Morbihan. Le niveau des nappes souterraines toujours préoccupant

Publié le 1 Février 2017

image: http://www.letelegramme.fr/images/2017/02/01/la-retenue-d-eau-de-tregat-precieuse-pour-l-alimentation-de_3276807_540x329p.jpg?v=1

La retenue d'eau de Trégat, précieuse pour l'alimentation de la presqu'île de Rhuys. Photo d'archives Le Télégramme.
La retenue d'eau de Trégat, précieuse pour l'alimentation de la presqu'île de Rhuys. Photo d'archives Le Télégramme.

Après un nouveau mois de janvier très déficitaire en pluviométrie, le comité sécheresse du Morbihan s'est à nouveau réuni mardi soir. Les niveaux des cours d'eau et des nappes souterraines sont préoccupants.

Après des réunions en septembre et octobre 2016, le comité sécheresse du Morbihan a fait un nouveau point sur l'état des cours d'eau et des nappes souterraines.

Un déficit de 60 % en décembre et janvier
Météo France fait état d’une situation météorologique exceptionnelle entraînant un déficit de pluviométrie de 30 à 40 % à l’automne 2016, suivi d’un déficit de 60 % entre le 1er décembre 2016 et le 26 janvier 2017.

3/4 des réserves très inférieurs aux « normales »
Les niveaux, témoignant de l’état de remplissage des réserves souterraines, sont pour les 3/4 très inférieurs aux « normales » saisonnières, selon le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

 

image: http://www.letelegramme.fr/images/2017/02/01/morbihan-le-niveau-des-nappes-souterraines-toujours-preoccup_3276805_540x414p.JPG

 

De plus, tous les cours d’eau sont 8 à 10 fois inférieurs à la moyenne observée sur plusieurs années.

 

image: http://www.letelegramme.fr/images/2017/02/01/morbihan-le-niveau-des-nappes-souterraines-toujours-preoccup_3276804_540x265p.JPG

 

Les retenues pour l’eau potable sont habituellement pleines à cette époque de l’année, ce qui n'est pas le cas. La situation est notamment tendue pour le Lac au Duc et les Iles.

Situation d’eau du Morbihan
Le déficit de pluviométrie constaté depuis juin 2016 a généré un étiage précoce, dès mi-août 2016 et prolongé, puisque ses effets se font encore sentir aujourd’hui. Malgré quelques pluies qui ont ponctuellement et temporairement « regonflé » les débits des rivières, la reprise stable des écoulements n’est pas engagé, de même que la remontée générale des nappes.

Par ailleurs, sur les îles d’Houat et Hoëdic alimentées par les forages, une attention est nécessaire et une tension est possible. Sur Belle-Ile, contrairement à une année normale, aucun écoulement significatif n’a encore repris.

Arrivée de plusieurs perturbations
Météo France prévoit l’arrivée de plusieurs perturbations sur la Bretagne au cours des jours à venir. Les quantités d'eau cumulées attendues de mardi à vendredi devraient être de l’ordre de 30 mm (localement 40 mm), avec persistance d’un temps perturbé jusqu’à mardi 7 février. Les pluies tombées fin janvier et celles attendues sont significatives. Cependant, le déficit accumulé ne sera pas comblé par celles-ci. A ce jour, aucun signe tangible dans les prévisions disponibles pour le mois de février ne permet de dire si la situation pluvieuse va se maintenir ou non au-delà du 7 février 2017.

Nouvelle réunion le 16 février
Dans ces conditions, le préfet du Morbihan a décidé de prescrire par arrêté préfectoral des mesures de gestion de la ressource, telles que la modification des débits réservés en sortie de retenu, la gestion coordonnée des prélèvements, la mise en œuvre des dispositions en cas de sécheresse, prévues aux arrêtés d’autorisation des installations classées pour la protection de l’environnement. Le comité sécheresse fera un nouveau point de situation le 16 février, lequel pourra être amené à prendre des mesures de restriction des usages de l’eau, en cas de réduction du niveau de pluviométrie.


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/morbihan/morbihan-le-niveau-des-nappes-souterraines-toujours-preoccupant-01-02-2017-11385177.php#4EZHhdPrOEFLBwIZ.99

Rédigé par jojo

Repost 0
Commenter cet article