés en alerte. Ceci inquiète les populations et particulièrement le monde agricole pour le rendement des cultures.

 

2) A SIVENS dans le Tarn, les agriculteurs veulent la CONSTRUCTION d’un Barrage, afin qu’ils puissent disposer d’une réserve d’eau (capacité prévue, 1 500 000 m3).

 

3) La prévoyante Bretagne, forte d’avoir su préserver ses barrages et leurs précieux réservoirs d’eau, est pourtant inquiète :

Des travaux de maintenance programmés sur le barrage de Guerlédan, ont obligé EDF à assécher provisoirement le lac, d’avril à octobre 2015. L’indisponibilité de cette réserve en eau, cumulée à la période de sécheresse, engendre un risque pour l’approvisionnement en eau potable.

C’est vers leur barrage d’ARZAL et sa réserve (situés sur la Vilaine) qu’ils vont provisoirement se tourner pour assurer leur précieuse fourniture.

En effet, près de 50 % de leur approvisionnement en eau potable est pris dans le Blavet, en aval du Barrage de Guerlédan. Ce sont les millions de m3 du lac qui servent à maintenir le débit de la rivière.

 

Important : Même procédé sur notre Sélune qui alimente l’usine de la Gauberdière. Sa prise en eau se situe au « pont du bateau » près de Ducey, en aval de la Roche Qui boit. En période d’étiage, ce sont les retenues des 2 barrages qui sécurisent le débit minimum de la Sélune.

 

 

 

« La croix Sandrine 50540 ISIGNY-LE-BUAT »  Téléphone fixe :  02 33 68 19 34 – Portable : 06 07 53 59 20

 

 

4) Mme Nathalie Appéré maire de Rennes (et députée d’Ille et Vilaine) dont la collectivité en Eau du bassin Rennais vient de garantir ses besoins en rachetant à EDF, le barrage de Rophemel, s’inquiète de la possible disparition de nos réserves, si proches voisines. Dans un courrier daté du 26 mars 2015, elle lance un appel à la réflexion, avant d’éliminer nos barrages. Elle conclut ainsi :

« Ce stock d’eau douce de 20 000 000 de m3 situé dans une région bocagère relativement préservée représente donc une richesse potentielle qui ne saura être rétablie, le jour venu »

 

5) Enfin, plusieurs autres élus Bretons (Gilles Lurton député région de St Malo, Claude Renoult, maire de cette ville ; Les conseillers généraux de Dinard, de Dol ; Les maires de Dinard, St Lunaires, Cherrueix etc..) ont montré leur intérêt et paraphé leur soutien, à la préservation de ces réserves d’eau.

 

Ces constats alarmants, ces déclarations dignes du plus grand intérêt, sont restés sans effets !

Les élus en responsabilité des sites concernés, ont sans hésitation, privilégié les « appâts » traditionnels, sans respecter la population en désaccord avec le bilan : coûts / utilités, de ces arasements. Sans écoute des citoyens, incrédules aux promesses de vallée « miracle » sorties d’un cabinet au nom provocateur de « Maitres du rêve »

 

Non seulement pressés de ne rien faire contre le projet, des agissements « politico-tacticiens » ont été conduits avant la consultation citoyenne proposée par le président de la CC Avranches (et député) Guénhaël HUET.

Sous l’action des plus craintifs à la réussite de ce référendum, des élus d’abord favorables, ont accepté de changer d’avis, sous anesthésie d’un vote à bulletin secret, antidouleur de l’effet « girouette » indésirable.

Grand moment de démocratie d’alcôves trop souvent répété, venu anéantir vos propres efforts d’écoute prouvés, lors de votre visite à la Mazure et confirmés par vos conseils initiateurs de ce projet référendaire..

 

 A contre-courant (sans jeu de mot) des décisions exemplaires qui s’imposent à tout responsable normalement constitué, sur cette planète, cette irresponsabilité et (ou) inconscience, ne sont pas admissibles.

