Publié le 27 Avril 2011

L'après Fukushima : nouvelle chance pour les barrages ? - Isigny-le-Buat

samedi 23 avril 2011

 

 

Suite du conseil municipal de lundi 18 avril (lire aussi Ouest-France du 22 avril).

Maintien du barrage de Vezins. Erick Goupil propose aux élus de prendre une délibération pour obtenir un rendez-vous avec Nathalie Kosciusko-Morizet au ministère de l'écologie. « Compte tenu des récents événements qui se sont produits au Japon, il serait bon de demander au pays de revoir sa politique énergétique. La diversification est utile. Nous pouvons aussi solliciter les cantons voisins pour nous soutenir dans ce problème de l'hydroélectricité ».

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Réaction de nos politiciens

Repost 0

Publié le 26 Avril 2011

Cupif.jpg

 

Merci au journal « OUEST-FRANCE » d’avoir enfin permis à un « pro arasement » de s’exprimer sur la question de nos barrages. Cet article nous offre une opportunité rare d’apprécier à leur juste valeur les arguments avancés par ceux qui prétendent qu’il n’y a « aucune bonne raison de les garder ».

 

Mais peut-être qu’avant d’avoir la prétention « d’en prendre plus d’un à rebrousse-poil », ce Monsieur Cupif serait bien avisé de vérifier ses sources. En effet, les Américains sont très loin de n’utiliser leurs barrages que pour une durée de 50 ans. C’est même exactement le contraire. Le barrage de Grand Coulee n’est pas une exception, mais son exemple mérite d’être cité. Il est situé dans l’état de Washington, sur le fleuve Columbia. Sa construction a débuté le 16 Juillet 1933 et il a été mis en service le 1er Juin 1942. Haut de 168 mètres pour une longueur de 500m, il produit 21 milliards de KWh par an, constitue la production d’hydroélectricité la plus importante des U.SA et c’est une des plus grandes structures en béton dans le monde. Parmi les plus célèbres, on compte aussi le Hoover Dam, (hauteur : 221,4 m ; longueur : 379m) mis en service en 1936 sur le Colorado (Az). Au total, on recense un peu plus de 8.000 grands barrages aux U.S.A. Et plutôt que d’envisager leur effacement pour quelque raison que ce soit, leurs équipements sont régulièrement modernisés pour en augmenter la capacité de production qui représente aujourd’hui 7,1% de la production d’énergie du pays.

 

A noter que c’est la durée de vie des équipements qui est limitée à 50 ans (pour des raisons de performances), et pas celle des barrages eux-mêmes. La limite d’âge n’est pas toujours et obligatoirement atteinte par ceux que l’on pense.

 

Tout porte donc à croire que Monsieur Cupif est victime de sa parfaite méconnaissance du sujet, d’une traduction erronée, ou bien des deux à la fois.

 

De là à dire que nos barrages ont « une production presque nulle » et que les saumons sont « gênés dans leur migration » par leur présence alors qu’ils ne peuvent pas les passer, il n’y avait qu’un pas. Monsieur Cupif l’a franchi.

Néanmoins, tout le monde sera d’accord pour affirmer que « le saumon aime l’eau fraîche ».

 

Même dites sur un ton péremptoire, des inepties restent des inepties.

 

John KANIOWSKY

Président des Amis du Barrage

 

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #arasement pollution

Repost 0

Publié le 24 Avril 2011

 

article de la manche libre 23 avril le député

 

article de la manche libre du 23 avril 2011

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Réaction de nos politiciens

Repost 0

Publié le 23 Avril 2011

Rédigé par jojo

Publié dans #Nos actions-Nos manifestations

Repost 0

Publié le 20 Avril 2011

1-    Le point sur l’action des élus, nos soutiens et la situation actuelle

 

Informations d’Erick Goupil :

L’arasement des barrages est une décision de l’Etat. Monsieur Goupil nous confirme que son Conseil Municipal ainsi que lui-même en tant que Maire n’ont jamais adhéré en sa faveur.

Le non renouvellement de la concession d’EDF est aussi une décision de l’Etat qui est propriétaire du barrage de Vezins.

Erick Goupil et Daniel Galopin ont fait quatre fois le voyage à Paris en 2010 pour y être reçus par des collaborateurs de la ministre de l’Environnement.                                                                                                                                                           

L’élément  principal concerne la Mazure. L’arasement des barrages aurait pour conséquence sa possible fermeture et la récupération de 25 emplois supplémentaires par la commune d’Isigny. Erick Goupil ne peut accepter cette décision et  il a précisé la nécessité de  trouver une solution  permettant d’assurer la continuité des activités de la Mazure.

Le préfet souhaitait  abaisser le niveau du lac en dessous de la « cote –5 ».  Erick Goupil a appuyé très fortement sur  ce point. Il est à noter que si le lac baisse en dessous de cette cote, cela implique l’arrêt immédiat de la concession. Il est donc  impératif de ne pas accepter une telle mesure car, les barques et canoës ne pourraient plus circuler à certains endroits.

Il était également prévu d’enherber la queue du lac asséchée au niveau du pont de la République.

Messieurs Goupil, Bouvet et Dewitte  ont négocié avec le préfet pour que la Mazure puisse encore profiter de deux saisons.

