Publié le 26 Mai 2010

Article publié le 8 mai 2010 dans La Manche Libre :
 

Barrages du sud-Manche : 800 emplois menacés

 

Le sort des barrages de Vezins et de La Roche qui Boit dans le sud-Manche est-il scellé ? Sur place, on ne veut pas y croire.
 
Seule une minorité de pêcheurs de saumons se déclare favorable à la destruction des barrages hydroélectriques de Vezins et de La Roche qui Boit, sur la Sélune. La majorité de la population et des élus locaux sont contre ! Animée de longue date par cette conviction, Jocelyne Marquer, présidente de l'association des Amis du Barrage de Vezins, reste bien décidée à empêcher la disparition de ces deux ouvrages. Sa détermination et celle des opposants locaux à ce projet n'ont pas été affaiblies par la décision, annoncée le 13 novembre 2009 par Chantal Jouanno, secrétaire d'Etat à l'Ecologie, de ne pas renouveler la concession dont bénéficiait jusqu'alors EDF, en dépit de la demande qui en avait été faite. 'Le décret qui autorise l'arasement des deux barrages n'est pas encore signé par Jean-Louis Borloo, le ministre de l'Ecologie car il faut encore consulter les associations. Nous n'avons donc pas encore perdu la partie, estime Jocelyne Marquer.

La baie envasée
Les raisons qui poussent ces opposants à vouloir conserver les barrages ? Localement, ces derniers sont deux puissantes locomotives économiques, en raison des activités touristiques qui gravitent autour d’eux. Ainsi, 800 personnes environ vivent directement et indirectement de la présence des deux lacs de retenue, d’une superficie totale de 200 hectares. “Les parcs de loisirs aménagés sur place attirent les touristes et chaque année”, ajoute Jocelyne Marquer, “les plans d’eau sont fréquentés par 2 800 pêcheurs, ce qui fait marcher le commerce local”. Les défenseurs des barrages relèvent aussi que les boues présentes dans les lacs de retenue ne seraient pas enlevées pour des raisons d’économie. “Alors, il existe un risque qu’elles se retrouvent dans la baie du Mont-Saint-Michel, où se jette la Sélune, et l’envasent. C’est d’autant plus probable que sept années sont nécessaires pour que ces boues se stabilisent et restent au fond.”

Arasement en 2013
Les amis du barrage dénoncent encore le coût de l’opération, 290 millions d’euros selon eux, et regrettent la perte d’une source d’énergie renouvelable, alors que les deux ouvrages sont en bon état en dépit de leurs âges, 80 et 90 ans. Président de la Commission locale de l’eau (CLE) au sein du Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau (SAGE) de la Sélune, Michel Thoury se félicite, lui, de la décision de Chantal Jouanno. “Elle suit l’avis de la CLE de 2005, favorable à l’arasement des barrages en 2013 lors de la prochaine vidange.” Une position expliquée par l’impact des barrages sur la qualité de l’eau et des milieux aquatiques. Mais pas seulement : “Le saumon est une espèce en voie de disparition en Europe, la Sélune contribuera à son maintien. De même pour les lamproies marine et fluviatile, l’anguille, la truite de mer. Ces quatre espèces sont menacées : l’enjeu est donc majeur.” Face à cela, l’argument de l’énergie renouvelable ne tient pas à ses yeux : “Ces barrages répondaient à un besoin énergétique local lors de leur construction. Leur suppression est maintenant d’intérêt écologique national voire international.” S’il comprend la crainte des opposants à l’arasement, Michel Thoury veut les rassurer : “Il suffit de regarder quelques cartes postales anciennes pour imaginer ce que pourra être la vallée bientôt. La suppression des barrages n’est pas une fin mais un commencement.” Le préfet de la Manche annonce pour cet été le lancement d’une étude “lourde” (d’un coût de 200 000 €) à propos de la reconversion de la zone affectée par l’arasement des barrages. Avec deux volets : le tourisme en relation avec le milieu aquatique et les autres activités économiques.
Fabrice Constensoux

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Nos arguments

Repost 0

Publié le 26 Mai 2010

Conservatoire du littoral / Association Interdépartementale Manche - Ille-et-Villaine

 

Réunion du 26 mai 2010 Maison de la Baie de Courtils

 

Pêche à pied

 

Nous avons discuté sur le cryptique de la pêche à pied dans la Baie, de la communication des bonnes pratiques, de la signalétique, des décrets et mises à jour pour finir sur la pollution; donc les 80% de sédiments qui arrivent de la terre.