Une fois élu, il y a des devoirs auxquels on ne peut se soustraire. La disponibilité de L’eau pour tous et à long terme, en est un !

Cautionner l’élimination de ces réserves en eau de la Sélune, à l’instant même où elles s’avèrent être, le plus INDISPENSABLES, constitue pour un élu, un manquement au premier de ses devoirs.

 

De quoi révolter les citoyens quand pour justifier ce désastre, par ailleurs coûteux, inutile et dangereux, on avance le prétexte officiel, futile, car très incertain « la libre circulation des poissons migrateurs » (*). Même si on y ajoute parfois pour faire plus vrai (mais toujours coûteux) un encore plus improbable aménagement d’une Vallée qui n’existe que dans les rêves, sauf au niveau de la facture finale !

 

Vous souhaitant bonne réception de la présente, nous vous renouvelons nos meilleurs souvenirs de votre déplacement à Vezins, tout en vous adressant, madame la Ministre, nos respectueuses salutations..

 

 

Des Citoyens solidaires des 2 Barrages de la Sélune

 

Bernard Pinel ex conseillé général et maire honoraire d’Isigny le Buat,

Jean-Louis Varinot ex ingénieur EDF

Jocelyne Belloir élue adjointe au maire de Ducey

Louis Gontier et Yvonnic Fauchon sympatisans actifs 

 

 

(*) Evolution prises de Saumon dans le Finistère (source FR3 les gens de la mer du 30/11/2013 16h15) :

Année 1969 : 1200 prises

Année 1981 : 500 prises

Année 2010 : 22 prises

 

 

 

 

 

 

« La croix Sandrine 50540 ISIGNY-LE-BUAT »  Téléphone fixe :  02 33 68 19 34 – Portable : 06 07 53 59 20

Rédigé par jojo

Repost 0
Commenter cet article

philippe vesseron 14/08/2015 16:13

Paris, le 14 août 2015

à M. Bernard Pinel, Mme Jocelyne Belloir, MM. Jean-Louis Varinot, Louis Gontier et Yvonnic Fauchon
Je voudrais dire tout de suite que j’ai beaucoup apprécié votre initiative d’adresser le 12 août une lettre ouverte à Mme Ségolène Royal. Je trouve en particulier que votre réflexion réagit bien à l’actualité de la sécheresse, problème plus durable qu’on ne dit généralement.
On oublie souvent aussi, hélas, l’importance de corriger rapidement les écarts économiques que nous enregistrons depuis le début de la Grande Récession, en particulier parce que nous trouvons moins que d’autres pays (européens ou non) les moyens de fabriquer de la compétitivité et de l’emploi pour les jeunes. Ici, il y aurait beaucoup de risques à laisser se répandre l’image de gâchis que laisserait une décision de destruction des lacs et barrages de la Sélune dont les justifications ne seraient pas acceptées comme pertinentes aujourd’hui pour le territoire, en particulier compte tenu de l’image inverse donnée par la mobilisation des acteurs bretons pour défendre et valoriser les atouts du lac de Guerlédan.
On voit bien que la réflexion exprimée à plusieurs reprises depuis le 4 décembre dernier par la Ministre se heurte à chaque étape à des réticences plus ou moins obliques voire même à l’opposition frontale de ceux qui pensaient que tout était dit depuis 2009. Il va donc falloir pas à pas permettre à chacun de faire son jugement et démêler le vrai du faux, dans chacune des dimensions du dossier. Le délai permis par le report des décisions à 2018 peut être une opportunité intelligente si tous les acteurs jouent le jeu.
Plusieurs conditions me paraissent évidentes, à la fois pour reconstruire de la confiance et pour ne pas laisser la situation se dégrader dans l’intervalle :
- Préserver les lacs et leurs usages en rétablissant les niveaux jusqu’à l’automne 2017, avant la « vidange réglementaire » progressive maintenant prévue s’achever à l’automne 2018
- Rétablir au plus vite les budgets de maintenance des machines, l’accusation d’une « obsolescence programmée » étant insupportable
- Préparer les interventions de l’assec 2018 en suivant aussi fidèlement que possible le modèle de ce qui est fait à Guerlédan cette année
- Confirmer qu’il n’y a pas de « chantages » conditionnant des financements à l’acceptation par les acteurs de la suppression des barrages et des lacs ( soutien de l’agence de l’eau aux renforcements de l’alimentation en eau potable et de l’assainissement dans le bassin versant; engagement de celles des actions de développement de la vallée soutenues par l’Etat, la Région et le Département dont l’intérêt est indépendant du maintien ou de la suppression des lacs)
- Dire clairement comment seraient indemnisées les activités actuelles développées dans la région de la vallée, en particulier en lien avec le tourisme, si le lac devait être supprimé par exemple après les contrôles de sécurité de fin 2018.
- Organiser sur tous les sujets le partage de l’information et de l’expérience disponibles à Guerlédan, qu’il s’agisse de la situation actuelle ou des pistes pour l’avenir. La multiplication des échanges, des téléconférences, des mises à disposition de données sur l’environnement, l’économie, les activités envisageables, beaucoup d’initiatives sont certainement possibles pour contribuer à rendre possibles les évolutions nécessaires.
Vous aurez remarqué que, le 13 août, le Conseil Constitutionnel vient de valider pour l’essentiel la « loi sur la transition énergétique pour la croissance verte » : l’entrée en vigueur des articles 116 à 118 permettant le regroupement de concessions par décret en Conseil d’Etat et la création de Sociétés d’Economie Mixte Hydroélectriques devrait à mon avis appeler une reprise de la réflexion dans le cas présent.

