Guerlédan. Sept jours et c'est fini !

Publié le 23 Octobre 2015

Guerlédan. Sept jours et c'est fini ! 

1

 

 

image: http://www.letelegramme.fr/images/2015/10/23/les-visites-se-poursuivent-au-lac-de-guerledan-encore_2584204_613x405p.jpg?v=1

Les visites se poursuivent au lac de Guerlédan encore jusqu'à la fin du mois.
Les visites se poursuivent au lac de Guerlédan encore jusqu'à la fin du mois.

Plus qu'une semaine pour visiter la vallée lunaire de Guerlédan. Le 30 octobre, les travaux étant terminés, les vannes vont être fermées, afin que la retenue d'eau retrouve son volume d'avant mars. Il faudra toutefois attendre d'un à six mois pour qu'elle soit totalement remplie.

Le 30 octobre, la fermeture des vannes du barrage de Guerlédan signera le début de la fin de l'assec. Pour autant, avant de voir le lac se reformer, tel qu'il était en mars dernier, il faudra attendre d'un à six mois, en fonction des précipitations.

Une fois que le remplissage de la retenue d'eau sera effectif grâce au débit naturel du Blavet, la centrale hydroélectrique sera remise en service. Elle qui produit, chaque année, l'équivalent de la consommation annuelle d'une ville de 15.000 habitants.

Une maintenance simplifiée

 

Cette période d'assec et d'arrêt de la production a permis à EDF de réaliser des travaux afin de sécuriser, entretenir et moderniser l'aménagement hydroélectrique pour un budget de 4 M€.

La création d'un bâtardeau pérenne pour les conduits de vidange de fond va permettre d'assurer leur maintenance sans les vidanger à l'avenir. Figurait aussi au menu des travaux, l'entretien de la surface de la paroi habituellement immergée du barrage dont la durée avait été estimée à huit mois. De même que la rénovation de deux vannes de vidange de fond, de leur système de manoeuvre et des conduits, prévue sur six mois.

5.500 m² de paroi auscultés

 

Pour l'intervention sur la paroi, soit 5.500 m² de surface, quatre nacelles, pouvant accueillir un technicien et un conducteur, ont été utilisées. Elles ont permis de réaliser des observations visuelles, des travaux de décapage, de piquage et de reprise des enduits.

Au total, 45 entreprises sont intervenues sur ce chantier, dont la moitié originaire de Bretagne. Spécialisées dans le génie civil, les travaux en hauteur, la chaudronnerie, la peinture, la manutention... Plusieurs dizaines de salariés EDF ont également planché sur ce chantier. Lors des pics d'activité, une trentaine de personnes travaillaient en simultané.

Derniers flux de marée humaine

 

Évidemment, cette date du 30 octobre sera aussi synonyme de la fin des balades guidées proposées par l'office de tourisme. Celles-ci afficheront sans doute complet. En tout cas, l'approche de la fin de la période d'assec a entraîné une recrudescence de la fréquentation du site.

C'était le cas le 27 septembre dernier : la foule avait envahi tout le pourtour du lac de Guerlédan, les routes d'accès étaient surchargées, les parkings bondés. D'où des cas de stationnement sauvage au bord de routes souvent étroites qui ont amené les piétons, par sécurité, à traverser directement les champs où la récolte avait été faite. Certaines parcelles s'étaient même retrouvées transformées en parkings improvisés par certains conducteurs excédés.

Selon les services de l'État, environ 1,5 M de personnes se sont pressées autour de la retenue asséchée : un chiffre obtenu par extrapolation. Quant aux trois offices de tourisme (Pontivy communauté (56), Centre-Bretagne et Kreiz-Breizh) qui ont organisé des descentes payantes au fond du lac, ils ont cumulé près de 150.000 visiteurs en six mois.


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/bretagne/guerledan-sept-jours-et-c-est-fini-23-10-2015-10822683.php?xtor=EPR-3-[quotidienne]-20151023-[article]&utm_source=newsletter-quotidienne&utm_medium=e-mail&utm_campaign=newsletter-quotidienne#0GVJxtE7hzqLcd4A.99

Rédigé par jojo

Repost 0
Commenter cet article

carpofixe 25/10/2015 08:03

A ouvrages comparables de part leur production (15000 habitants) et le choix de leur implantation, à savoir le fleuve Sélune pour le barrage de Vezins et le fleuve le Blavet pour le barrage de Guerlédan, ces deux cours d'eau étant classé pour le saumon comment ne pas s'interroger sur les destins différents qui leur sont réservés dans la logique de la continuité écologique ??? Il en va de même pour les méthodes de gestion des vites techniques: Vidange et travaux de quelques mois pour Guerlédan , et 2 ans pour Vezins..... Cherchez l'erreur! Si ce n'est pas se foutre de la gueule des citoyens et avancer vers l'arasement des barrages du Sud Manche!!!! heureusement que l'hypocrisie ne tue pas!!!!!!!!!!!!