La centrale hydroéléctrique sort de terre

Publié le 21 Décembre 2016

,

La centrale hydroéléctrique sort de terre

Énergie

Jacques Balzer et tous les ouvriers luttent contre les éléments depuis des mois./Photo DDM, G.J.
Jacques Balzer et tous les ouvriers luttent contre les éléments depuis des mois./Photo DDM, G.J.

Au moulin de Mourlasse, à Lacourt, la centrale hydroélectrique est quasiment achevée. Un chantier complexe qui a mobilisé des dizaines d'ouvriers ariégeois. La mise en route est prévue pour le début d'année 2017.

«Ce n'est peut-être pas un chantier pharaonique mais c'est un très gros projet.» Après quarante ans de métier, Jacques Balzer a toujours le regard émerveillé d'un enfant qui découvre un jouet. Un gros jouet, certes. À la sortie de Lacourt, la centrale hydroélectrique des moulins de Mourlasse est en train de sortir de terre. Et pour l'ingénieur de génie civil, dont le bureau d'études est basé à Ax-les-Thermes, c'est un peu le début de la fin. Un an de travaux qu'il a supervisé avec son associé, Didier Dolphens de la société appaméenne NJ2I, et qui s'achèveront officiellement en début d'année prochaine, avec une mise en route programmée à la mi-janvier.

Car il aura quand même fallu relever certains défis sur cette bande de terre coincée entre la route de Guzet et le Salat. Détruire le moulin obsolète, déboiser la grande parcelle, terrasser, creuser des dizaines de mètres sous terre, couler pas moins de 1 500 m3 de béton, déposer les différentes structures qui pèsent plus de 200 tonnes d'acier, sans oublier les kilomètres de câbles et de conduites hydroélectriques : les ouvriers n'ont pas arrêté. En évoquant à peine la prouesse qui consiste à détourner l'eau d'un côté puis de l'autre pour créer le canal de 260 mètres de long.

Capricieuse mais rentable

Des manœuvres qu'il a fallu effectuer dans un espace réduit et en fonction des célèbres «caprices du Salat». «Dès qu'il y a trois gouttes de pluie, ça déborde, explique Jacques Balzer. Mais c'est aussi ce qui garantit une production constante.» Et qui explique certainement l'engouement des investisseurs qui, en seulement trois semaines, avaient misé 1 million d'euros sur le projet dans le cadre d'un financement participatif lancé sur le Net.

Toujours est-il que ces contraintes ont été contournées grâce aux dernières technologies, notamment avec l'emploi des maquettes BIM pour le plan d'exécution. «On est les seuls à utiliser cette technologie en Ariège !» Reste encore à poser le dernier clapet du barrage qui permettra aux poissons et aux kayaks de passer, installer la grille ichtyocompatible, finir le canal en raccordant tous les branchements et d'ici au 15 janvier, la centrale devrait tourner à plein régime.

L'inspiration égyptienne

Pour une production de 900 KW, soit l'équivalent des besoins de 700 foyers urbains qui sera revendue au réseau EDF sous l'égide d'Ilek, fournisseur d'électricité locale. En attendant, l'aventure humaine qui arrive à terme à Lacourt n'aura pas laissé indemne Jacques Balzer. «En quarante ans de carrière, c'est sûrement l'ouvrage d'art le plus impressionnant auquel j'ai contribué. On fait des choses extraordinaires et c'est grâce à la collaboration humaine. Comment auraient fait les Égyptiens sans ça ?», s'enthousiasme l'Axéen que l'on soupçonne d'avoir un penchant pour les pyramides.


Des artisans d'ici

La centrale hydroélectrique de Lacourt, c'est d'abord des chiffres qui donnent le tournis. Mais celui qui en dit le plus long sur l'état d'esprit du chantier, c'est le nombre d'entreprises locales qui ont été sollicitées pendant 19 000 heures de travail en atelier ou sur chantier. Sur dix-sept, douze sont implantées à Pamiers, Mercus, Amplaing, Tarascon, Ax-les-Thermes et Saint-Girons. «En Ariège, les gens savent faire !, assure Jacques Balzer. On a les compétences : ici, c'est le top de l'hydroélectricité !» Les matériaux proviennent de la vallée, les entrepreneurs d'un triangle allant de Saverdun en passant par Pamiers puis Ax-les-Thermes avant de se refermer sur le Couserans.

Rédigé par jojo

Repost 0
Commenter cet article