Une réunion à l’initiative des Amis du Barrage a eu lieu le 8 Juillet au siège de la Communauté de communes d’Avranches-Mont-Saint-Michel.

Publié le 13 Juillet 2016

Une réunion à l’initiative des Amis du Barrage a eu lieu le 8 Juillet au siège de la Communauté de communes d’Avranches-Mont-Saint-Michel.
Une réunion à l’initiative des Amis du Barrage a eu lieu le 8 Juillet au siège de la Communauté de communes d’Avranches-Mont-Saint-Michel.

Bonjour,

Une réunion à linitiative des Amis du Barrage a eu lieu le 8 Juillet au siège de la Communauté de communes dAvranches-Mont-Saint-Michel.

Elle comprenait les élus des communes concernées par le devenir de la vallée de la Sélune, les responsables de Valorem et trois représentants des ADB. (John Kaniowsky, Roger Lebeurrier et Stéphane Gérard)

 

A ma demande, Guénhaël HUET avait accepté daccueillir et de présider cette réunion qui avait pour objet dapporter aux élus des précisions sur lavancement et lélaboration du projet de maintien en activité des installations de Vezins et la Roche Qui Boit porté par VALOREM.

Le Député a rappelé que le Préfet de la Manche avait confirmé que les opérations de vidange de la retenue de Vezins se feraient bien telles quelles sont décrites dans son arrêté du 3 Mars. Vidange et seulement vidange, « nen déplaise à certains ».

Létat de louvrage sera contrôlé au fur et à mesure de labaissement du niveau jusquà lassec complet prévu en Juillet 2018. Une visite de sûreté sera alors effectuée et la décision finale darasement ou de maintien sera enfin prise par les Pouvoirs publics, probablement à lautomne 2018.

Les barrages de Vezins et de La Roche-Qui-Boit sont indissociables. Si LEtat décide dattribuer une nouvelle concession, elle concernera les deux ouvrages. Les charges dentretien des installations et des vidanges réglementaires revenant au seul concessionnaire.

 

En tout état de cause et selon plusieurs experts, ce genre douvrage est conçu pour résister suffisamment longtemps pour permettre que leur exploitation se poursuive encore pendant plusieurs décennies.

Après avoir évoqué les contraintes techniques imposées par le Ministère de lEnvironnement, le responsable « hydroélectricité » de Valorem a indiqué que lexploitation des installations actuelles était devenue quasiment déficitaire et quil convenait dapporter des modifications importantes pour en augmenter sensiblement la production et la rentabilité. Construction dune STEP (Station de Transfert dEnergie par Pompage), turbinage du débit réservé, ajout dun groupe de 500kW, rénovations diverses figurent donc dans ce projet ambitieux de modernisation.

 

Pour ce qui est du franchissement piscicole, la solution envisagée consiste à « court-circuiter » les lacs en installant un dispositif de capture et de transport pour la montaison et la dévalaison, inspiré du système MI.GA.DO qui fonctionne avec succès depuis 1999 sur la Garonne et déjà partiellement validé par les services du Ministère.

Un dispositif de collecte de sédiments sera mis en place au niveau du système de capture pour la dévalaison. Ceci dans le but de limiter le taux de sédimentation, notamment pour réduire les risques et les coûts des futures opérations de vidange.

Leutrophisation et lapparition dorganismes potentiellement toxiques ont également été évoquées. Le fonctionnement de la STEP devrait améliorer loxygénation des retenues, limitant sensiblement ce phénomène et la naissance de cyanobactéries. Dautres systèmes doxygénation sont aussi possibles. Mais cest surtout en diminuant notablement les apports en éléments phosphorés sur lensemble du bassin versant que la lutte se révèlera efficace, y compris pour la Baie du Mont-Saint-Michel.

Laspect financier de lopération na pas été passé sous silence, bien au contraire. Tout en sachant que lEtat réaliserait une économie dune soixantaine de millions deuros en permettant la poursuite de lactivité, les collectivités pourraient envisager des recettes fiscales, locatives ou autres. Elles pourraient aussi se voir céder une partie du capital une fois lexploitation relancée et redevenue rentable. Le responsable de la société VALOREM pour ces questions a détaillé toutes les formes juridiques de participation légalement possibles, y compris pour des particuliers riverains. Il a toutefois précisé aux élus que la participation dune ou de plusieurs collectivités nétait nullement obligatoire et que la décision leur appartiendrait le moment venu.

Il sagit bien dun projet global de territoire.

VALOREM étudie dautres pistes de production dénergie renouvelable dans le Sud Manche. Il est aussi question de favoriser le tourisme sur et autour des lacs.

La notion de partage a également été évoquée par Erick GOUPIL qui a insisté sur la nécessité de développer dautres activités que la pêche : épreuves sportives, ski nautique, courses de bateaux Propositions qui font lunanimité. Cela va sans dire, mais ça va mieux en le disant.

Sil en était besoin et pour mieux montrer que lexploitation des barrages de la Sélune fait des envieux, deux autres candidats potentiels se sont déjà fait connaître.

La société VALOREM est officiellement candidate et porte le maillot jaune avec plusieurs longueurs davance et une détermination affichée.

Jen profite pour vous rappeler que notre fête annuelle aura lieu le 4 Septembre au Petit Bois de Vezins et pour vous indiquer que notre Assemblée générale ordinaire se tiendra le 27 Octobre à 20H30, salle de lEspace culturel à Isigny-le-Buat.

Bien cordialement,

 

John KANIOWSKY

Rédigé par jojo

Repost 0
Commenter cet article