Publié le 31 Août 2014

Paris, le JEUDI 28 AOÛT 2014
Remaniement Gouvernemental: Ségolène ROYAL CONFIRMEE au
ministère de l'Ecologie, du Développement Durable et de
l'Energie
Le remaniement du Gouvernement Valls 2 a vu Ségolène ROYAL CONFIRMEE DANS SES
Responsabilités.
Since fils ARRIVEE DANS this Fonction, les Projets de loi sur la transition énergétique et sur ​​la
Biodiversité SONT véritablement rentrés Dans Une étape d'élaboration actif.
Minister La une élar- Été sensibilisée aux Attentes et aux préoccupations du monde La Pêche
PARMI lesquelles l'Atteinte des Objectifs de Qualité et de quantity par la directive de d'eau
Cadre sur l'Eau, la confirmation d'Une Politique de l'eau ambitieuse, juin Biodiversité préservée et
Une véritable Politique d'éducation à l'environnement.
Les structures associatives de attentives seront à CE Que les piliers de la Politique de l'eau nes puissent
fragilisés de être. Elles rappellent en Particulier Leur opposition à l'installation de et à l'Exploitation de
petits Ouvrages choix à la production d'Energie négligeable MAIS Aux conséquences Environnementales
avérées Sur le Bien Commun.
A l'Aune de Ses engagements LOR du congrès annuel des Présidents de Fédérations de Pêche et
de protection du milieu aquatique de juin 20141
, la FNPF se felicite of this Maintien et Adresse à la
Minister SES MEILLEURS Souhaits de succès.
La Fédération Nationale de la Pêche en France (FNPF) is l'institution de représentation de la
Pêche en eau douce et de la protection du milieu aquatique. Elle a fiche créée par la loi sur Été l'Eau du 30
décembre 2006 Qui Lui reconnait le Caractère d'Etablissement d'utilité publique. Ses missions Deux
principales a SONT la promotion du loisir Pêche et la protection du milieu aquatique. Elle Coordonné les
actions et assurer la représentation nationale des fédérations départementales 93 de Pêche
(FDAAPPMA) et par Leur intermédiaire Celles des Prés de 3 900 associations Paramètres régionaux de Pêche
(AAPPMA).
Contactez-Presse FNPF:
Julie Miquel: + 33 (0) 1 48 24 84 75 J.miquel@federationpeche.f

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 29 Août 2014

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 28 Août 2014

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 28 Août 2014

Protection des captages d'eau potable : une future compétence des collectivités ?

Un rapport interministériel propose de confier aux collectivités ou à leurs groupements en charge du service public de l'eau, la compétence de protection des captages d'eau potable. Détails des propositions.

Protection des captages d'eau potable : une future compétence des collectivités ?

Après la compétence obligatoire de gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations, les communes pourraient également hériter de celle de la protection de la qualité de la ressource des captages d'eau potable. C'est la proposition d'un rapport interministériel "Pour une meilleure efficacité et une simplification des dispositions relatives à la protection des captages d'eau potable", rendu public fin août.

La mission espère ainsi clarifier les responsabilités de l'Etat et celles des collectivités en la matière. Son constat : 8,5% des points de captages (sur un total de 35.392) dépasseraient l'un ou l'autre des critères nitrates (40 mg/l) ou pesticides (0,08 μg/l pour un pesticide isolé ou 0,4 μg/l pour l'ensemble) au printemps 2014. Et face à cette pollution, l'option retenue, dans de nombreux cas, est l'abandon du captage. Ainsi sur les 5.000 points de prélèvement fermés en 15 ans, la cause était pour 41% d'entre eux, une mauvaise qualité de l'eau.

Concernant la pollution aux nitrates, la tendance ne semble pas être à l'amélioration. Avec le dernier classement, encore soumis à consultation, 70% de la surface agricole utile française pourrait ainsi êtreclassée en zone vulnérable.

Au niveau des moyens déployés, l'exemple des captages prioritaires du Grenelle montre que 48% présentent un plan d'actions pour la prévention des pollutions diffuses achevé mais seulement 17% bénéficient d'un arrêté validant celui-ci.

