Publié le 31 Mai 2016

EnR : les décrets sur le complément de rémunération enfin publiés

Les décrets qui précisent les premiers éléments du nouveau mécanisme de soutien aux énergies renouvelables sont parus au Journal officiel. Retour sur les principales dispositions.

EnR : les décrets sur le complément de rémunération enfin publiés

Les attendus décrets qui fournissent les rouages du nouveau mécanisme de soutien aux énergies renouvelables ont été publiés au journal officiel, les 28 et 29 mai. Ces derniers découlent des nouvelles lignes directrices européennes qui visent à faire entrer les énergies renouvelables sur le marché. Au niveau national, cette exigence a été traduite dans la loi de transition énergétique.

Restait à venir préciser les dispositions pour leurs applications. Les trois décrets publiés apportent ainsi les premiers éléments. Le texte central (en Conseil d'Etat), présenté par le ministère de l'Ecologie le 11 septembre dernier, relatif à l'obligation d'achat et au complément de rémunération donne les clefs du fonctionnement du système.

Créé pour se substituer aux tarifs d'achat, le complément est une prime versée à un producteur d'énergie renouvelable en complément de la vente sur le marché de l'électricité qu'il a produite : elle comble ainsi l'écart entre le prix de marché et un prix cible fixé par filière.

Le décret fixe les conditions dans lesquelles les installations pourront bénéficier de ce complément, ses modalités de calculs et de versement. Le texte maintient que pour bénéficier d'un contrat de complément de rémunération, le producteur renonce au préalable au droit d'obtenir la délivrance des garanties d'origine pour l'électricité produite par l'installation pendant la durée du contrat. Dans un avis sur les décrets, rendu en décembre dernier, la commission de régulation de l'énergie avait pourtant estimé que cette interdiction pourrait restreindre les possibilités de valorisation de l'électricité produite par ces installations.

Les modalités d'achat en dernier recours détaillées

Le décret établit également les modalités d'achat en dernier recours. L'acheteur est désigné par le ministre chargé de l'énergie, après mise en concurrence et pour une durée maximum de cinq ans. Il devra conclure un contrat d'achat de l'électricité lorsque qu'il y a impossibilité pour le producteur de contractualiser avec un agrégateur tiers ou de vendre lui-même sur le marché mais également en cas de défaillance de l'agrégateur tiers  (retrait ou la suspension du contrat). Le tarif d'achat de cette électricité ne pourra être supérieur à 80% du niveau du tarif de référence.

Enfin, le dispositif de certificat ouvrant droit à l'obligation d'achat d'électricité (CODOA) ne sera plus nécessaire pour bénéficier d'un contrat d'achat. "Ce qui va permettre d'alléger les procédures et de raccourcir les délais d'obtention de ce contrat", assure le ministère de l'Environnement dans un communiqué.

Un second décret précise quant à lui les filières qui pourront continuer à bénéficier de l'obligation d'achat et celles qui expérimenteront le complément de rémunération.

Disposeront ainsi encore des tarifs d'achats, les installations hydroélectriques d'une puissance installée inférieure ou égale à 500 kilowatts, les installations photovoltaïques implantées sur bâtiment d'une puissance crête installée inférieure ou égale à 100 kilowatts et les installations utilisant à titre principal le biogaz produit par méthanisation ou issu d'installations de stockage de déchets non dangereux, d'une puissance installée strictement inférieure à 500 kilowatts. Toutefois, les installations d'une puissance installée inférieure ou égale à 12 mégawatts implantées dans des zones non interconnectées au réseau métropolitain continental pourront toujours prétendre à des tarifs d'achats.

Les éoliennes bénéficient toujours du tarif d'achat

Alors que la CRE s'était montré défavorable à la coexistence de plusieurs mécanismes de soutien pour la filière éolien terrestre et en particulier au maintien des tarifs d'achat, le décret maintient cette possibilité pour les éoliennes (à l'exception de celles implantées en Corse et celles situées dans des zones particulièrement exposées au risque cyclonique et disposant d'un dispositif de prévision et de lissage de la production).

