Publié le 31 Mars 2016

 
 

Électricité: pourquoi certaines communes refusent les compteurs Linky

Par le
Électricité: pourquoi certaines communes refusent les compteurs Linky
Les ondes émises par les nouveaux compteurs électriques sont-elles dangereuses? Le débat s’échauffe alors que les premiers "compteurs intelligents" sont déjà installés.

"J’ai refusé les compteurs Linky dans les locaux communaux où des personnes travaillent toute la journée ou séjournent longuement: la mairie, l’école, la garderie, la bibliothèque…." En tant que maire de Saint-Pabu, commune de 2060 habitants près de Brest, Loïc Guéganton, a décidé de garder son calme et d'adopter le principe de précaution. É

Face à la bataille d'arguments entre ceux qui dénoncent les dangers du nouveau compteur électrique pour la santé et ERDF, l’édile constate que, "faute d’étude indépendante", il lui est impossible de vérifier le risque sanitaire. Chaque jour, le facteur lui apporte des lettres d'administrés refusant Linky, "un tiers des courriers de la mairie en ce moment". Il s'agit souvent des copies de courriers adressés à ERDF, rédigés d'après des modèles diffusés sur internet. Que faire? Le maire "regrette le manque de concertation" et plus largement "que les choses ne soit pas faites dans l’ordre". Les pouvoirs publics ont, en effet, saisi l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) en septembre 2015 pour mesurer les effets de Linky mais, selon l’agence, les résultats ne seront pas disponibles avant mai ou juin 2016. En attendant, d’autres communes ont dit stop. Le site refus.linky.gazpar.free.fr, animé par un conseiller municipal de Saint-Macaire, en Gironde, recense 21 communes récalcitrantes. Il déplore aussi "un désastre écologique" consistant à "se débarrasser de compteurs en parfait état de marche".

Ce que dénoncent les anti-Linky?

Alors que depuis le 1er décembre 2015 ERDF a commencé à poser les boîtiers (35 millions doivent être remplacés d’ici à 2021), plusieurs associations ou collectifs, comme Priatrem-Électrosensibles ou Robin des Toits, dénoncent des risques. Les anti-Linky soulignent que le compteur transmet des données diffusées via les fils électriques, grâce à la technologie du CPL (Courant porteur en ligne). Selon eux, il en résulterait un rayonnement électromagnétique nocif "dans tout le logement, car les fils ne sont pas blindés".

Ce que répond ERDF

"À l’exception d’une minute par jour, Linky fonctionne exactement comme les anciens compteurs", explique Gladys Larose, en charge des relations externes sur le projet Linky chez ERDF. Pendant cette minute quotidienne, Linky reçoit un signal externe puis renvoie des informations, ceci passe effectivement par le courant électrique. Est-ce dangereux? Non, affirme la porte-parole d’ERDF en déroulant quatre arguments:

-  Linky génère un champ électromagnétique extrêmement faible, plus réduit que la plupart des appareils électriques branchés dans une maison (frigo, grille-pain…). À titre de comparaison, un ordinateur branché, mesuré à 40 cm, émet un champ de 5 volts par métre, alors que Linky, mesuré à 20 cm, émet moins de 0,1 volt par mètre.

- le temps communication des données est bref.

- Linky est testé depuis des années par des cabinets externes. Une expérimentation sur 300 000 compteurs est menée depuis 2010. 

- sur 120 000 Linky installés à ce jour, il y a très peu de refus (1,4%).
Par le

Un particulier peut-il refuser Linky?

Pas question de faire les choses en force, répond Gladys Larose. Elle insiste sur la volonté de dialogue et de pédagogie d’ERDF: réunions publiques sur demande des maires et, si nécessaire, mesures des émissions chez l’habitant par un organisme neutre

" Du strict point de vue juridique, un consommateur qui refuse le compteur encourt le risque de se faire couper l’électricité", prévient Nicolas Mouchnino, chargé de mission énergie et environnement à l’UFC-Que choisir. "C’est un engagement contractuel. Quel que soit votre fournisseur d’électricité (EDF, Direct Energie…), ERDF gère la distribution de l’énergie, et vous êtes en contrat avec eux. Or, dans les conditions générales de ventes, il est clairement indiqué qu’ERDF peut intervenir sur le compteur en raison d’évolutions technologiques." Comme c’est typiquement le cas avec l’installation de Linky, le juriste déconseille le refus aux consommateurs.