"La critique est appuyée sur les points suivants : des outils juridiques et financiers limités, une légitimité variable du porteur de projet, la difficile articulation entre zones soumises à contraintes environnementales (ZSCE) et périmètres de protection du captage et une appréciation « globalement pessimiste » sur l'ambition des plans d'action et la crainte que ceux-ci soient, en fin de compte, rendus obligatoires", précise le rapport interministériel.

Selon le document, la protection des captages se heurte à la superposition des compétences entre la collectivité, gestionnaire du captage, et le préfet, chargé d'élaborer le plan d'action.

Les EPCI garants de la protection des captages ?

La mission recommande donc de donner la responsabilité juridique de la prévention des pollutions diffuses à toute commune gestionnaire d'un captage et d'inscrire cette fonction dans le service public de l'eau potable. L'aire d'action de la commune serait définie après l'élaboration des périmètres de protection et du plan d'action. Elle serait validée par l'arrêté préfectoral de déclaration d'utilité publique (DUP).

Moyens disponibles, potentiels conflits d'intérêts : cette nouvelle charge pourrait toutefois dans certains cas, amener à des interrogations.

Cette compétence pourrait en outre être transférée aux établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre, selon le rapport. Cela "permettrait de mieux gérer les tensions parfois signalées entre commune gestionnaire du captage et commune hôte de celui-ci pour les cas où celles-ci feraient parties de la même communauté compétente sur le sujet", pointe la mission.

Le document souhaite également ne plus disposer de deux procédures qui traitent de la protection des captages (les périmètres de protection du code de la santé publique et la procédure ZSCE du code de l'environnement) mais uniquement celle du code de la santé publique avec déclaration d'utilité publique.

"Certaines utilisations des sols ou pratiques, notamment agricoles, pourraient faire l'objet de servitudes d'utilité publique et donc être indemnisées en conséquence, développe le rapport. Dans les cas où cela est nécessaire, la DUP offrirait la possibilité à la collectivité de procéder à l'acquisition des parcelles les plus stratégiques par voie d'expropriation et d'autres par la voie du droit de préemption, sans préjudice bien sûr de l'accord amiable des propriétaires".

Vers une convergence des normes d'eau brute et d'eau potable ?

 

 
Les propositions du rapport interministériel- Etendre la compétence du "bloc communal" à la prévention des pollutions diffuses
- Unifier les procédures de protection des captages en s'appuyant sur le code de la santé publique et la déclaration d'utilité publique
- Doter les collectivités des moyens nécessaires tant juridiques que techniques ou financiers
- Améliorer la gouvernance du dispositif aux niveaux national et déconcentrés
 
Le document considère également que les différences entre les limites de qualité établies pour l'eau brute et l'eau desservie encouragent les traitements curatifs au dépend des approches préventives. Pour la mission, il faudrait donc arrêter un échéancier de convergence des normes d'eau brute et d'eau potable pour les nitrates et les pesticides afin de favoriser la prévention des pollutions diffuses, en vue de reconquérir la qualité des eaux brutes des captages au plus tard en 2027.

 

Autre difficulté, selon le rapport : les mesures agri-environnementales (MAE), financement privilégié des plans d'action, s'avèrent inadaptées du fait de la trop faible durée d'engagement réciproque, le montant de l'aide et non prise en compte de la variété des situations. Il estime le coût global des plans d'actions entre 400 et 540 millions €/an. "Si on déduit le budget des agences de l'eau consacré à la prévention des pollutions diffuses – 180 millions €/an – et les aides du Feader – 100 millions €/an –, il en résulte un besoin de financement de 120 à 260 millions €/an, selon le scénario envisagé", évalue la mission.

Sa proposition ? Accroître la part de budget des agences de l'eau consacrée à la lutte contre les pollutions diffuses pour aider la mise en œuvre des plans d'action dans les captages identifiés comme prioritaires. Si l'idée semble bonne à première vue, elle se confronte toutefois à la réalité de la baisse régulière de crédit budgétaire.