Pour ce qui concerne les énergies marines renouvelables, les installations flottantes utilisant l'énergie mécanique du vent qui sont lauréates d'un appel à projets du programme des investissements d'avenir ou d'un appel à projet européen “New Entrant Reserve” ainsi que les installations utilisant l'énergie houlomotrice ou hydrocinétique lauréates d'un appel à projets du programme des investissements d'avenir continue à avoir accès à l'obligation d'achat.

Les autres bénéficiaires implantées sur le territoire métropolitain continental sont les installations de cogénération d'électricité et de chaleur valorisée à partir de gaz naturel d'une puissance installée inférieure ou égale à 300 kilowatts ainsi que les installations qui valorisent l'énergie dégagée par la combustion ou l'explosion de gaz de mine d'une puissance installée inférieure ou égale à 12 mégawatts.

Le troisième décret (en Conseil d'Etat) précise les modalités de cession des contrats d'achat ainsi que les conditions d'agrément des acteurs auxquels les contrats peuvent être cédés. "L'agrément sera délivré au regard des capacités techniques et financières de l'organisme demandeur", précise le ministère de l'Environnement.

Reste désormais à attendre la publication des arrêtés par filières qui viendront préciser et fixer l'ensemble des conditions de soutien aux différentes énergies renouvelables mais également le retour de la Commission européenne.

 "Ces textes étaient très attendus par les filières renouvelables soumises à ce changement de mécanisme économique, a souligné Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables (SER). Désormais, nous attendons les dernières validations de Bruxelles concernant les niveaux de soutien pour donner à nos filières les moyens d'atteindre les objectifs que la loi de transition énergétique pour la croissance verte a fixés".

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 26 Mai 2016

AIMEZ-VOUS CETTE VIDÉO DE L'AUTRE CAFÉ AVEC SON LAC DE LA ROCHE-QUI-BOIT?

 
l'autre café, le café-brocante, lieu de culture près du lac de la Roche-qui-Boit à Saint-Laurent-de-Terregatte. ITW de Jean-Louis Gavard, propriétaire du lieucf. http://avran…
dailymotion.com
 

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 26 Mai 2016

Retenues d'eau : l'évaluation de leurs impacts cumulés nécessite plus de données

Une expertise scientifique collective s'est intéressée aux impacts cumulés des cours d'eau. Leurs principaux résultats soulignent un déficit de connaissance. Les opérateurs attendent quant à eux des outils d'aide à la décision.

Retenues d'eau : l'évaluation de leurs impacts cumulés nécessite plus de données
Comment évaluer l'impact cumulé des retenues d'eau ? C'est à cette question qu'ont tenté de répondre les scientifiques de l'Irstea (Institut de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture) et l'Inra (Institut national de recherche agronomique), missionnés sur ce sujet par le ministère de l'Environnement. Depuis la réforme de décembre 2011, les projets de création de retenues qui nécessitent une étude d'impact doivent en effet ajouter à leur dossier une analyse...
 

La suite de cet article est réservée à nos abonnés ou en achat à l'acte

 

Abonnez-vous pour un accès illimité 9? par mois

 

Achetez cet article à l'acte pour 2,50 €

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 26 Mai 2016

Bonjour à tous,

Jai le plaisir de vous convier à un grand rassemblement populaire qui se tiendra :

SAMEDI 11 JUIN 10 HEURES

 au Petit Bois de Vezins

près du barrage

 

Pour SOUTENIR LE MAINTIEN EN ACTIVITE des barrages de VEZINS / La ROCHE QUI BOIT

au moins jusquà la fin de vie des ouvrages

et le projet de reprise de VALOREM.

Affirmer notre volonté que la décision ministérielle et le calendrier des opérations de vidange soient respectés.

