Il faut inverser la spirale négative

Publié le 22 Décembre 2020

Chers Amis de notre patrimoine commun,

 

Au début du projet d’effacement des Barrages, la publication d’une pièce maitresse du dossier, exigeait que celle-ci soit juridiquement contestée par le dépôt d’un RECOURS (**).

 

Fin observateur mais inquiet de constater qu’aucune entité représentative n’agissait pour S’OPPOSER, BERNARD PINEL s’est engagé à titre privé en déposant dans les temps, ce RECOURS auprès du Tribunal Administratif. Cette fois encore, la clairvoyance de Bernard PINEL a été salutaire à la poursuite d’une contestation juridique qu’il a complétée par la mise à disposition de son propre avocat, au service de l’association dont le partenariat a suivi.

 

(**) Dépôt de recours d’autant plus important, qu’il conditionnait également, les actions ultérieures en défense des Barrages.

 

Ensuite, faute d’un relai Associatif déterminé, ouvert aux multiples compétences et rassembleur de toutes les populations concernées, les AUTORITES n’ont rien ENTENDU. Elles n’ont PAS PRIS LA MESURE des CRAINTES et surtout des PERILS engendrés par le bilan ultra négatif entre, suppression des Barrages et libre circulation des Migrateurs, aussi NOBLES soient-ils.

 

Nos dirigeants Nationaux, Régionaux et Elus locaux, se sont satisfaits des connaissances SUPERFICIELLES souvent « prémâchées » par des cabinets LOBBYISTES privés, donc PARTISANS.

 

C’est ainsi que la mort dans l’âme, une large population, du Sud Manche, d’Ille et Vilaine et de Mayenne, a dû assister à l’effacement du Barrage de VEZINS. Pour la majorité, ce fût la disparition d’une immense « PERLE » Patrimoniale Industrielle, Ecologique, Energétique, Sécuritaire et Touristique.

 

Avant que la situation ne s’aggrave encore par la suppression du second Barrage de La Roche Qui Boit, dernier rempart de protection à l’aval de Vezins, et forts de l’expérience passée, la population concernée a souhaité s’emparer du dossier en agissant sans intermédiaire associatif, au travers d’un Regroupement des RIVERAINS de la SELUNE, constitué à cet effet.

 

Décision a été prise d’engager une nouvelle voie juridique avec le cabinet d’avocat Parisien de l’ex Ministre, Mme Corinne LEPAGE, dont le financement sera assuré par les Riverains eux-mêmes.

 

Prenez connaissance de l’article ci-dessous et si vous souhaitez ajouter votre aide personnelle à ces valeureux Citoyens, cliquez sur le lien ci-dessous pour transmettre vos dons et soyez à l’avance remerciés pour votre geste de solidarité.

 

https://www.leetchi.com/c/selune?fbclid=IwAR0Y9pVGfBaxSHMULYJnz_j-dyrAv0CvWubuoYV8VJRvlLRRDS-pfkcp9VI

 

NB : Deux évènements nouveaux et de première importance juridique, se sont ajoutés aux nombreux arguments tangibles, en faveur du maintien des Barrages et des Lacs :

  1. La crise sanitaire et financière de la COVID 19.
  2. Une vulnérabilité accrue sur les ressources en eau potabilisable, après la disparition des 24 millions de m3 des réserves créées par les Barrages.

 

Que tous ceux qui luttent pour sauver la Roche Qui Boit (sans oublier Vezins) soient remerciés et encouragés afin que la réussite couronne leurs efforts !

                                                                                                                           

                                                                                                                                                                                                                                      Louis Gontier

 

Post Sriptum de dernier instant :

 

Régulièrement la Commission EUROPEENE veut apparaître soucieuse de la baisse des prix, comme par exemple, celle de l’énergie. Ceci en favorisant la LIBRE CONCURRENCE par une privatisation qui serait….devenue raisonnable ?

 

Le 21 novembre 2018, Mr Cecilio MADERO, haut fonctionnaire directeur adjoint à la concurrence de la commission a réclamé à la France un calendrier précis de mise en concurrence d’un nombre significatif de concessions des Barrages Hydro-électriques.

A contrario, nos médias viennent d’annoncer, sous couvert de diverses bonnes raisons, que l’électricité subira une série d’augmentations régulières et obligées, en commençant par une hausse de 2%, au 1er février 2021.

 

A défaut de nous être agréable, cette prévision aurait dû valoriser le calcul de rentabilité de nos 2 Sites sur la Sélune. Au lieu de cela, les pro-araseurs ont sous-estimé cette rentabilité. Vivraient-ils trop à l’écart des instances Européennes ?

Rédigé par jojo

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article