La mission appelle également à la création au niveau national d'un régime d'aides spécifique à la prévention des pollutions diffuses des captages qui permette notamment d'augmenter la durée des contrats et le montant des mesures.

Concernant la gouvernance du dispositif, elle propose que le préfet puisse prescrire la création ou révision du périmètre de protection de captage et rendre obligatoires des mesures du plan d'action de prévention des pollutions diffuses.

La mission envisage qu'un délégué interministériel soit nommé pour mettre en place cette nouvelle stratégie, la coordonner et faire adopter les modifications législatives et réglementaires nécessaires.

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 28 Août 2014

Eau potable : la sécurisation de l'alimentation au cœur des enjeux

Maillage des réseaux, forage de secours, intercommunication des distributeurs… la sécurisation de la distribution de l'eau potable requiert nombre d'infrastructures à l'instar de celles déployées par le Syndicat des eaux d'Ile-de-France (Sedif) pour alimenter ses quelques 149 communes.

Eau potable : la sécurisation de l'alimentation au cœur des enjeux

Ce sont 4,4 millions de franciliens qui sont alimentés en eau potable par le Syndicat des eaux d'Ile-de-France (Sedif), un groupement de 149 communes dont Paris ne fait pas partie. L'eau distribuée est issue de l'Oise, la Marne et la Seine, des eaux de surface réputées polluées et qui nécessitent des traitements complexes.

Le Sedif dispose de trois usines qui distribuent l'eau via un réseau de canalisation de 8.230 km répartis sur 7 départements. Pour assurer quotidiennement ce service sans incident et sans rupture, ces trois entités sont connectées afin de pallier la défaillance de l'une d'entre elles. Des travaux de rénovation sont également régulièrement menés afin d'augmenter la rentabilité et la capacité du réseau comme le remplacement de certains réservoirs de 3ème élévation jugés vulnérables par des stations de surpression, ainsi que l'installation de groupes électrogènes autonomes afin d'être indépendant par rapport au fournisseur d'énergie en cas de panne. Par ailleurs, en cas d'incidents exceptionnels (inondation, attaque terroriste), pour éviter une crise grave de l'alimentation en eau potable, des usines à puits prélevant l'eau de nappes souterraines sont là pour prendre le relais.

A la différence de l'Eau de Paris qui est gérée en régie, le Sedif a choisi de déléguer ce service à Veolia. Un choix justifié par l'ampleur du réseau et des traitements requis, mais qui se traduit par une légère hausse de prix : 1,47 euros le m3 d'eau potable contre près d'1 euro pour l'abonné parisien.

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 27 Août 2014

Isigny-le-Buat arasement des barrages. L'Enquête publique en juillet

La Commission locale d'informations S'est Réunie à Isigny, vendredi 21 février, Autour de la Préfète, Danièle Polvé-Montmasson. Les tensions SONT Toujours vives.

Dernière mise à jour: 25/02/2014 à 16:35
Imprimer  Email 
 
 