(Pas de brèches, pas datteinte à la structure du barrage, pas de décision définitive avant lassec complet prévu en Juillet 2018)

-Nous rappellerons les détails de larrêté préfectoral-

       

OUI AUX ENERGIES RENOUVELABLES, OUI A LECOLOGIE

NON AUX CASSEURS DE BARRAGES

    •        

 

Au menu :

Interventions délus et de personnalités, musique, animations diverses, saucisses grillées, casse-croûtes, buvette, ambiance champêtre et conviviale

 

En pratique :

le préau du Petit Bois et son barbecue ont été réservés à lassociation des AMIS DU BARRAGE pour la journée du 11 JUIN.

Parkings, toilettes et soleil assurés.

La participation à la consultation populaire de fin 2015 (presque 20.000 votes) et à notre réunion publique du 28 Avril (plus de 500 personnes) a été remarquée et déterminante.

 

Nous sommes tous concernés par lavenir de la vallée de la Sélune, de nos lacs et de nos barrages. Parlez-en autour de vous.

 

TRANSFORMONS LESSAI le 11 JUIN ; VENEZ NOMBREUX !

 

Cordialement,

John KANIOWSKY

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 24 Mai 2016

A l'issue de l'exposition de peinture qui s'est tenue à la Verrière à St Hilaire les artistes des 3 provinces ont offert une fresque de leur mutuel composition aux ADB, représenter par Jacqueline et Roger.

 
Photo de Jean Pierre Hamon.
J’aimeAfficher plus de réactions

Commenter

La création est infinie ! La lumière et l'eau, indispensable à notre belle planète ont inspirés ces artistes. Lors de l'exposition des "artistes des 3 provinces", ils ont réalisé cette magnifique fresque qui a fait voyager les visiteurs dans l'univers pictural de la couleur. Un grand grand MERCI à tous et rendez-vous le 4 septembre 2016 au petit bois de Vezins pour la signature à l'occasion de notre fête "LES BARRAGES TOUT EN ART" Internautes venez nombreux, remplir "votre coeur de couleurs" Nous comptons sur vous ! Jacqueline Lebeurrier

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 24 Mai 2016

Etat des eaux souterraines : un arrêté en consultation

Le ministère de l'Environnement met en consultation un projet d'arrêté relatif aux critères d'évaluation de l'état des eaux souterraines. Ce texte vise à transposer en droit français deux modifications apportées à l'annexe 2 de la directive 2006/118/CE sur la protection des eaux souterraines contre la pollution et la détérioration par la version de 2014 (directive 2014/80/CE).

L'arrêté précise les principes à prendre en considération par les Etats membres pour l'établissement des valeurs seuils dans le cas de concentrations naturelles élevées (fond géochimique naturel). Dans un second article, le projet de texte ajoute les paramètres "nitrites" et "phosphates" à la liste minimale des paramètres et valeurs seuils associés retenues au niveau national.

Un troisième article définit le calcul des valeurs moyennes pour les résultats de mesure qui sont inférieurs à la limite de quantification des méthodes d'analyse.

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 24 Mai 2016

 

Hydraulique : EDF inaugure une nouvelle passe à poissons à la centrale de Strasbourg

-EDF_Strasbourg®AIRDIASOL.Rothan_DSC1714Le groupe français investit depuis plusieurs années maintenant dans la construction d’installations destinées à limiter l’impact de ses centrales hydroélectriques sur le milieu naturel et la biodiversité. Une stratégie que l’on retrouve notamment en Alsace, où l’énergéticien a inauguré, ce jeudi, la nouvelle passe à poissons de la centrale de Strasbourg. 

Après deux ans et demi de travaux et 16 millions d’euros d’investissements cofinancés par EDF et l’agence de l’Eau Rhin Meuse, la passe à poissons de l’usine hydraulique de Strasbourg a été inaugurée ce jeudi 19 mai. Elle permettra aux saumons migrateurs ainsi qu’à l’ensemble de la faune aquatique du Rhin (lamproies marines, anguilles, truites de mer) de poursuivre leur route jusqu’au barrage suivant.

