Bazoges-en-Pareds. Le retour en grâce des mares dans le Sud-Vendée

Publié le 22 Octobre 2016

Bazoges-en-Pareds. Le retour en grâce des mares dans le Sud-Vendée

  • Eric Rambaud et Vincent Brossard, de Vendée Eau, prés d'une mare en travaux, à Bazoges-en-Pareds
    Eric Rambaud et Vincent Brossard, de Vendée Eau, prés d'une mare en travaux, à Bazoges-en-Pareds | Ouest-France

Très présentes dans nos campagnes jusque dans les années 50, les mares ont quasiment toutes disparu, faute d’entretien et d’intérêt. La tendance est en train de s’inverser.

Des mares, d’une surface moyenne de 200 à 300 m2, revoient progressivement le jour. « Leur présence est vitale pour notre environnement et notre santé », commente Vincent Bossard, technicien à Vendée Eau.

Sur l’Angle Guignard et Rochereau, ce sont 37 chantiers qui ont été réalisés en 2016. Éric Rambaud, président de Vendée Eau, se réjouit « de l’accueil de ce projet par les acteurs agricoles. Tout particulièrement en ces moments difficiles pour la filière. Cela montre que les discours c’est bien, mais qu’agir c’est mieux ».

Améliorer la qualité de l’eau potable

Outre le fait d’accueillir de nombreuses espèces faunistiques ou floristiques, ces mares vont surtout servir de zone tampon pour réguler et dépolluer l’eau. Elles vont récupérer les eaux de ruissellement, chargées en produits chimiques et phytosanitaires, et les dépolluer grâce à la lumière, aux bactéries et aux végétaux.

Cette eau allégée en produits nocifs ira rejoindre les zones de captage du réseau d’approvisionnement en eau potable, qui alimente nos robinets et abreuve le bétail. « Au même titre que les haies bocagères, les mares font partie du patrimoine », soulignent les responsables.

Ces mares sont curées jusqu’au fond dur originel, les berges sont profilées en pente douce, le point d’abreuvement des bêtes est terrassé et les abords reboisés. À charge aux exploitants, ou propriétaires, de clôturer la mare et d’assurer l’entretien dans le temps.

 « Nous travaillons en concertation avec les agriculteurs, les sensibilisons sur l’importance de ces retenues d’eau, coordonnons et finançons les travaux », précise le technicien.

 

Rédigé par jojo

Repost 0
Commenter cet article