Barrage-light.jpg

La Préfète de la Manche, Danièle Polvé-Montmasson un animé, vendredi Dernier sa première commission locale d'information Sur l'arasement des barrages. Les crispations SONT Toujours vives tante Sur les points de Environnementaux, qué les Inondations ous le Volet économique de dossier de la CE.
uelque PERSONNES soixante-dix: des services administratifs EN de l'état, de l'Agence de l'Eau, des Responsables associatifs, des Acteurs Économiques, des élus ... Ont assisté un CES Trois Heures d'Échanges.
Les Services de l'Etat en Ontario fel le moment sur l'Avancement technique De L'arasement des barrages, la suite à la décision de prix en 2009 par le Ministre de l'Ecologie et du Développement durable verser permettre la Libre circulation des Poissons Migrateurs.
Deux millions de m3 de sédiments
La Gestion des Deux millions de métres cubes De De sédiments salle etait L'ONU Punti Essentiels sur la file d'attente de Retenue du Pont de la République, à la confluence du Lair et sur l'Yvrande. Verser eviter les Erreurs de la vidange de 1993 qui-avaient conduit à la catastrophe écologique juin, les cours d'eau seront dragues Avant que la vidange ne Soit éffectuée.
Autre point de noir, les Sédiments pollués par des LOURDS Métaux, Concentrés sur la pointe de l'Yvrande. Verser sécuriser CE secteur, non enrochement et des merlons (grillage) seront installés, seront laisses sur place pollués CES de voitures éléments. «Choix environnemental de C'est non Qué BNO Avons Fait, un Observations L la Préfète. La Continuité écologique ne sérums Pas rétablie sur l'Yvrande ». Et le responsable du Projet, Rémy Brun de souligner au Québec l'Yvrande «n'est polo cours d'eau classé ONU». Des nations unies DISPOSITIF DE surveillance et de mis de sérum de servitudes en Place. Des casiers de décantation des boues seront also installés.
Quid des Inondations
Une assurance quant aux études et Les Chiffres Avancés sur le volume de de Sédiments Qui font craindre au Député Guénhaël Huet Québec ne se reproduise la same surdité des Spécialistes envers, les Locaux. Des divergences de vues Categories Qui réapparaîtront lorsque la question du rôle des barrages sieurs couleurs des Crues sérums évoquée par le maire de Poilley. Michel Gérard a redit fils Inquiétude quant aux Risques d'inondation de sa commune et de Ducey, lorsque les barrages ne seront Plus là. «Ce n'est Pas les Crues Qui BNO intéressent, Plaide au-il, MAIS avant les Crues», dénonçant l'absence d'Etude sur la question. «Ça fel party des Sujets à traiter, Lui un Danièle Polvé répondu-Montmasson. J'entends Bien Que mon rôle is also d'Anticiper les Risques Que Vous Pensez Être ». Rémy Brun a recognized Québec «CE DISPOSITIF d'alerte ainsi que n'étant présent, il Faudra en mettre Autre non en lieu». Jean Bizet le rappelait de Le, à tour de fils, juin study ancienne Qui préconisait «des travaux préparatoires Mineurs à faire. Peut-etre Faut-il remettre this study au goût du jour ». Jacky Bouvet, le maire de Saint-Martin-de-Landelles réitérait Que «les barrages Gerent les Crues, pendentif intérimaires des Nations Unies au Moins. Sur l'un vu en fin d'Année this ». Le maire de Ducey, Henri-Jacques Dewitte déplorait qu'aucune study Existe sur la Vitesse d'arrivee des Crues. Le Débat N'A Pas Apporte De Réponses.
2014, dernière Saison des barrages
Au Chapitre des Enjeux de la déconstruction, C'est La problématique du Devenir de la vallée Qui est Apparu. La Sécurité publique va s'imposer RAPIDEMENT. La vidange va Être progressive. La cote actuelle des Réservoirs de 60,50 mètres va Être descendue à 52 mètres des 2015 Période à laquelle l'Accès des berges sérums Interdit a tous et à TOUTES Pratiques: fini Fait La Pêche (les baux de Pêche prévoient juin clause de suspension pendentif la period des travaux préparatoires) MAIS also fini l'exploitation de base de la de loisirs de la Mazure (lire par ailleurs en).
La cote sérums salle de rappel diminuée verser Terminer le Nettoyage de la Sélune et avant d'Attaquer la démolition des ouvrages: le barrage de la Roche-qui-boit, PUIS celui de Vezins. «Le bâtiment principale des turbines disparaîtra, un announced Rémy Brun, voiture IL approx positionné fr Travers. Celui des bureaux de Trois ÉTAGES Pourra Être maintenu. Historiquement, le plus beau, C'est celui de La Roche-qui-boit, MAIS Situe Dans Un cul-de-sac, il is difficile à Valoriser. Sur un rappel verser soi Décider ». Jean Bizet un Evoque juin piste possible de Développement verser le tourisme industriel. Jacques-Henri Dewitte une mentionné l'atout voie verte. Les Pêcheurs Ont multiples demandé la création d'un plan de l'ONU d'eau Dédié ...
«Avant de pleurer, Il Faut Le Projet d'Écrire»
Le Chapitre de la reconversion de la vallée Reste à Ecrire. Il appartient de l'initiative Écrire un RAPIDEMENT Invité la Préfète. «Je Vois Avec Inquiétude Que les services de l'Etat Ont avancé sur le calendrier, MAIS je N'ai Pas de vision of this Que les Collectivités veulent faire. Je N'ai Pas de chèque Dans ma poche. J'AI, en la revanche, l'engagement des Nations Unies de l'Etat verser Accompagner la vallée de la vallée Avec Un fléchage Pour la Mazure de Cinq Millions d'euros. Avant de pleurer, plaider versez budgétaire non, Il Faut l'initiative Écrire et savoir CE Qu'on y rencontre ».
Oui, mais versez CELA, Il Faut Dépasser les Querelles de PERSONNES et là, la Partie n'est polo Gagnee!
 