Une passe à poissons dernière génération 

Aménagé sur l’île de Rohrschollen, ce circuit piscicole innovant comprend deux bassins accolés aux digues du Rhin, une rivière reconstituée permettant aux poissons de traverser paisiblement la passe, et une microcentrale turbinant le débit et facilitant l’attraction des poissons. Cette microcentrale offre également une puissance supplémentaire de production de 1,5 MW, soit l’équivalent de la consommation d’une localité de 1 000 habitants. « L’eau ainsi soustraite à l’usine hydraulique est turbinée pour limiter la perte de production électrique », explique au journal régional DNA François Tissier, directeur environnement hydraulique Grand Est.

Ce nouvel aménagement fait suite à celui de Kembs mis en service en 2015 dans le cadre du programme de renaturation du vieux Rhin et dénote d’une volonté plus large du groupe EDF de garantir la continuité écologique de ses ouvrages hydrauliques dans la région. La région Grand Est est la troisième région productrice d’électricité renouvelable de l’Hexagone, et tient un rôle particulièrement important dans la filière hydraulique française avec plus de 2 000 MW de capacités installées sur le Rhin, la Meuse et la Moselle. Pour l’électricien tricolore, premier producteur d’énergies renouvelables en Europe, il s’agit de consolider sa production d’électricité bas carbone, l’hydraulique étant la première des énergies vertes en France, tout en participant au développement durable de la région.

Un ouvrage écologique et pédagogique

Mis en place par la communauté internationale et l’Etat français, le plan saumon 2020 a pour objectif d’assurer la protection environnementale du Rhin et de son écosystème suite à l’accident survenu dans l’usine Sandoz à Bâle en 1986. Il vise à améliorer la qualité des eaux du fleuve et à favoriser le retour des grands poissons migrateurs. Les efforts entrepris dans ce cadre par les exploitants doivent permettre de réintroduire le saumon en facilitant son voyage de la mer du Nord jusqu’à Bâle et les zones de reproduction en amont.  « Le Rhin est un poumon économique pour le territoire alsacien, mais également écologique et la stratégie du groupe EDF s’inscrit dans cette logique », a déclaré lors de l’inauguration Yves Giraud, directeur de la division production ingénierie hydraulique chez EDF.

Le groupe français entend ainsi participer à la restauration des écosystèmes et de la biodiversité, tant en assurant une mission de développement économique local et de sensibilisation de la population aux grandes problématiques environnementales régionales. Un circuit touristique a été développé dans ce but autour de la passe à poissons et propose au grand public de s’informer et d’apprécier les dessous de cet équipement. Le public pourra d’ailleurs accéder de manière exceptionnelle à l’intérieur de la passe à poissons et profiter d’animations et de visites guidées gratuites lors de la Fête de la Nature organisée les samedi 21 et dimanche 22 mai prochains.

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 23 Mai 2016

4es Rencontres hydrauliques régionales
Quarré-les-Tombes – Saint-Léger-Vauban
Yonne, Bourgogne

Samedi 25 juin 2016
journée et soirée
Le dimanche 26 juin 2016
en matinée, visite de 3 sites
-—
Organisées par Hydrauxois,
avec la participation des associations de Bourgogne et régions voisines

