: Au pays des fous

Publié le 13 Janvier 2021

 

La FRANCE  BIENTÔT concernée par une PENURIE d’ELECTRICITE ?

 

Une partie des causes sont abordées dans le mail en dessous, titré : « La France bientôt sans électricité ». Cette information a été confirmée ce 8 janvier 2021, à la radio sur France Info puis dans le journal télévisé de FR3.

Le message est à peu près le suivant :

« Vu la baisse des températures, RTE prévoit, au moment des pics de consommation, des risques de coupures d’électricité. Il est donc demandé à chacun de réduire sa consommation personnelle, au moment des heures de pointes » !!!!

 

 Un constat de pénurie bien inquiétant à l’heure de la conversion AU TOUT ELECTRIQUE dans de nombreux domaines : Automobiles, Poids Lourds, Vélos, Trottinettes, Téléphones avec la 5 G gourmande, Ordinateurs, Domotique habitations, Chauffages, Climatisations, Piscines etc… !

Est-ce l’amorce d’une « débâcle » dans nos instances prévisionnistes et dirigeantes, de la politiques et des hautes sphères publiques, dont les savoir-faire disparaitraient à un rythme imprévu, lui aussi ?

 

Dans ce délabrement ambiant, notre Sud Manche est actuellement le triste détenteur du POMPON du GÂCHIS et de L’INCOHERENCE, au travers de la destruction de 2 Barrages hydro-électriques utiles (voir description succincte et photos ci-après). Il faut parfois « ignorer pour oser » ! une métaphore adaptée aux décideurs, lorsqu’ils ont osé vanter leur projet en tant que première Mondiale ??? Pour l’instant, le DESASTRE est Régional, mais appelé à faire « tache d’huile ». Alors merci de transférer un maximum pour informer du SCANDALE…. !

 

 

Cela se passe dans notre région du Mt St Michel avec sa célèbre Baie ou l’un des 2 fleuves qui s’y jettent, s’appelle Sélune. Depuis près d’un siècle, l’ingénieur Albert CAQUOT avait doté la région de 2 sites industriels exceptionnels à plus d’un titre, en y construisant 2 Barrages de production d’énergie hydro-électrique.

 

Le premier Barrage fut celui de « La ROCHE Qui BOIT », construit en 1914, 17m de hauteur avec réserve d’eau potabilisable de 4 000 000 de m3.

 

Le second Barrage fut celui de « VEZINS » construit en 1930, 35 m de hauteur avec réserve d’eau potabilisable de 20 000 000 de m3.

 

Suite au grenelle de l’environnement initié par Mr BORLOT assisté de l’écologiste de l’époque Mme JOUANNOT, au nom de la continuité écologique et de la libre circulation des migrateurs, dont le Saumon, il fut décidé de supprimer ces 2 Barrages, alors qu’ils étaient en parfait état et en pleine capacité de poursuivre leurs productions (modeste mais augmentable à peu de frais) et leurs bienfaits, à plus d’un titre. Malgré l’aberration de cette dépense publique (100 millions d’€ au mini) alors que la crise financière menace, CES DEUX BARRAGES parfaitement solides, ONT ETE CONDAMNES (contre l’avis de la population locale) à ÊTRE REDUITS EN DECHETS, alors que leurs architectures spécifiques et innovantes leur ouvrait un possible classement au patrimoine de l’UNESCO.

 

Pour VEZINS c’est fait, pour La ROCHE Qui BOIT c’est en cours.

 

 
  VEZINS avant destruction en 2020

 

 

La ROCHE qui Boit, bientôt détruitVEZINS avant destruction en 2020

VEZINS avant destruction en 2020 1

La France bientôt sans électricité

« Depuis quarante ans, c’est-à-dire depuis la fin de la présidence Giscard d’Estaing, la France est exportateur d’électricité.
Vitrine de l’excellence française, jamais le moindre problème, jamais le moindre accident.
Et une électricité parmi les moins chères du monde.
Ah mais ! Il fallait que cela cesse. On a arrêté d’autorité les deux réacteurs de Fessenheim qui fournissaient 75 % de l’électricité d’Alsace-Lorraine.
Et aujourd’hui zéro.
Pas un seul ministre, pas un seul média pour dire à M. Macron qu’il allait priver d’emploi 3.000 personnes et transformer en désert une petite ville où le bonheur était palpable. »

Mais aujourd’hui, alerte rouge. Le 19 novembre, sur BFM TV, Barbara Pompili, notre géniale ministre de la Transition écologique, ne dit pas qu’il va y avoir des coupures d’électricité cet hiver, mais qu’elle va « avoir recours à une certaine régulation ». Elle précise qu’elle « travaille » (?) avec les industries pour qu’elles puissent arrêter leur production à certains moments.

On ne saurait être plus hypocrite.

Car, en réalité, RTE, le gestionnaire du réseau, a annoncé, s’il fait très froid, des coupures tournantes de deux heures par paquets de 200.000 foyers ou plus.
Tel est le résultat de la fermeture de Fessenheim.
À ce niveau de bêtise (je parle de M. Macron), les bras nous tombent, mais Mme Pompili va le battre sur le poteau.
Car elle a annoncé, en outre, qu’elle « travaille avec EDF pour replanifier les arrêts de centrales » (sous-entendu centrales nucléaires).
 Donc, elle annonce dans la même phrase qu’on va manquer d’électricité et qu’on va fermer d’autres centrales nucléaires.

Répétons quelques vérités que les béotiens du château ignorent :

1) Le nucléaire n’émet aucune fumée, aucun gaz à effet de serre.
2) Le nucléaire prouve tous les jours, en France, depuis quarante ans, qu’il est décidément très sûr.
3) Il est pilotable, accélère ou ralentit selon les besoins.
4) 1 gramme d’uranium produit autant d’énergie qu’1 million de grammes de charbon ou de pétrole, donc, en vertu de la loi de Lavoisier, émet 1 million de fois moins de déchets. Tous les déchets (200 tonnes par an pour 70 réacteurs) sont récupérés et non pas dispersés dans l’environnement.
5) On sait recycler l’uranium au sein d’un surgénérateur, ce qui permettrait d’avoir 1.000 ans de réserve d’énergie. La France avait les meilleurs ingénieurs et était la plus avancée dans ce domaine, mais un certain Jospin a fait fermer Superphénix à Creys-Malville.
6) Dans l’histoire de l’humanité, aucune énergie n’a fait moins de morts que l’énergie nucléaire, que ce soit par accidents ou par pollution de l’air.

Le vrai défaut du nucléaire, c’est qu’il ne rapporte rien aux grandes entreprises transnationales.

Ces grandes entreprises ont tout intérêt à casser les centrales nucléaires pour les remplacer par n’importe quoi qu’on va proposer aux naïfs.
Ainsi, en Allemagne, les associations écologiques ont passé un pacte faustien (et rémunéré) avec le tout-puissant cartel du charbon et de l’acier et ont fait renaître une colossale industrie du charbon dont personne ne se scandalise.« nous avons fermé nos centrales électrique à charbon merci Merkel »
Ainsi, en France, ces mêmes associations ont obtenu un programme délirant d’éoliennes et de photovoltaïque dont la Cour des comptes a écrit que son coût était faramineux et son résultat dérisoire en termes de production d’électricité.

 Elle aurait pu ajouter : et nul du point de vue du réchauffement climatique, puisque l’électricité française est déjà décarbonée.

Non, vraiment, les écolos c’est le pays des fous.

Economiste et spécialiste des énergies

 

 

Rédigé par jojo

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article