Guiclan. Les propriétaires de moulins feront entendre leurs voix

Publié le 15 Novembre 2016

Guiclan. Les propriétaires de moulins feront entendre leurs voix

  • Pendant deux jours, les responsables d’associations de sauvegarde de moulins de toute la France se sont retrouvés au séminaire de Saint-Jacques.
    Pendant deux jours, les responsables d’associations de sauvegarde de moulins de toute la France se sont retrouvés au séminaire de Saint-Jacques. | Ouest-France.

Une cinquantaine de personnes, venues de toute la France, ont participé, le week-end dernier, à une formation juridique destinée aux propriétaires de moulins

Une formation était organisée pour les propriétaires de moulins, par la Fédération française des associations de sauvegarde des Moulins (FFAM), le week-end dernier. C'est une réponse aux exigences de l’administration sur la continuité des cours des cours d'eau

« Nous sommes confrontés, depuis 2006 et la Loi sur l’eau et les milieux aquatiques, à un dogme de l’administration qui préconise l’effacement des seuils de moulins comme dispositif prioritaire pour la sauvegarde des espèces de poissons en voie de disparition, la préservation de la biodiversité aquatique et le transport des sédiments », souligne Michel Dielbold.

Les participants ont pu dialoguer avec l’avocat de la Fédération, Me Jean-François Rémy ; Michel Dielbold, commissaire de la marine à la retraite, et Alain Forsan, président de la FFAM.

Un patrimoine à sauvegarder

« Pourtant les biefs des moulins hébergent une biodiversité bien supérieure au reste du cours des rivières, assure Alain Forsan. À quoi sert de supprimer les seuils si l’on ne tient pas compte des autres sources de pollutions (chimiques, médicamenteuses, réchauffement climatique) qui impactent plus en profondeur la biodiversité des rivières. »

Depuis 2006, l’association se bat avec l’administration pour faire reconnaître ses points de vue.

Pendant trois ans, elle a travaillé sur une charte des moulins qui n’a abouti à rien. Elle maintient pourtant ses contacts avec l’administration et espère toujours faire valoir ses droits et sauvegarder un patrimoine qui, selon elle, contribue pleinement à la richesse du milieu aquatique.

Ce week-end a surtout permis aux participants de mettre en place une structure qui permette une unité de réponse. Elle a également permis de former juridiquement des référents locaux capables de régler certains problèmes.

 

Rédigé par jojo

Repost 0
Commenter cet article