Programme
9h30 Visite de l’Abbaye de la Pierre-qui-Vire [accès libre et gratuit]
Site exceptionnel niché au coeur des forêts et vallées profondes du Morvan, à l’aval du lac de
Saint-Agnan, l’Abbaye de la Pierre-qui-Vire bénéficie d’une chute de plus de 30 m. L’Abbaye
injecte sur le réseau et produit sa propre électricité, démarche exemplaire et pionnière à
l’heure de la transition énergétique. Nous visiterons le site et les installations.
Rendez-vous : au parking devant l’Abbaye.
11h30 Visite du Moulin du Trinquelin – Visite d’un ouvrage ancien [accès libre et
gratuit]
A l’aval de l’Abbaye, visite d’un ouvrage qui dispose encore de tous ses équipements
traditionnels de meunerie.
Rendez-vous : au centre du village de Trinquelin.
12h45 Buffet à la salle des fêtes de Quarré-les-Tombes [réservation
nécessaire]
14h15 Conférences et débats autour de la petite hydraulique,
exposition sur les 40 moulins du Cousin [accès libre et gratuit]
Les présentations et échanges d’expériences seront centrés sur l’actualité des moulins et
usines à eau : continuité écologique, point sur les évolutions récentes et débat sur la
stratégie – cartographie des cours d’eau et enjeu du non-classement des biefs – relance de
l’activité hydro-électrique, nouveaux tarifs et appels d’offres du Ministère. Une exposition
présentera l’histoire des moulins de la rivière Cousin-Trinquelin.
Rendez-vous : salle des fêtes de Quarré-les-Tombes
18h30 Visite, apéritif et barbecue au Moulin Simonneau [réservation
nécessaire]
Dans l’ambiance conviviale d’un moulin en activité (hydraulique, solaire, biomasse), en
présence des animateurs des Rencontres hydrauliques et de l’équipe Hydrauxois, continuez
les échanges et passez une fin de journée agréable au bord de l’eau.
Rendez-vous : au Moulin Simonneau à Saint-Léger-Vauban.
Dimanche 26 juin 2016 – 09:30-12:00
Visite de 3 moulins dans la vallée du Cousin avallonnais
Pour ceux qui choisissent de rester dans la région le temps d’un week-end, nous proposons
de visiter le dimanche matin trois superbes moulins dans la magnifique vallée du Cousin
autour d’Avallon : moulin Cadoux (classé au patrimoine pittoresque de l’Yonne), moulin
Cayenne (doté d’une roue Sagebien), moulin Léger (producteur, turbine Francis). Ce sera
aussi l’occasion de découvrir 3 types de passes à poissons en eau (rampe enrochée, passe
à cascades, rivière de contournement), un sujet d’actualité à l’heure de la mise en conformité
des ouvrages à la continuité écologique.
Réservation
Pour les activités appelant obligatoirement réservation (déjeuner et apéritif-dîner), vous
pouvez :
• envoyer le règlement par chèque (ordre Hydrauxois) avec ce bon rempli à l’adresse :
Hydrauxois, Moulin Durix, rue des moulins, 21140 Semur-en-Auxois
• préciser le nombre de personnes et le montant total à régler (sur place) par mail à :
hydrauxois@gmail.com
Nom :
Prénom :
Adresse :
Tel :
Mail :
Buffet déjeuner : 19 € x … personnes = …. €
Apéritif et barbecue (soir) 15 € x … personnes = …. €
Total …. €
Pour nous contacter
Par courrier
Hydrauxois, Moulin Durix, rue des moulins, 21140 Semur-en-Auxois
Par mail
hydrauxois@gmail.com
Par téléphone
Régine et Gilles Garraut : 06 83 52 37 52 / 03 80 97 27 11
Hébergement
Quarré-les-Tombes, ville d’accueil du Parc du Morvan, dispose de plusieurs hôtels en ville et
auberges alentour. Pour ceux qui viennent de loin, nous conseillons de profiter de ces
Rencontres hydrauliques pour découvrir la région morvandelle. Les hôtels de Quarré-les-
Tombes sont à moins de 200 m de la salle des fêtes et de son parc.
Hôtel du Nord : 03 86 32 29 30
Hôtel le Morvan : 03 86 32 29 29
Auberge de l’Âtre : 03 86 32 20 79
Vous pouvez aussi choisir de dormir à Avallon, où se tiendront les activité du dimanche
matin. La ville est située à environ une demi-heure de route du Quarré-les-Tombes et Saint-
Léger-Vauban (activités du samedi).
Pour venir dans la région
Par le train : TGV / TER en gare de Montbard ou TER en gare d’Avallon
Par la route : accès A6, sortie n°22
www.hydrauxois.org