 

Trois études sont prévues ou en cours :

L’étude d’impact n’a pas encore été lancée. Elle concernerait uniquement les conséquences de l’arasement, parmi lesquelles figurent les risques de crues si le cours de la Sélune n’était plus régulé par les barrages en cas de fortes pluies associées à un fort coefficient de marée. Erick Goupil attend des informations à ce sujet.

L’étude environnementale doit évaluer le degré de pollution et son éventuelle dangerosité pour l’homme.

Le  cône de l’Yvrande présente de fortes concentrations de métaux lourds et des traces d’arsénique et de produits phytosanitaires sont présentes en amont.

 

En Mai, les ADB seront consultés par le cabinet chargé de l’étude socio économique.

 

L’enquête publique est en cours. Il est donc nécessaire de trouver et de proposer des solutions susceptibles d’inverser la tendance.  La France se doit de respecter les directives européennes au risque d’avoir à payer de fortes amendes.

 

La condamnation d’EDF par le Tribunal Administratif est, semble-t-il, définitive. Le délai de saisine du Conseil d’Etat étant largement dépassé.

 

Erick Goupil envisage de  retourner au Ministère de l’Environnement pour faire valoir nos arguments, tout en souhaitant la participation et le soutien de Louis Desloges, Conseiller Général et celui de Guénhaël Huet, Député.

 

La théorie du « trou dans le barrage » a été  de nouveau évoquée par le Conseil Régional.

Le budget prévu pour l’étude de faisabilité (300.000 €) est en partie dépensé.  Il manquerait environ 80.000Euros pour la terminer.

 

Erick Goupil propose des solutions économiquement viables, mais il n’a pas encore obtenu de réponse.

Il reconnaît que cela va être très difficile et affirme qu’il ne veut pas « signer de chèque en blanc ».

 

Les barrages sont capables de produire 23 MWh. Le maire d’Isigny pourrait demander à l’Etat de construire plusieurs petits barrages ou un grand barrage neuf.  Mais une concession ne peut légalement pas être déficitaire…

 

   

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Réaction de nos politiciens

Repost 0

Publié le 16 Avril 2011

Rédigé par jojo

Publié dans #Qui sommes nous

Repost 0

Publié le 15 Avril 2011

Rédigé par jojo

Publié dans #Nos arguments

Repost 0

Publié le 15 Avril 2011

la pêche électriqueNum-riser

pêche électriqueNum-riser

 

article du journal municipal de Ducey du mois de janvier 2011

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #la pêche

Repost 0

Publié le 7 Avril 2011

 les barrages continuent de diviser
les barrages continuent de diviser
article de la Manche libre du 9 avril 2011
par jojo

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Articles

Repost 0

Publié le 5 Avril 2011

Phillipe Bas remet l'arrasement des Barrages du Sud Manche sur le Tapis

 

L'ancien ministre de la Santé remet une nouvelle fois en cause l'arrasement des barrages de Vezins et de la Roche-qui-boit. La catastrophe nucléaire au Japon doit selon lui incité les autorités françaises à revenir sur leur décision de supprimer les deux ouvrages dans le sud du département...

Phillipe Bas remet l'arrasement des Barrages du Sud Manche sur le Tapis

Le vice président du conseil général de la Manche, Phillipe Bas, via son site internet engage une nouvelle reflexion sur l'arrasement des deux barrages. Dans un article posté, il y a quelques semaines, ce dernier demande aux autorités"de rechercher toute faiblesse qui subsisterait encore dans notre système de sécurité nucléaire. Et cela doit bien sûr nous inciter à augmenter la part des énergies renouvelables dans notre production d'électricité...

"Malgré l'immense émotion qui traverse la planète (après la catastrophe nucléaire au Japon), où le risque nucléaire continue à susciter infiniment plus d'inquiétude et de compassion que les risques de catastrophes naturelles meurtrières, je reste pour ma part convaincu que l'énergie nucléaire, que personne ne développe par plaisir, est irremplaçable. Mais je suis tout aussi convaincu de ne recourir au nucléaire que s'il est impossible de procéder autrement. Les énergies renouvelables- solaire, éolienne et hydraulique- sont en effet supérieures à l'énergie nucléaire du point de vue des risques.
C'est pourquoi la décision d'arraser les barrages de Vezins et la Roche-qui-Boit, déja hautement discutable, devient totalement indéfendable: ressouce d'appoint, l'électricité produite grâce à ces barrages avoisine la consommation d'une ville comme Avranches. Elle est donc loin d'être négligeable.
Vous verrez qu'avant vingt ans, on cherchera à construire de nouveaux barrages hydro-électriques afin de diminuer notre dépendance par rapport au pétroile et au nucléaire! 
Alors, pourquoi se priver aujourd'hui de cette précieuse production hydo-électrique ?"

Le conseiller général du canton de Saint Pois relance donc un débat crucial dans le sud Manche avec cette fois ci l'espoir d'être entendu par le ministère de l'écologie

 http://www.philippe-bas.fr/2011/03/23/après-fukushima-revoir-la-décision-de-suppression-des-barrages-de-vézins-et-de-la-roche-qui-boit

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Réaction de nos politiciens

Repost 0