Merci messieurs les présidents de votre prise de conscience que nous avons pu partager tous ensemble.

 

La conclusion de nos échanges est la suivante :

Le problème n'est pas les deux bacs décanteurs (barrages) qui retiennent des années de pollution, mais comment empêcher que l'aval de la Sélune et la Baie du Mont St Michel reçoivent ces sédiments par chasse d'eau lors de la vidange en 2013??? et pendant des années après arasement des barrages.

Rappelons que ces vases contiennent du mercure, du plomb, du cyanure, des PCB => Comment éviter une telle catastrophe écologique ?

 

Pour nous aider à résoudre cette problématique, n'hésitez pas à nous communiquer toute information susceptible de nous faire avancer vers une solution responsable.

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Envasement de la baie du Mt St Michel

Repost 0

Publié le 20 Mai 2010

Association de pêche: braconnage et arasement des barrages - Ducey

mardi 23 février 2010

 

 

L'assemblée générale de l'association de pêche La Ducéenne, dimanche 21, à la salle polyvalente a suscité échanges et débat parmi les 80 pêcheurs présÀ gauche, Lionel Marie, trésorier, de la ducéenne, Henri Jacques Dewiite, maire de Ducey, Jacques Ducrocq, président de la ducéenne ont débattu avec les pêcheurs et les amis des barrages sur les questions de braconnage dans la baie et l'arasement des barrages.</P>ents. Un point a soulevé le débat dans la salle : le braconnage du poisson dans la baie, à l'estuaire de la Sélune et de la Sée. « Dans la Baie, à l'estuaire de la Sélune et de la Sée, les braconneurs pêchent au filet avec des zodiacs. Ce n'est pas admissible », disent les pêcheurs. « On va porter plainte », répond le président de la ducéenne, Jacques Ducrocq. Le trésorier, Lionel Marie renchérit : « La réglementation n'est pas respectée ». « Or, la ministre a affirmé une surveillance plus importante », souligne le maire Henri Jacques Dewitte.

L'arasement des barrages

Autre souci pour les pêcheurs de la Ducéenne et pas des moindres, la volonté de la ministre de l'environnement, Chantal Jouannot, d'araser les barrages de Vezins et de la Roche-qui-Boit. Henri Jacques Dewiite prend la parole sur ce grave problème. « J'ai demandé précisément à la ministre si en 2013 lors de la vidange des barrages, il y avait la possibilité de remplir ces deux barrages. La réponse a été non. La vidange se fera sur plusieurs mois. La ministre m'a affirmé qu'il y aura un accompagnement, un dédommagement financier notamment pour évacuer les boues chargées de métaux lourds. Le gros problème est bien là. Comment se débarrasser des boues ? Lors de gros orages, celles-ci, vont s'évacuer pendant des mois voire des années dans le cours d'eau de la Sélune. Pendant la saison de la pêche, cela ne sera pas terrible ».

Et d'ajouter : « Les réserves d'eau ont leur utilité. En qualité d'élu, je ne peux que me plier à la loi. Cependant, j'ai toujours défendu que l'on prenne du temps à la réflexion, aux répercussions de l'arasement en amont des barrages, à l'évacuation des boues, aux problèmes environnementaux, écologiques et financiers. Les barrages peuvent fonctionner des décennies selon des experts. Pour les pêcheurs de saumon, l'arasement des barrages n'est pas la solution bien au contraire

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #la pêche

Repost 0

Publié le 20 Mai 2010

Objet : CARPE SCENE N° 21
 
Bonjour Messieurs,
 
 
Tout d’abord, je tiens à vous féliciter pour la qualité de vos articles, c’est un régal de lire chaque numéro !
 