Pascale Brassinne

Donner Votre avis

En juillet, juin Enquête sérums publique ouverte. Chacun Pourra expéditeur fils Avis sur le Projet, SES Enjeux et impacts, les Mesures compensatoires et d'accompagnement, Dans des Registres Qui seront Ouverts Dans Les mairies concernées par le Projet.

Avant CELA, l'Autorité Environnementale un multiples demandé la participation des habitants A TIALE Projet. Since lundi 17 FÉVRIER ET JUSQU'AU 15 mars, «et en plus si le Besoin S'en fel Sentir», les habitants SONT invite à une Réagir sur le Projet de Gestion sédimentaire. Il is available upon the site Internet de la préfecture. Le journal de l'opération d'arasement des barrages «La Sélune au long cours» le Detaille. CE TROISIEME Exemplaire sérums Distribué Dans Les boîtes avec aux lettres Dans Les Jours A VENIR. Les Réactions ET observations seront à adresser à Madame la Préfète, DDTM, Mission des barrages de la Sélune, 477 boulevard de la Dollée, BP 60355, 50015 Saint-Lô Cedex ous par courriel: DDTM-participation-selune@manche.gouv.fr

 

Le planification des travaux préparatoires

2014: stabilisant les Sédiments de l'Yvrande

2015: faire Travailler la rivière verser Libérer le lit mineur du secteur amont de la Sélune; Libérer par dragage le allumé mineur du secteur médian de la Retenue de Vezins

2016: vidanger Vezins, stabilisant le plan d'eau à juin cote intermédiaire; Terminer le Nettoyage de la Sélune Dans La Retenue de Vezins

2017: démanteler le barrage de Vezins; vidanger et traiter les Sédiments de la Retenue de la Roche-qui-boit

2018: démanteler le barrage de la Roche-qui-boit.

Isigny-le-Buat, 50

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 27 Août 2014

Isigny-le-Buat Amis du barrage. 120 PERSONNES donnent Leur AVIS

La Réunion publique, organisee mercredi 3 juillet par les Amis du barrage, N'A Pas Apporte d'Informations inédites.

Dernière mise à jour: 07/09/2014 à 14:57
Imprimer  Email 
 
 
522-3448.jpg
Le président John Kaniowsky un retracé l'histoire de la décision par la Minister prix de l'Ecologie Chantal Jouanneau, en 2009, de FAIRE Supprimer Les barrages de la Roche-qui-boit et de Vezins verser permettre la Libre circulation des Poissons Migrateurs. Un aboutissement versez de l'ONU Dossier QUI ETAIT Dans Les tiroirs DEPUIS De longues dates ET ressurgissait de Temps Ë Autre.
Les uns Ont redit Combien il jugeait this directive malvenue et déraisonnable fr period restrictions budgétaires et de Développement des énergies douces et alternatives, les Autres Ont fustigé Encore une manœuvre de séduction versez faire Revenir juin frange écologiste à la table du Grenelle de l'environnement .
«NOUS Avons Organisé this Réunion verser entender Vos amis, voiture Jamais il ne Vous was Donné De vous exprimer, ni à vous, ni à moi non plus, d'Ailleurs», un introduit le président.
Les Membres De L'association Et Les cadeaux d'Elus: maire, Député, conseillers généraux Ont répondu aux Nombreuses des questions et remarques de l'assistance, le lieu en Nombre. Il was, Autres d'Entre, question de l'incidence de l'arasement, des Risques d'inondation, du Manque d'études et d'expérimentation, des Financements de la destruction des barrages et de la renaturation de la vallée ...
Des Questions Qui stigmatisent le Manque d'informations des uns et de lisibilité des Autres sur non Projet Toujours presented Comme «Exemplaire», à la Veille de l'Enquête publique, en septembre.
 