Lire aussi: Compteur Linky, quand et comment sera-t-il posé chez vous?

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 31 Mars 2016

L'Astee publie un guide de bonnes pratiques sur la gestion patrimoniale des réseaux d'assainissement

L'Association scientifique et technique pour l'eau et l'environnement (Astee) a publié un recueil de bonnes pratiques sur la gestion patrimoniale des réseaux d'assainissement. "Dans la période actuelle de rationalisation des maîtrises d'ouvrage en matière d'assainissement, en particulier du fait de la loi NOTRe, et du resserrement des budgets, le présent guide sur la gestion patrimoniale des réseaux d'assainissement a pour objectif d'aider les collectivités en charge du service public de l'assainissement et du service public de gestion des eaux pluviales urbaines. Ceci afin qu'elles fixent les conditions minimales pour optimiser leurs investissements", explique l'association dans un communiqué.

L'outil de 248 pages s'intéresse aux aspects techniques et financiers des réseaux d'assainissement. Il rappelle les axes et objectifs d'une gestion patrimoniale de ces équipements, le cadre réglementaire et la démarche de gestion patrimoniale. Il précise les dimensions économiques, financières, organisationnelles de la gestion des immobilisations et exploitation. Il fournit des éléments pour le descriptif des autres ouvrages (localisation, données patrimoniales). Figurent également sept fiches techniques méthode, dix fiches techniques de caractérisation du réseau et des ouvrages (collecteur, branchement, regard, station de pompage, etc.), des fiches retours d'expérience ainsi que des informations clés pour la mise en œuvre d'un système d'information géographique (SIG).

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 31 Mars 2016

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 31 Mars 2016

Veuillez trouver ci-dessous le dernier article publié par CEDEPA

Vous recevez cet article parce que vous êtes abonnés au flux d'information de CEDEPA. Vous pouvez vous désabonner en suivant le lien en bas de page.

La pisciculture de Champlost (89) détruite sous couvert de
continuité écologique

La pisciculture de Champlost (89) détruite sous couvert de continuité écologique

Sur le Créanton (affluent icaunais de l’Armançon) à Champlost, une pisciculture et le seuil d’un moulin ont été détruits afin de ‟renaturer” la rivière. Coût estimé de l’opération : 345 k€ d’agent public pour un obstacle certes infranchissable, mais qui pouvait être aménagé à moindre frais. Cette opération portée par le SIRTAVA (Syndicat de l’Armançon) et l’Agence de l’eau Seine-Normandie est …

Lire la suite.

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 30 Mars 2016

Trail de la Vallée de la Sélune : changement d’horaire samedi 2 avril

...

photo les dirigeants et coureurs d'isigny running prépare la 4e édition du trail de la vallée de la sélune, organisée avec le comité des fêtes de biards, sous la houlette de sa présidente, delphine dupont. © ouest-france

Les dirigeants et coureurs d'Isigny Running prépare la 4e édition du trail de la Vallée de la Sélune, organisée avec le comité des fêtes de Biards, sous la houlette de sa présidente, Delphine Dupont.© Ouest-France

La 4e édition du trail de la Vallée de la Sélune, aux Biards, compte déjà 320 inscrits. Un changement est à noter : l’heure de départ, samedi 2 avril, passe de 20 h à 20 h 30.

L’association Isigny Running et le comité des fêtes des Biards, avec le support de la base de loisirs de La Mazure pour le site, de la municipalité de la commune-canton et du conseil régional pour les infrastructures et le soutien financier, peaufinent les derniers détails du grand week-end trail, organisé samedi 2 et dimanche 3 avril.

Le trail de la Vallée de la Sélune propose cinq épreuves : le défi sobhi sport (trail nocturne et trail long), le défi la Mazure (trail nocturne et trail court), le samedi : le trail nocturne (trail court de 11 km) et le dimanche : le trail de la vallée (trail long de 22 km) et la course nature (trail court de 11 km).

Des dossards pucés

« L’heure de départ pour samedi soir, initialement prévue à 20 h, est décalée à 20 h 30, informe Franck Chesnel, le président d’Isigny Running. Nous comptons 320 inscrits à J-7, dont 140 sur les défis : 90 sur le Sobhi et 50 sur la Mazure. Cette nouvelle formule attire. Autre nouveauté, les dossards sont dotés d’une puce. Les concurrents des défis conserveront le même dossard durant les deux jours. »

Samedi 2 avril, retrait des dossards, de 18 h à 20 h 15 ; dimanche 3 avril, départ à 9 h 30, retrait des dossards à partir de 7 h 30 ; majoration de 5 € pour le samedi et de 2 € pour le dimanche. Vestiaire et douche sur place.