Etant carpiste depuis  10 ans, je me permets de revenir vers vous pour vous faire part de mes commentaires quant à la parution du  communiqué de presse : Le « ministère de d’impossible » devient le ministère de la réconciliation de l’homme avec la nature
 
En effet, ce communiqué de presse fait état de la décision de l’arasement des barrages de vezins et de la roche qui boit sur la sélune, on présente ceci  comme une très bonne décision pour la nature et pour l’homme. En ayant quelques connaissances sur le sujet, c’est une aberration, voici quelques arguments de bon sens :
 
On veut nous faire "avaler" une couleuvre et voici mes arguments "factuels" :

1°) le saumon n'est que la face cachée de l'iceberg et je suis, avec de nombreuses personnes, convaincu que le véritable intérêt est surtout financier !!!

2°) pour information, les saumons ne sont jamais remontés plus haut que Vezins => il existe des textes datant du 17ième siècle qui le stipule car il existait 5 moulins entre vezins et st hilaire du harcouët, il ne faut pas nous faire croire que la plupart des frayères à saumons sont immergées !!

3°) la rivière a été classée rivière à saumon en 1920, le barrage de la roche qui boit date de 1916 !!! N'est-ce pas incohérent ????

4°) il y a plusieurs années, nous les pêcheurs, nous nous sommes battus pour que le dernier pêcheur professionnel n'ait plus le droit de "barrer" les 2 rivières à saumons que sont la Sée et la Sélune. Nous avions gagné mais, grâce à un vice de procédure dans le procès verbal, la pêche au filet est à nouveau autorisée dans la baie : on parle de 5 à 6 000 saumons attrapés par cette pêche alors que la pêche sportive n'aura comptabilisée que 105 prises sur l'ensemble des 2 cours d'eau en 2009

5°) les statistiques de l'ONEMA sont là pour nous rappeler à nos "bons souvenirs" par exemple, en 1970, env. 4000 saumons étaient attrapés à la ligne mais les barrages étaient déjà là, il me semble !!! Ils ne sont pas responsables de ce que l'on veut bien les accuser !!

6°) la qualité de l'eau, parlons-en, les pro effacement mettent en avant qu'ils sont responsables de la pollution car ils stockent des sédiments et évitent le brassage de l'eau. Il faut remonter "un plus haut" pour comprendre, en effet, l'effacement des talus, l'assèchement des zones humides, le remembrement, la production agricole irraisonnée des années 70 et 80, sont les véritables raisons de cette pollution et sur ces sujets, l'Etat se fait beaucoup plus silencieux sur ces sujets, il est tellement facile de s'acharner sur des proies faciles !!!

7°) les barrages, surtout celui de vezins, permet de canaliser les fortes pluies afin d'éviter les inondations à répétition sur la partie basse notamment Ducey. Ceci est surtout vrai durant 6 mois de septembre à Mars lorsque que le barrage est en position "basse" cad avec 1.5 m de niveau d'eau en moins

8°) il s'agit d'une réserve d'eau potable importante pour le sud manche car cette dernière ne dispose pas de nappes phréatiques suffisantes pour la consommation humaine locale. De plus, il s'agit d'une ressource de revenu importante pour le syndicat de l'eau. On veut, en compensation, recréer 2 mares à canard en guise de réserve d'eau (elles ne pourraient pas répondre à plus de 2 jours de consommation normale !!!) LE COUT DE L EAU SERA MULTIPLIE PAR 4

9°) les lacs sont des sources de revenus non négligeables pour cette région où l'emploi est encore plus rare que le saumon !!! L’entreprise CHEREAU vient de licencier 114 personnes, araser les barrages, c'est accepter de détruire des emplois déjà menacés. Alors, je mets au défi certains pros effacement d'aller annoncer aux "futurs chômeurs" que leur vie a moins d'intérêt que les pseudos saumons !! De nombreuses activités existent grâce aux barrages, on veut les supprimer grâce à l’arasement des barrages, on parle tout de même de 800 emplois directement ou indirectement concernés !!! CHANTAL JOUANNO VEUT QUE CECI SOIT UN EXEMPLE DE RECONVERSION ! l’emploi est plus rare que les saumons !!!

