Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Publié le 31 Juillet 2015

Ouest-France vendredi 31 juillet 2015
Ouest-France vendredi 31 juillet 2015

Ouest-France vendredi 31 juillet 2015

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 31 Juillet 2015

Ouest-france vendredi 31 juillet 2015

Ouest-france vendredi 31 juillet 2015

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 31 Juillet 2015

La Gazette mercredi 29 juillet 2015
La Gazette mercredi 29 juillet 2015
La Gazette mercredi 29 juillet 2015

La Gazette mercredi 29 juillet 2015

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 31 Juillet 2015

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 28 Juillet 2015

15 juillet 2015

CATASTROPHE écologique sur les Barrages du sud-Manche

barrage-de-vezins-le lac 2L' ETAT va passer en force pour tout casser...avec la complicité de quelques élus locaux peu scrupuleux, et dont la volonté est de se faire un peu de "trésorerie" sur le dos des contribuables, déjà pompés au maximum.

En effet, demain 16 juillet 2015, la préfète organise une réunion à St Lô (en catimini) afin d'organiser le "partage du camembert" avec ceux qui ont oeuvré, la semaine passée, pour saborder le référendum local initié par Madame la Ministre et repris par le Député G. HUET. 

Cette injustice et cette décision "inique" va à l'encontre de toute démocratie participative si souvent avancée par Madame ROYAL. 

Voyez les 2 articles ci-dessous indiqués....et agissez....!!! Il ne faudra jamais laisser se faire appliquer des décisions "imbéciles"...car  ce terme est strictement réservé, comme le dit si bien le Député G. HUET, à la lâcheté, apanage des faibles et des inconséquents qui bafouent la "parole publique" et rendent un fier service aux "ayatollahs" d'une écologie  "gaucho"...et pour le moins négative.

MLib_18_juil_15

KB_15_juil

 

Posté par lehujet à - Commentaires [2] - Permalien [#]

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 28 Juillet 2015

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 28 Juillet 2015

Pour sauver ses vaches, la Suisse se sert en eau française

L'armée suisse a cette semaine mobilisé plusieurs hélicoptères pour venir puiser de l'eau dans le lac des Rousses (Franche-Comté) pour réhydrater leurs vaches. Seul problème : la préfecture du Jura, qui avait instauré des restrictions d'eau, n'était pas au courant.

A.R. | 26 Juil. 2015, 11h49 | MAJ : 27 Juil. 2015, 09h07
 
 
 
 
réagir
74
ILLUSTRATION. Les vaches suisses sont tant assoiffées par la canicule que des hélicoptères de l'armée sont venus puiser l'eau d'un lac de Franche-Comté pour les réhydrater. La préfecture du Jura n'était pas au courant.
ILLUSTRATION. Les vaches suisses sont tant assoiffées par la canicule que des hélicoptères de l'armée sont venus puiser l'eau d'un lac de Franche-Comté pour les réhydrater. La préfecture du Jura n'était pas au courant.
(LP/Ma.P.)

Les baigneurs du lac des Rousses (Franche-Comté) n'ont pas compris ce qui venait troubler leur quiétude. Jeudi, plusieurs hélicoptères ont soufflé leurs serviettes de bain pour venir puiser de l'eau en masse dans cette belle baignoire d'altitude. Or, point de feu à l'horizon qui aurait justifié une telle agitation.


Vite prévenus, les gendarmes ont pu confirmer ce week-end que les appareils appartenaient à l'armée suisse, apparemment en mission sauvetage... de vaches. Assoiffées par la canicule, les bêtes helvètes ont en effet bénéficié d'un ravitaillement de luxe. Si tous peuvent se réjouir du réconfort apporté aux braves déshydratées, la préfecture du Jura, qui avait délivré un arrêté de restriction d'eau, apprécie beaucoup moins le pillage.

Aucun responsable français n'était au courant

Selon le quotidien «Le Progrès», aucun responsable français n'avait été mis au courant de cette opération. La mairie des Rousses notamment, propriétaire du lac, ainsi que le Syndicat des eaux, n’étaient informés de rien. Ce sont même les gendarmes qui, visiblement, ont fait remonter l'information à la préfecture. Or, en France également, la chaleur assèche pâturages et fontaines. Et comme dans de nombreuses régions, des restrictions provisoires d'usages des eaux avaient été ordonnés.