Inscriptions : Caroline Osuna, cité de la Sélune, 50 540 Les Biards et internet : www.bibchip-france.fr  ; hébergement et restauration à la Mazure sur réservation, au 02 33 89 19 50 ou par mail : contact@lamazure.com. infos sur le site : www.isigny-running.fr

Pour connaître les favoris et l'organisation mise en place par les bénévoles, lire l'édition d'Avranches d'Ouest-France du mardi 29 mars, également disponible en version numérique.

Par Ouest-France   Ouest-France  

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 30 Mars 2016

Barrages de la Sélune : le démantèlement n'est plus d'actualité

Par un arrêté du 3 mars 2016, le préfet de la Manche, Jacques Witkowski, autorise les opérations de vidange et de gestion des sédiments du barrage de Vezins, situé sur la Sélune.

Cet acte intervient alors que la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, rencontrait le 2 mars dernier les ingénieurs et le président de la société Valorem, candidate officielle à la reprise du barrage.

Les associations de défense de l'environnement et notamment l'association des Amis de la Sélune dénoncent une décision politique inverse aux recommandations scientifiques. Elles réclament que soient entrepris les travaux de démantèlement, une promesse du ministère de l'Environnement qui remonte à 2009, mais qui est restée lettre morte. Cette installation devait être déconstruite afin de procéder à la réhabilitation de la continuité écologique du cours d'eau, engagement pris au cours du Grenelle de l'environnement.

En 2014, Ségolène Royal avait toutefois annoncé vouloir étudier des solutions alternatives au projet d'arasement du barrage de Vezins. Malgré les conclusions du Conseil scientifique du patrimoine naturel et de la biodiversité (CSPNB) favorables à un démantèlement de cette installation, celui-ci ne semble plus d'actualité.

La société Valorem a annoncé une réunion en juin 2016 afin de préciser les contours du projet de reprise du barrage.

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 29 Mars 2016

Défendre les ouvrages et les usages de la rivière dans le respect des milieux naturels

Publié le
  • 12 partenaires nationaux,
  • 275 associations et institutions,
  • 1200 élus s’engagent pour une autre vision de la continuité écologique

Lire le dossier de presse complet ici::​   moratoire_dossier 2016

.Le mouvement pour un moratoire sur la continuité écologique est porté par 12 partenaires nationaux et plus de 250 associations et institutions locales, représentant l’ensemble des usagers de l’eau, des propriétaires d’ouvrages hydrauliques et des riverains.

> L’appel à moratoire a déjà recueilli plus de 1800 grandes signatures en sept mois, dont 29 parlementaires et plus de 500 maires ou maires-adjoints.

> Plus de 100.000 adhérents directs au bord des rivières classées au titre de la continuité écologique sont représentés par les associations ou institutions signataires.

> Depuis le lancement du moratoire, et suite à d’innombrables interpellations des élus, le gouvernement et le Parlement ont commencé à acter la réalité des problèmes posés par la réforme de continuité écologique : indifférence au patrimoine historique et culturel ; manque de concertation ; prime à la destruction des ouvrages ; changement des paysages de vallée contre l’avis des riverains ; coût exorbitant de certains aménagements ; insolvabilité des particuliers et mise en danger des petites exploitations ; absence de suivi sérieux du Ministère (pas de base de données nationale) ; retard considérable sur les chantiers (moins de 10% de sites aménagés à 2 ans seulement de l’issue du délai légal).

> La mission confiée au CGEDD par la Ministre de l’Ecologie en décembre 2015 pour faciliter le consensus autour de la mise en conformité des seuils, chaussées et barrages en rivière, comme le vote des lois Patrimoine et Biodiversité doivent permettre d'entériner des évolutions substantielles de la loi, de la réglementation et de la mise en œuvre de la continuité écologique.

> Les partenaires nationaux du moratoire font 10 propositions pour une réforme en profondeur de la gouvernance et de l’application des réformes de continuité écologique.

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 28 Mars 2016

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 28 Mars 2016

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 28 Mars 2016

Rédigé par jojo

Repost 0