10°) je ne comprends pas la position de nos instances halieutiques qui prennent position sur le sujet, en effet, ne le saviez-vous pas mais la pêche au saumon est une pêche élitiste car nos dirigeants acceptent de défendre haut et fort 100 pêcheurs de saumon contre 3500 pêcheurs de blancs, carnassiers, etc... Je serai, à leur place, j'aurai honte et si j'avais un soupçon d'intelligence, je démissionnerai immédiatement !! Nos représentants doivent nous représenter et non pas prendre position pour une minorité "influente" !!

11°) il faut savoir que les vases contenues dans les 2 lacs contiennent des polluants "lourds" => plombs et cyanures provenant d'une pollution datant de plusieurs années dont le pollueur n'a jamais été inquiété menaçant le licenciement de 400 personnes !! Comme quoi la justice est juste ??
Les pros effacement sont pour NE PAS RETRAITER CES VASES et ils acceptent de polluer l'aval de la Sélune, de faire porter un risque non négligeable à la santé de la population locale, encore une contre verse !!!

12°) le commanditaire de cet arasement, sous couvert de sa présidence du SAGE SELUNE, a "piper les dés". En effet, dans tous les cas évoqués, l'arasement des barrages était envisagé seule une personne n'a pas voulu voter cette décision !! On demande à des personnes, n'ayant pas les compétences, de voter pour une décision dont ils ne maîtrisent pas les tenants et les aboutissants. Pour preuve, une enquête publique a été menée par le SAGE SELUNE, seules 4 réponses de la population locale ont été enregistrées !!! Pour preuve, le président de l'APPMA gérant ce lac n'était pas informé de cette enquête publique !!
 
13°) le coût officiel annoncé par Mme Chantal JOUANNO serait de 4 à 20 millions d’euros, le SAGE SELUNE, par le biais d’un cabinet spécialisé, a estimé l’enveloppe globale à 290 millions d’euros !! Qui va payer la différence, je vous laisse deviner …

On va dépenser des millions pour faire moins bien qu'actuellement !!
 
Pour plus de complément d’information, je vous invite à consulter le site suivant :
http://lesamisdubarrage.over-blog.fr/
 
Enfin, il s’agit d’un cadre magnifique, sauvage et poissonneux, il serait vraiment dommage de détruire un tel écosystème
 
Donc, étant pêcheur et journaliste, je vous demande de bien vouloir être équitable en diffusant un article de réponse au communiqué de presse (nous sommes déjà en contact avec Julien BERNARDOR
 
Dans l’attente de votre réponse,
 
Carpistement vôtre
 
Christophe BAILLEUL

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #la pêche

Repost 0

Publié le 20 Mai 2010

Rédigé par jojo

Publié dans #Nos actions-Nos manifestations

Repost 0

Publié le 19 Mai 2010

Bonsoir à toutes et à tous !
 
 
Il y a un point important à ne pas oublier dans nos diverses communications c’est de rappeler que nous voulons le maintien des barrages en eau ! Les structures sans eau ne nous intéressent pas !! Cela peut paraître évident à la première lecture mais il est bon de le rappeler car il est fort probable que le gouvernement, faute de moyens, laissera la situation en l’état mais sans eau = on aura perdu !!
 
Il est bon de rappeler aux politiques que notre président a souligné à tous les français que la situation actuelle nécessitait d’être réfléchi dans les dépenses et qu’il faut appliquer des mesures d’austérité !
 
A bon entendeur !! Mme JOUANNO, appliquez ce que dit votre Président !!!
 
Bonne soirée
 
Cordialement
 
Christophe BAILLEUL

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Nos arguments

Repost 0

Publié le 12 Mai 2010

Bonjour à toutes et à tous
 
 
Revenant de vacances du Maroc, je voulais vous faire partager des initiatives marocaines dans le domaine de la production hydro électrique
 
