Le barrage de Marèges démarre sa vidange décennale

Publié le 17 Août 2016

Hydroélectricité

Le barrage de Marèges démarre sa vidange décennale

le 11/08/2016

 
 
 
 
 

Le barrage de Marèges sur la Dordogne démarre sa vidange décennale. Une opération réglementaire non dénuée de risques environnementaux.

Le barrage de Marèges démarre sa vidange décennale
Le barrage de Marèges (Corrèze) démarre sa vidange décennale SHEM
 

Le barrage de Marèges, situé au coeur des gorges de la Haute-Dordogne, vient de commencer sa vidange qui va durer jusqu’à la fin août pour un retour en exploitation le 7 septembre. Une opération imposée tous les dix ans par la réglementation aux barrages dont la hauteur est supérieure à 20 m. Il s'agit de soumettre l'ouvrage à un examen technique complet de ces parties habituellement immergées. En parallèle, son exploitant, la SHEM, poursuivra l’importante campagne de travaux menée depuis 2015 sur le barrage et les deux usines hydroélectriques. Ils doivent durer 5 ans pour un montant de plusieurs millions d'euros. Il faut dire que le barrage de Marèges a été mis en eau en septembre 1935 et à l’époque, il était le premier barrage voute à double courbure d’Europe. Haut de près de 90 m, long de 247 m et d'une capacité de retenue de 47 millions de m3 d’eau, il sert de réservoir d’eau pour deux usines Saint-Pierre-de-Marèges en rive gauche et Marèges en rive droite qui produisent de l’électricité pour plus de 150 00 personnes. 
Le site industriel de Marèges est implanté dans la plus grande réserve de biosphère de France, classée par l’Unesco et en zone Natura 2000. C'est dire que l'exploitant veille à atténuer l’impact de la vidange sur le milieu naturel. C'est pourquoi, la SHEM a pris quelques précautions préalables. Avant l’abaissement du niveau de la retenue, elle a fait effectuer une pêche de sauvegarde du pied du barrage jusqu’au canal de sortie des eaux. Cette pêche électrique a permis de récupérer un grand nombre de poissons qui ont été relâchés dans d’autres cours d’eau de la région. Au cours de la vidange, la qualité de l’eau sera contrôlée à l’amont et à l’aval durant les 40 jours de l'opération. Les sables et les argiles qui transitent naturellement seront arrêtés temporairement par un batardeau implanté au droit de l’usine sur la rive droite de la Dordogne. A l’issue de la vidange, ils reprendront leur migration au fil du courant. Enfin, une analyse environnementale sera réalisée en 2017 afin d’évaluer le bien fondé des mesures prises.

Rédigé par jojo

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article