Isigny-le-Buat, 50

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 27 Août 2014

Isigny-le-BuatBarrages. Le danger n'est peut-être pas loin

A l’aval et en amont des deux barrages de La Roche-qui-boit et Vezins, Grégoire Bourge est hydroguide.

Dernière mise à jour : 18/07/2014 à 11:10
Imprimer Email 
 
 
Grégoire Bourge est hydroguide en job d'étudiant pour EDF.
Grégoire Bourge est hydroguide en job d'étudiant pour EDF.
Sa mission : avertir les baigneurs, promeneurs, sportifs ou pêcheurs des risques potentiels. A proximité des barrages, « le calme est apparent, le risque présent ».
tudiant en école de kinésithérapie, Grégoire Bourge s’apprête à entamer sa quatrième année. Comme beaucoup de jeunes, l’été c’est boulot. Pour la deuxième année consécutive, il est hydroguide. Electricité de France l’a recruté pour une mission de prévention aux abords de ces deux barrages du Sud-Manche, mais aussi de celui de Rabodanges dans l’Orne. Il intervient également en renfort sur l’ouvrage de la Rance, à Rophemel dans les Côtes d’Armor.
Environ deux jours par semaine, il sillonne les pourtours des lacs au volant de son véhicule à l’effigie de la compagnie. Un polo à la griffe EDF, le dos imprimé du slogan « Calme apparent, risque présent », une casquette aux couleurs de l’entreprise, il est habillé pour le job.
Mais l’habit ne fait pas le tout. Le jeune homme de Ducey a été recruté à Bac + 2 pour ses connaissances en langues étrangères. L’anglais est un minimum. Il a suivi une journée de formation nationale à Tulle comme les 159 autres hydroguides, embauchés comme lui pour cet été. Les hydrauliciens d’EDF les ont sensibilisés aux risques de variations de niveau d’eau. A Dinard, une autre formation lui a ensuite appris les messages à faire passer aux personnes qui fréquentent les rivières et plans d’eau à proximité des barrages.
Les mots justes, des dépliants, affichettes et livrets de bandes dessinées pour les plus jeunes, le voilà paré pour aller à la rencontre de ce public sur les pourtours des ouvrages mais aussi dans les campings, centres de vacances…

Prévenir mais pas punir

« Je reçois généralement un bon accueil, assure Grégoire Bourge. Les gens sont contents de me voir, ça les rassure, mais ma mission consiste en de la prévention. Quand je vois un pêcheur sur un îlot au milieu de la rivière, je ne peux que le prévenir de son comportement qui peut être dangereux. Ma mission s’arrête là. je ne suis pas un gendarme. Si vraiment j’observe un comportement anormal, je remonte l’info à mon référent, à qui je fais un rapport quotidien de ce qui s’est passé. Et en fin de mission, j’établis un rapport général avec les zones les plus fréquentées, ce qui permet de détecter des nouveaux endroits de fréquentation… ».
Alain Babin prend alors les dispositions nécessaires d’affichage… « Une centaine de panneaux d’information sont en place actuellement autour des sites. Des panneaux dont l’état est contrôlé régulièrement car, même par beau temps, le fonctionnement des barrages et des centrales hydroélectriques peuvent nécessiter des lâchers d’eau. On ouvre alors les vannes sans alerte particulière et le niveau peut triplet en peu de temps avec des courants forts, submersion d’îlots ou de rochers ».
Jusqu’au 18 août, Grégoire Bourge veille, mais ça n’empêche pas de respecter les consignes de prudence : rester sur les berges, ne pas laisser ses enfants sans surveillance, éviter les zones qui ne permettent pas le repli rapide en cas de de montée des eaux et respecter les limites de la zone interdite à la navigation et à la baignade..
 