En tout cas, pour l’immédiat, encore bravo pour l’initiative d’une lettre ouverte !

Louis Gontier 13/08/2015 10:14

Bonjour à tous,

Une intervention liée à la préoccupation d'actualité grandissante, la disponibilité de l'eau pour tous. C'est le sens de l'action complémentaire que nous avons décidé de faire encore une fois, auprès de Mme Royal.

Vous trouverez en pièce jointe, la lettre ouverte qui a été adressée ce jour à Mme la Ministre, ainsi qu'à la presse, pour publication.

Alors qu'aucunes décisions ni arrêté officiels n'ont été prononcés par la préfecture, force est de constater que des responsables, usent de leur pouvoir et poursuivent l'objectif d'arasement des barrages, au mépris des règles et des lois.

Pour s'en rendre compte, il suffit d'observer :
- Les dernières manœuvres de grues et de forages dont le contenu de la mission n'a pas été préalablement communiqué (mais quand même, parus dans la presse).
- Observer également le niveau des lacs resté à la cote hivernale, alors que nous allons aborder la fin de l'été.
- Se souvenir que le prétexte de cette baisse fut un moment, le début de vidange prévu. Depuis, un report de date à eu lieu et pour autant, le niveau des lacs est resté en dessous de la cote hivernale d'environ 70 cms. Donc 2.70 m en dessous de la cote d'exploitation normale


Malheureusement, la manifestation proposé pour le 15 Août prochain, ne pourra pas avoir lieu, mais ce n'est que partie remise !

Les sites ne doivent pas rester à l'abandon comme c'est le cas, en ce moment. Même de l'herbe à poussé sur le béton au milieu de la passerelle et n'est même pas retirée (Nous allons demander à EDF de nous autoriser à aller nettoyer !). Qu'en est-il de l'état des turbines, des vannes et du reste ???
Si ces dernières démarches restent sans effet. Si rien n'est fait dans les jours qui viennent, la mobilisation de tous sera impérative, car le seul moyen de pressions efficace !!!

Merci de prévoir votre participation en cas de besoin et en attendant, merci de transmettre ce message à vos propres contacts et connaissances.

Bien amicalement à tous


Louis Gontier