Lundi déjà, «Le Parisien» - «Aujourd'hui en France» rapportait que l'armée suisse avait été appelée à alimenter des points d'eau pour vaches assoiffées dans les pâturages du canton de Vaud (ouest), où des records de chaleur sont battus depuis le début du mois. Jusqu'alors, les différents points d'eau étaient officiellement ravitaillés par des ponctions faites des lacs de Neuchâtel et de Joux

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 27 Juillet 2015

ouest-france lundi 27 juillet 2015
ouest-france lundi 27 juillet 2015
ouest-france lundi 27 juillet 2015
ouest-france lundi 27 juillet 2015

ouest-france lundi 27 juillet 2015

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 27 Juillet 2015

Sécheresse. Les restrictions d'eau étendues à 62 départements [CARTE]

Soixante-deux départements français sont désormais concernés par les restrictions d'eau en raison de la sécheresse. Elles ne concernent bien évidemment que certaines zones.

Canicule dans le Centre-Est et le Sud-Ouest

62 départements étaient concernés mardi par des restrictions d'eau liées à la sécheresse et aux fortes chaleurs qui persistent depuis plusieurs semaines, en particulier dans le Centre-Estet le Sud-Ouest, touchés par de nombreux départs de feu, selon un décompte réalisé par le ministère de l'Ecologie.

Des mesures de restriction d'eau ont été prises dans la quasi-totalité des départements de Bourgogne et Rhône-Alpes, où la canicule a fait rage depuis début juillet, ainsi qu'en Auvergne.

Tous les départements de la région Poitou-Charentes et de l'Aquitaine comptent également des bassins versants concernés par de telles restrictions préfectorales, selon la carte mise en ligne par le ministère de l'Ecologie 

La carte ci-dessous présente l'ensemble des départements concernés, mais les restrictions ne concernent que certaines zones et pas l'ensemble du département.

La carte des départements concernés par les restrictions  d eau
La carte des départements concernés par les restrictions d eau | Ministère de lécologie
Départements

Restrictions par département

Vigilance : Information et incitation des particuliers et des professionnels à faire des économies d'eau
Alerte : Réduction des prélèvements à des fins agricoles inférieure à 50% (ou interdiction jusqu'à 3 jours par semaine), mesures d'interdiction de manœuvre de vanne, d'activité nautique, interdiction à certaines heures d'arroser les jardins, espaces verts, golfs, de laver sa voiture, ...
Alerte renforcée : Réduction des prélèvements à des fins agricoles supérieure ou égale à 50% (ou interdiction supérieure ou égale à 3,5 jours par semaine), limitation plus forte des prélèvements pour l'arrosage des jardins, espaces verts, golfs, lavage des voitures, ..., jusqu'à l'interdiction de certains prélèvements
Crise : Arrêt des prélèvements non prioritaires y compris des prélèvements à des fins agricoles. Seuls les prélèvements permettant d'assurer l'exercice des usages prioritaires sont autorisés (santé, sécurité civile, eau potable, salubrité)
Zone d'alerte spécifique aux eaux souterraines

En Rhône-Alpes, l'Ardèche est particulièrement touchée, avec plusieurs bassins versants du nord du département placés en situation de « crise » par la préfecture, qui interdit tout prélèvement d'eau aux professionnels (notamment de l'agriculture) et aux particuliers hormis pour les priorités (sous conditions par exemple dans les serres agricoles et pour l'abreuvage des animaux). La Loire, le Rhône, la Savoie et la Haute-Savoie font l'objet de mesures de moindre ampleur (niveau « alerte »), tout comme la Drôme. En Bourgogne, la Saône-et-Loire et la Nièvre sont les plus touchées.

Risques d'incendies accrus

Dans la région Aquitaine, de nombreux bassins versants étaient également considérés en situation de « crise » (Gironde, Dordogne, Lot-et-Garonne), de même qu'en Poitou-Charentes (Charente, Deux-Sèvres) ou en Midi-Pyrénées (Lot, Tarn et dans une moindre mesure Haute-Garonne). Les restrictions d'eau n'y sont toutefois pas toujours aussi sévères qu'en Ardèche.

Les bassins versants touchés par la sécheresse concernent aussi des régions situées plus au nord, avec des départements du centre de la France (Indre, Indre-et-Loire, Eure-et-Loire, Loiret) et d'Ile-de-France (Seine-et-Marne) là encore frappés de restrictions d'eau en raison d'une situation de « crise ». La sécheresse aggrave aussi les risques d'incendie, qui se sont multipliés ces derniers jours en Rhône-Alpes, Bourgogne et Aquitaine.

