La Manche Libre, Ségolène Royal

Publié le 18 Janvier 2016

Les Amis du barrages avaient organisé une consultation populaire pendant la foire Saint-Martin.

Le 18 janvier 2016 à 09:00
Par : Hélène Leforestier

Vendredi 15 janvier, Guénhaël Huet, député du sud-Manche, très engagé dans la sauvegarde des barrages de Vezins et la Roche-qui-boit, communiquait la réponse de Ségolène Royal, ministre de l'écologie, à ses interrogations du mardi 12 janvier.

Mardi 12 janvier, le député du sud-Manche Guénhaël Huet a une nouvelle fois interrogé Ségolène Royal sur les barrages de Vezins et la Roche-qui-Boit en insistant sur leur utilité en matière de production hydroélectrique, de régulation des crues et d'alimentation en eau. Il a également rappelé l'inquiétude de la population devant l'avenir incertain des barrages. "Les habitants sont viscéralement attachés à leurs barrages. La consultation organisée par les Amis du barrage, qui a récolté 20 000 votes, affiche le résultat écrasant de 99% de votants pour le maintien des barrages" rappelle le député.

Après avoir rappelé qu'elle s'était rendue sur place (le 4 décembre 2014), la ministre a indiqué que "la destruction des barrages causerait des perturbations très importantes sur les sites concernés. Nous nous sommes engagés au niveau européen à rétablir la liberté des cours d'eau mais nous devons aussi maîtriser les risques que représenterait pour l'environnement la disparition des barrages, notamment en terme de pollution en aval. J'ai demandé que l'on détermine les perturbations auxquelles la population serait exposée en cas de destruction de ces barrages. Les riverains d'un territoire ont le droit de connaître les conséquences de décisions aussi lourdes"

Ségolène Royal avait également évoqué la possibilité d'étudier les capacités des barrages en terme de production hydroélectrique. "Il serait paradoxal, à un moment où nous développons les énergies renouvelables, d'abattre les équipements qui pourraient permettre d'en produire" soulignait la ministre. Un industriel serait potentiellement interessé par la reprise des barrages. le ministère de l'écologie va étudier ses propositions, tout en veillant aux questions de sécurité.

Rédigé par jojo

Repost 0
Commenter cet article