Chaque année, le Maroc construit 2 à 3 barrages hydroélectriques par an ! En effet, ce n’est pas un scoop, ils ont besoin d’eau et surtout, ils veulent être de plus en plus indépendant en terme de production électrique, le projet à court terme est de que 100 % des marocains aient l’électricité
Cependant, les écolos disent que la prolifération des cynobactéries est provoquée par les barrages en cas de fortes chaleurs, eh bien, au Maroc, la température dépasse régulièrement 40 °C l’été et l’eau est limpide !! Bizarre, non ! Pourquoi l’eau de Sélune retenue par les barrages ne serait-elle pas comme au Maroc durant les étés ? La cause, on la connaît tous, c’est la pollution qui n’existe pas au Maroc !
Cette évidence ne fait que confirmer que l’Etat va, avec notre argent, mettre un pansement sur une jambe de bois ! Et on va nous faire croire que nous pourrons courir comme un athlète de haut niveau !!!
N’est-il pas du ressort de nos politiques locaux de tout faire pour stopper cette connerie plutôt que de se sentir agressé par notre tract !! Comme disent les enfants : il n’y a que la vérité qui blesse !!
 
Le point négatif de la situation actuelle, c’est que la presse diffuse leurs positions afin de les rendre louables auprès de la population locale, par contre, pour notre association, rien !
Ne faudrait-il pas relancer nos chers amis journalistes pour qu’ils diffusent les deux versions et ce dans un esprit intègre ?
Si l’on ne communique pas, c’est peine perdue !!!
 
Merci  de vos commentaires

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Nos arguments

Repost 0

Publié le 1 Mai 2010

Barrages du Sud-Manche : "ne déportons pas le problème des boues dans la Baie"

 

Promis, Jacky Bouvet, Henri-Jacques Dewitte et Erick Goupil ne signeront pas de chèque en blanc. Membres du comité de pilotage restreint sur l’arasement des barrages de Vezins et la Roche-qui-Boit, dont la seconde réunion se tient ce vendredi 30 avril, les trois élus y défendront une ligne de conduite inflexible : “Aucun document ne sera signé sans l’assurance du maintien des activités liées aux barrages”, avertit le maire d’Isigny-le-Buat, Erick Goupil.

Prévus pour 2013, la vidange puis l’arasement des deux ouvrages hydrauliques ouvriront “une longue période de transition” avec la renaturalisation progressive de la vallée. “Des curieux viendront voir le site pendant les travaux mais après, ce sera le désert”, prédit le maire de Saint-Martin-de-Landelles, Jacky Bouvet.

“Une danse imposée”

Dans ce laps de temps, la vallée sera difficilement exploitable “et le tourisme risque d’être stoppé pendant plusieurs années”, craint Erick Goupil. “Nos activités doivent pourtant continuer de vivre”. La reconversion des sites touristiques comme la Mazure ou l’Ange-Michel figure parmi les priorités des trois hommes.
Sa commune étant située en aval des barrages, le maire et conseiller général de Ducey s’inquiète prioritairement pour la sécurité de ses administrés. “La secrétaire d’Etat Chantal Jouanno nous a confirmé que les barrages ne seront pas reremplis en 2013, mais qui sera chargé de leur sécurisation et de leur entretien ? Ces éléments doivent être mis par écrit”. La crainte d’une nouvelle pollution de la Baie du Mont-Saint-Michel, comme lors de la vidange de 1993, hante les esprits de Jacky Bouvet, Henri-Jacques Dewitte et Erick Goupil. “Le préfet exige un projet exemplaire pour la vallée de la Sélune, mais faisons attention de ne pas déporter le problème en aval”, met en garde Jacky Bouvet. Les boues grouillent de métaux lourds. “Les alluvions devront être traitées ou enlevés avant les vidanges”, insiste le maire d’Isigny. Pour évaluer le niveau de pollution des boues, les services de l’État prévoient d’effectuer des carottages. Le niveau des lacs sera baissé “à la condition que la Mazure puisse assurer ses activités”.
Obligés d’exécuter “une danse imposée” par l’État selon Jacky Bouvet, les trois membres du comité de pilotage pointeront du doigt “tous les problèmes et dysfonctionnements en amont et en aval de ces arasements”, avec l’infime espoir de remettre en cause la décision du ministère. Au regard de l’addition des effets néfastes sur la baie, sur l’économie et le tourisme, sur la pêche et sur l’alimentation en eau potable du bassin Baie-Bocage, Henri-Jacques Dewitte réclame le maintien de la Roche-qui-Boit, adapté pour recevoir des échelles à saumon.

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Réaction de nos politiciens

Repost 0