Mauvais pour l'agriculture

Jeudi, quelque 300 hectares de végétation sont ainsi partis en fumée dans l'Ain, département pourtant peu habitué aux incendies. De nombreux départs de feu (herbes, pinèdes, etc.) ont également été signalés ces dernières semaines en Aquitaine, où le département des Landes, très boisé, est désormais classé au niveau 2 (sur 3) concernant les risques d'incendies de forêt.

La sécheresse risque en outre d'avoir un impact notable sur la situation des éleveurs, déjà mal en point. « Il manquera des fourrages, de la paille et les prix sur les marchés vont être très largement impactés par cette sécheresse. Forcément ça va coincer... », résume Xavier Morel, chargé de mission « élevage » à la FDSEA de la Loire

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 26 Juillet 2015

Côte-d’Or : des mesures de gestion d’eau entraînent la mort de poissons dans la rivière l’Ource

Une rivière à sec et d’innombrables poissons morts : le maire de Vanvey, dans le Châtillonnais, dénonce une "situation écologique désastreuse" qui est le "résultat d’une décision administrative", dit-il.

  • B.L.
  • Publié le 13/07/2015 | 19:28, mis à jour le 15/07/2015 | 19:55
Lamproies, truites fario, brochets et autres espèces n'ont pas survécu à l’assèchement des bras de la rivière l’Ource, en Côte-d'Or.

Lamproies, truites fario, brochets et autres espèces n'ont pas survécu à l’assèchement des bras de la rivière l’Ource, en Côte-d'Or.

 
 
 
Côte-d’Or : des mesures de gestion d’eau entraînent la mort de la faune de la rivière l’Ource

Reportage : Lise Riger et Christophe Gaillard / Montage : Patrick Jouanin
Intervenants :
  • Paule Fonquernie, habitante de Vanvey
  • Thierry Naudinot, président du Syndicat Intercommunal des Cours d'Eau du Châtillonnais
  • Philippe Vincent, maire de Vanvey (SE)

En cette période de sécheresse, les cours d’eau présentent des débits particulièrement faibles.
Dans ce cas, les organismes chargés de gérer les cours d’eau sont tenus d’appliquer la loi sur l’eau. Celle-ci stipule qu’en période d’étiage [période de l’année où le niveau d’un cours d'eau atteint son point le plus bas], un débit minimum doit être conservé dans le bras naturel de la rivière.

"C’est ainsi que depuis mercredi 8 juillet, par arrêté préfectoral, une manœuvre des vannages situés en amont du village de Vanvey, en privilégiant la rivière naturelle de l’Ource a entraîné l’assèchement total des autres bras de la rivière, très riches en bio-diversité", déplore Philippe Vincent, le maire de Vanvey.
 
sécheresse rivière l’Ource lamproie

 


Les habitants ont assisté pendant quatre jours à l’agonie de la faune aquatique : lamproies, truites fario, brochets
"Il y avait aussi des écrevisses, des moules de rivière", précise l’élu. Autant d’espèces qui avaient disparu des cours d’eau et qu’on voit revenir après des années d’effort, fait-il remarquer.

Le maire de ce village de 235 habitants dit ne pas comprendre "une décision aussi extrême".
En effet, précise-t-il, "la région a déjà connu des périodes d’étiage (1976, 2003 par exemple), mais sans jamais avoir vu les différents bras de l’Ource mis à sec. La gestion de ces moments critiques a toujours été faite dans le respect de la nature, de la population et de l’économie locale, qui sont les trois piliers du développement durable. Pourquoi n’est-ce plus le cas en 2015 ?", s’interroge-t-il.
 
Le lavoir de Vanvey fait la fierté du village

Le lavoir de Vanvey fait la fierté du village


"En hydrologie, il y a des cas particuliers. L’Ource [un affluent de la Seine, qui traverse la Bourgogne et la Champagne-Ardenne] a des spécificités. Il faudrait que l’administration raisonne au cas par cas, seulement on ne tient pas compte de l’avis des riverains."
"Je n’en veux pas au Syndicat Intercommunal des Cours d'Eaux Châtillonnais (SICEC), car je sais qu’il s’agit d’une décision imposée", conclut Philippe Vincent avec amertume.
 
Le lavoir de Vanvey depuis l'entrée en vigueur de l'arrêté préfectoral du 8 juillet 2015

Le lavoir de Vanvey depuis l'entrée en vigueur de l'arrêté préfectoral du 8 juillet 2015

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0
1 2 3 4 5 6 7 > >>