Environnement - Les éoliennes tuent plus d'oiseaux près des zones protégées

Publié le 28 Juin 2017

Environnement - Les éoliennes tuent plus d'oiseaux près des zones protégées

 

 

 

S’il est "relativement faible", le nombre d'oiseaux retrouvés morts à la suite d'une collision avec des éoliennes est "extrêmement variable" d'un parc à l'autre et deux fois plus important à proximité des zones protégées de type Natura 2000, a indiqué la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) dans une étude publiée le 20 juin. L’association formule aussi plusieurs recommandations pour limiter l’impact des éoliennes sur la mortalité des oiseaux.

Quel est l’impact des éoliennes sur la mortalité des oiseaux ? Pour la première fois, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) a réalisé une étude approfondie sur le sujet dont les résultats ont été publiés le 20 juin. L’association, qui a compilé 197 rapports de suivis des impacts de 1.065 éoliennes implantées en France dans 142 parcs, pointe d’abord une mortalité hétérogène. L'estimation de la mortalité réelle varie, selon les parcs, de "0,3 à 18,3 oiseaux tués par éolienne et par an", précise-t-elle. Pour elle, le nombre de collisions constatées "apparaît relativement faible au regard de l'effort de prospection mis en oeuvre", soit 37.839 recherches documentées ayant permis de retrouver 1.102 cadavres d'oiseaux.

Surmortalité due aux parcs anciens près des zones protégées

Toutefois, la LPO souligne que "la mortalité directe due aux éoliennes est au moins deux fois plus importante dans les parcs situés à moins de 1.000 mètres des zones de protection spéciale", de type Natura 2000. Les parcs éoliens les plus anciens étant plus souvent que les autres situés à proximité d'espaces naturels protégés, "il conviendra d'être très vigilant" lors du renouvellement des autorisations de ces infrastructures, estime donc l’association. "Les transitions énergétiques ne peuvent s'exonérer de la prise en compte de la biodiversité et sont condamnées à réussir ensemble", souligne dans un communiqué Allain Bougrain-Dubourg, le président de la LPO.

Migrateurs et rapaces diurnes, principales victimes

La mortalité par collision avec une éolienne a principalement concerné des passereaux en migration (60%). Les roitelets à triple bandeau et les martinets noirs, touchés principalement lors de la migration postnuptiale, sont les espèces les plus dénombrées sous les éoliennes françaises. Les rapaces diurnes représentent quant à eux 23% des cadavres retrouvés - surtout en période de nidification - soit le deuxième cortège d’oiseaux victimes des éoliennes. Parmi les 97 espèces touchées, 75% sont protégées en France, tels le faucon crécerellette, le milan royal, le milan noir ou le busard cendré.
Pour limiter l'impact des éoliennes sur la faune, la LPO formule plusieurs recommandations. Elle conseille ainsi d’"élaborer sans plus tarder un protocole de suivi applicable à tous les parcs éoliens afin de conforter dans le temps le suivi de l’impact des parcs en fonctionnement ", de "mieux prendre en compte les migrateurs nocturnes lors du développement des projets éoliens", de "préserver les espaces vitaux des rapaces diurnes" et de "rejeter l'implantation d'éoliennes à l'intérieur et à proximité des zones de protection spéciale".

Rédigé par jojo

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article