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0

Publié le 23 Mai 2016

Un tract  provoquant , émanant du collectif anti-barrage "LES AMIS" DE LA SELUNE", soutenus par leurs lointains et inconditionnels alliés, la fédération départementale de la Manche et honteusement par le président inconscient dune AAPPMA locale, est diffusé actuellement sur internet en ciblant certaines populations de pêcheurs hostiles à la présence des barrages de Vezins et de la R.Q.B. sur la Sélune, au grand dam de ceux qui assouvissent leur passion sur les lacs (pêche des carnassiers, blancs, carpes...).

 

Ce torche-cul reprend les arguments mensongers, fallacieux et spécieux habituellement utilisés par les intégristes dune écologie punitive et politique dont 98.89 % de la population locale ne veut pas.

 

Il appelle les pêcheurs à tenir une

Grande manifestation en faveur de la destruction des barrages de Vezins et RQB le 11 Juin prochain à 11 Heures.

 

12 départements de Bretagne, Normandie et Pays de Loire sont invités à venir combattre la volonté clairement exprimée des sud-manchois de conserver leurs lacs et leurs barrages jusquà la fin de vie des ouvrages.

Transport gratuit ! Cest vous dire combien les fédérations sont riches. Elles le sont certainement beaucoup plus que leur représentativité.

CASUS BELLI

 

Cet appel à manifester est la minable expression de létat desprit de ceux qui avaient en grande pompe mais prématurément fêté leur victoire contre le bons sens populaire et la réalité scientifique. Le réalisme de la ministre de lEnvironnement et de ses experts a mis un coup darrêt inattendu (inespéré ?) au projet de destruction inconsidéré et ruineux des barrages de Vezins et RQB.

 

Il nen fallait pas plus pour quune poignée dextrémistes soigneusement manipulés décident de venir mettre le feu à notre vallée.

 

Cest une provocation que nous ne saurons tolérer.

Nous allons donc prendre toutes les mesures qui simposent pour apporter une réponse adaptée à une action irresponsable et potentiellement lourde de conséquences fâcheuses.

 

Sil en était besoin, Les Amis du Barrage pourraient accepter des soutiens plus musclés que dordinaire et que nous avions jusque-là tenus à lécart.

Je vous demande donc de vous rendre disponibles et de vous tenir prêts à la riposte.

 

Bien cordialement à vous tous,

John KANIOWSKY

Voir les commentaires

Rédigé par Pascalou

Publié dans #barrage

Repost 0

Publié le 18 Mai 2016

Le jazz s'invite à l'usine hydroélectrique de Camon

 

Visite de la centrale hydroélectrique de Camon et du système de captage des saumons.
Visite de la centrale hydroélectrique de Camon et du système de captage des saumons.

Ce week-end, l'usine hydroélectrique de Camon ouvrait ses portes aux visiteurs, dans une ambiance festive, animée par Lo Scale, une formation de trois musiciens du Gers avec Jean-louis Laclavère au piano, chant et saxo, Michel Devaux à la guitare et au chant, et André Magnoac à la contrebasse. Edith Raffin, responsable du site, a accueilli 4 groupes venus découvrir l'usine, son fonctionnement et la passe à poissons, soit une cinquantaine de personnes. Côté environnement, Stéphane Bosc, chargé de mission à l'association Migado (Association migrateurs Garonne Dordogne) présentait le système de captage des saumons. Piégés en douceur, recensés, mesurés, ils sont transportés en camion directement à l'aval de la dernière centrale hydroélectrique pour éviter les nombreux obstacles (barrages et centrales) sur la Garonne. La «dévalaison» a commencé le 2 mars et touche à sa fin. Cette année, 39 000 smolts ont été capturés à Camon et acheminés en camion à l'aval de Golfech pour rejoindre l'océan sans encombre. Ambiance et visites très appréciées.

La Dépêche du Midi

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost 0