Inondations : le maire de Poilley s'interroge

Publié le 29 Janvier 2018

Inondations : le maire de Poilley s'interroge
Inondations : le maire de Poilley s'interroge

Le maire de Poilley, Michel Gérard, est inquiet pour les semaines à venir.

- Jean-Christophe Legrand
Le

Le maire de Poilley (Manche), Michel Gérard, s'est adressé au préfet de la Manche pour connaître précisément le dispositif mis en oeuvre pour éviter l'inondation des quartiers habités de Ducey et Poilley. Sceptique, il s'interroge sur les moyens de l'Etat.

Les fortes intempéries de ces dernières semaines auraient-elles fait la démonstration de l'utilité du barrage de Vezins dans le Sud-Manche. C'est en attendant ce que pense le maire de Poilley-sur-le-Homme (Manche), convaincu de la nécessité de maintenir ce barrage pour "éviter le pire". Autrement dit, pour épargner des inondations les quartiers sensibles de Ducey et de Poilley (Manche).

Quels dispositifs ?

Dans un nouveau courrier adressé le 24 janvier 2018 au préfet de la Manche, il rappelle, bien sûr, l'utilité des barrages mais surtout il s'inquiète des prochains coefficients de marrée (cote de 109), "dans les trois premiers jours de février", ainsi que des prévisions météorologiques "aggravées à venir". Aussi, dans sa missive au préfet de la Manche, Michel Gérard demande à connaître les dispositions qu'il compte mettre en œuvre pour éviter l'inondation des quartiers précités d'ici le début de mois de février. "Les barrages sont encore équipés de dispositifs mécaniques pour réguler les débits en sortie. Serait-il excessif de demander d'anticiper cette période à risques par des manoeuvres appropriées et de maîtriser, comme c'était le cas par le passé, les débits sortants ?", interroge-t-il. D'autant qu'un coefficient de 110 est également à prévoir le 3 mars 2018.

"Des services impuissants à proposer des solutions de substitutions ?"

Remonté mais surtout très inquiet, le maire de Poilley a, de nouveau, exprimé son " étonnement" quant "au silence de l'ensemble des services de la préfecture,n lors de la seconde montée d'eau du 21 janvier ". Et de poursuivre : "Dois-je en conclure qu'il y a abandon des services de l'État face aux risques qu'ils font peser sur les quartiers habités, et aussi industriels, de Ducey et de Poilley ? Peut-on y voir aussi des services impuissants à proposer des solutions de substitutions, probablement inexistantes ?" La préfecture n'a, pour l'heure, toujours pas communiqué sur ces questions.

La Manche Libre

Rédigé par jojo

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article