Compteur Gazpar. De l'eau dans le gaz !

Publié le 16 Avril 2016

Compteur Gazpar. De l'eau dans le gaz !

1
 

image: http://www.letelegramme.fr/images/2016/04/15/agnes-renee-regine-et-jerome-ont-decide-de-creer-un_2851895_602x405p.jpg?v=1

Agnès, Renée, Régine et Jérôme ont décidé de créer un collectif contre ces...
Agnès, Renée, Régine et Jérôme ont décidé de créer un collectif contre ces compteurs dits communicants.

Gazpar, Linky, Aquarius, des noms auxquels il va falloir s'habituer. Les compteurs de gaz, d'électricité et d'eau nouvelle génération sont dans le collimateur de quelques citoyens. Ils craignent pour leur vie privée.

Leurs noms ne vous sont pas encore familiers, pourtant, il va falloir s'y faire. Linky, Gazpar et Aquarius, à défaut de devenir vos meilleurs amis, vont rentrer dans la vie de chaque foyer. Les compteurs communicants sont annoncés comme étant une petite révolution. Finie l'obligation d'être présent pour les traditionnels relevés d'électricité, de gaz et d'eau, terminées les distorsions entre factures et consommations réelles. Avec ces compteurs nouvelle génération, ERDF et GRDF auront accès aux données à distance. Les opérateurs annoncent même que ces équipements, dits intelligents, devraient permettre à tout un chacun de réaliser des économies, puisque l'on pourra mieux suivre sa consommation et, en théorie, mieux la maîtriser. Soit.

Mais voilà, le discours commercial a du mal à passer chez certains. Furieux d'être placés devant le fait accompli, agacés de ne pas connaître les risques éventuels en terme de santé publique, irrités d'une éventuelle intrusion dans leur vie privée, ils sont de plus en plus nombreux à se constituer en collectif pour dire non à Linky et Gazpar. Agnès, Régine, Andrée et Jérôme font partie de ceux-là. Ils viennent de créer Stop Gazpar-Linky Saint-Brieuc.

« Pas d'information préalable »

 

Alors que le déploiement des compteurs Gazpar est en cours à Saint-Brieuc (la ville comme 17 autres communes de l'agglomération ont été choisies pour servir de test), voici que ces citoyens partent en guerre contre ces petits boîtiers. « On ne nous a pas demandé notre avis », s'insurgent ces Briochins. « Nous n'avons pas été concertés et n'avons pas eu d'information. Alors, j'ai creusé pour avoir plus d'infos ». Renée a peu goûté la méthode. Agnès non plus. La jeune femme s'est immédiatement interrogée sur les risques sur la santé. « On m'a dit que des études théoriques avaient été réalisées et qu'il n'y avait pas de risque. Ce n'est pas très convaincant ».

« C'est scandaleux »

 

Toutes communicantes qu'elles soient, ces petites bêtes transmettent leurs données via les câbles électriques. Alors que les antennes relais pour la téléphonie mobile agrègent nombre de critiques, ces nouveaux dispositifs interrogent forcément les sceptiques. Sans compter que l'ensemble des informations seront stockées dans des concentrateurs. À Saint-Brieuc, quelques-uns doivent être installés à proximité d'écoles ou de foyers logements. « C'est scandaleux », fulmine Agnès. Régine, elle, craint surtout « l'effet cocktail ». « Wi-fi, bluetooth, portables... tout cela risque de générer un électrosmog (brouillard) ».

Cheval de Troie

 

Derrière le risque sanitaire qu'ils dénoncent, ils craignent aussi pour leur vie privée. « Gazpar, c'est un vrai cheval de Troie », ponctue Agnès. « Ils seront capables de savoir quels sont les appareils connectés, leur âge et combien nous sommes par foyer », met en garde Régine qui s'inquiète également de constater que ces données pourraient être piratées par des hackers.

Quant à la gratuité promise par les opérateurs, ils n'y croient pas un seul instant. « Le coût estimé pour le déploiement de Gazpar est de 1,1 milliard d'euros pour 11 millions de compteurs. Qui va payer alors qu'ils nous disent que c'est gratuit ? ».

Réunion lundi

 

Très remontés, ils pointent aussi du doigt le personnel chargé d'installer le matériel. « Ils prennent des gens qui ont tout juste trois semaines de formation. Résultat, on assiste à certaines aberrations techniques », croit savoir Renée.

Alors qu'ils ont décidé de faire circuler une pétition, ils appellent les Briochins à venir s'informer lors d'une réunion d'échanges, lundi, à 20 h, au Cessonnais. L'ambiance pourrait bien être électrique.

stopgazparlinkysaintbrieuc@ntymail.com


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/saint-brieuc/compteur-gazpar-de-l-eau-dans-le-gaz-15-04-2016-11031363.php?xtor=EPR-3-[quotidienne]-20160415-[article]&utm_source=newsletter-quotidienne&utm_medium=e-mail&utm_campaign=newsletter-quotidienne#mRpQC5c2utUm1ie5.99

Rédigé par jojo

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article