 
Isigny-le-Buat, 50
pascalebrassinne

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 26 Août 2014

Gestion des milieux aquatiques : les missions d'appui technique de bassin en cours de constitution

Un décret, publié le 30 juillet dernier, fixe la composition et le fonctionnement des missions d'appui technique de bassin chargées d'accompagner la prise de compétence des communes en matière de gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations (Gemapi).

Cette compétence est rendue obligatoire pour les communes à compter du 1er janvier 2016 par la loi demodernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles du 27 janvier 2014, dite "loi Mapam".

Les missions, dont l'action est prévue jusqu'au 1er janvier 2018, sont constituées dans chaque bassin hydrographique par le préfet coordonnateur de bassin. Elles regroupent des représentants de l'Etat, de l'agence de l'eau, des collectivités territoriales et de leurs groupements.

Elles sont chargées d'émettre des recommandations sur les outils utiles à l'exercice de la nouvelle compétence, d'établir un état des lieux des linéaires des cours d'eau ainsi qu'un état des lieux technique, administratif et économique des ouvrages et des installations. Ces documents sont établis à partir de l'état des lieux des schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux (Sdage) et des plans de gestion des risques d'inondation. La mission doit rendre compte annuellement de ses travaux au comité de bassin et présenter un rapport d'évaluation et de recommandations au 1er juillet 2017.

Deux textes réglementaires relatifs aux établissements publics territoriaux de bassin (EPTB) et aux établissements publics d'aménagement et de gestion de l'eau (Epage) sont par ailleurs en consultation jusqu'au 11 septembre. Ils prévoient une nouvelle organisation de la maîtrise d'ouvrage rendue nécessaire par la compétence Gemapi.

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 25 Août 2014

Mercure : Certains poissons seraient plus contaminés que d'autres

Réagissez ! - 1 commentaire

> Selon une étude franco-américaine, la concentration de mercure dans les océans ne cesse d'augmenter et touche un océan en particulier affectant aussi la population marine.

> Selon une étude publiée dans la revue Nature, la concentration de mercure serait anormalement élevée dans les eaux profondes d'Atlantique du Nord ! Une fois dans l'eau, ce métal est absorbé dans l'organisme du poisson qui se retrouve après dans nos assiettes. Au cours de plusieurs expéditions, les chercheurs ont analysé les eaux des océans Arctiques, ceux du Sud, ainsi que le Pacifique et l'Atlantique."La concentration globale de mercure a augmenté de 150% et le niveau de mercure a triplé à la surface des eaux", écrit l'équipe de scientifiques. Selon eux, cela serait principalement dû à la pollution humaine et industrielle.

> Des risques de troubles neurologiques

> A forte dose, le mercure peut s'avérer toxique pour le système nerveux des humains . Une étude rapportée par l'ANSES a démontré que des personnes ayant consommé des poissons contaminés au mercure ont été atteints de troubles neurologiques.

> Y-a-t-il un risque sanitaire en France ?

> Depuis ces découvertes inquiétantes, l'ANSES a mis en place un système "pour évaluer le risque sanitaire lié à la consommation de poissons contaminés par le mercure." Sur son site l'agence en conclut que "la consommation de poissons ne présente pas de risque pour la santé." Néanmoins, elle recommande pour les femmes enceintes et allaitantes "de limiter leur consommation de poissons susceptibles d'être fortement contaminés à 150g par semaine. Et 60g par semaine pour les enfants de moins de 30 mois."

Publié par Bénédicte Demmer, rédactrice santé le Mardi 19 Août 2014 à 11h09

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0