Publié le 3 Février 2020

E.Wargon : « L'eau doit être une préoccupation aujourd'hui pour qu'elle ne devienne pas un problème demain »

Présente au Carrefour des gestions locales de l'eau, Emmanuelle Wargon, secrétaire d'État à la Transition écologique, est revenue sur les orientations du ministère, notamment sur la réutilisation des eaux usées traitées et la continuité écologique.

« Nous sommes en capacité de répondre aux enjeux [liés à l'eau] si nous nous y mettons tous », a assuré Emmanuelle Wargon, secrétaire d'État à la Transition écologique à l'occasion de la 21e édition du Carrefour des gestions locales de l'eau. Dans le prolongement des Assises de l'eau, les entreprises de l'eau et les collectivités ont répondu à cet appel sur le salon en signant, pour les premiers, une feuille de route de 22 engagements afin de s'adapter au changement climatique, et pour les seconds, en lançant un club des bonnes pratiques des économies d'eau et de tarification.

Parmi les pistes envisagées : le triplement d'ici 2025 de l'usage de l'eau non conventionnel. La secrétaire d'État a notamment indiqué qu'un groupe de travail technique, avec le ministère de la Santé, était lancé pour réfléchir et identifier les situations où les freins devront être levés pour la réutilisation des eaux usées traitées.

La tension sur la ressource implique également d'établir plus de concertation et de dialogue pour faire face aux conflits des usages. Concernant les besoins pour l'irrigation, Emmanuelle Wargon a rappelé la volonté du ministère d'étendre la méthode des projets de territoires pour la gestion de l'eau (PTGE) à une centaine de projets.

La rétablissement de la continuité écologique peut également se heurter à des enjeux comme le développement de l'hydroélectricité. Un groupe de travail pour essayer de trouver un point d'équilibre devrait également être lancé.

Enfin, concernant les points de tension autour de la définition des cours d'eau et de leur protection face aux pollutions agricoles, une nouvelle instruction devrait être envoyée aux préfets pour améliorer la situation.

Détails avec Emmanuelle Wargon Secrétaire d'État à la Transition écologique.

 

Dorothée Laperche et Florence Roussel

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost0

Publié le 3 Février 2020

RADIO PIPO .....

On entend dire !!! que les premières voutes du barrage de Vezins prendraient appuis sous la route, alors que la première est aux environs de 12 mètres de la voie !

La destruction de ces 2 voutes mettraient en péril la stabilisation de la route ?

La deuxième photo nous montre que l'entrée de la passerelle est déjà faite avant la construction des dernières voutes.

La route a été ouverte des le début de la construction du Barrage.

Photo: janvier 2020.

L’image contient peut-être : pont, plante, ciel, plein air, eau et nature
L’image contient peut-être : ciel et plein air
L’image contient peut-être : plein air
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost0

Publié le 3 Février 2020

La continuité écologique n'est qu'un élément de langage de la pub au saumon sauvage pour la pêche, élaborée par des pervers écologiques qui s'imaginent que la nature est soumise à leur volonté. Charles Darwin doit se retourner dans sa tombe.

Citation extraite de l'introduction de L'origine des espèces:

« Comme il naît beaucoup plus d'individus de chaque espèce qu'il n'en peut survivre, et que, par conséquent, il se produit souvent une lutte pour la vie, il s'ensuit que tout être, s'il varie, même légèrement, d'une manière qui lui est profitable, dans les conditions complexes et quelquefois variables de la vie, aura une meilleure chance pour survivre et ainsi se retrouvera choisi d'une façon naturelle. En raison du principe dominant de l'hérédité, toute variété ainsi choisie aura tendance à se multiplier sous sa forme nouvelle et modifiée. »

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost0

Publié le 2 Février 2020

Le Moulin Baudran opérationnel pour produire de l’électricité [vidéo]
Le dernier épisode du projet de transition énergétique au Moulin est transformé. Deux ingénieurs de la société AllyTech sont venus faire les réglages et les tests. L’installation devrait produire avec sa génératrice une production de 30 000 kW à l’année revendus à EDF.
Par Rémi LANGLOIS (CLP) - 24 janv. 2020 à 05:00 | mis à jour à 15:14 - Temps de lecture : 2 min
| Vu 1872 fois
 
 
 

Le sujet de la transition énergétique a intéressé les journalistes de France 3 Bourgogne, venus mercredi dernier, filmer la spectaculaire roue à aubes en fonctionnement et interviewer les propriétaires du Moulin Baudran, Michel et Mathieu Dauvergne.

Nous avions suivi le tout début du projet, son évolution et son installation ( nos éditions du 15 juillet et 28 décembre ) et sommes arrivés au dernier épisode, celui de l’installation du multiplicateur, de la génératrice et de l’armoire automate qui gérera le tout. Deux ingénieurs de la société AllyTech sont venus faire les réglages et les tests.

Maxime, ingénieur mécanique de la société AllyTech basée à Vourles (69) explique le fonctionnement : « À partir de l’arbre moteur, on est venu poser un accouplement pour venir accrocher à l’arbre moteur, un multiplicateur de vitesse et un alternateur pour transformer l’énergie mécanique de la roue en énergie électrique. Tout ce qui sort est envoyé à l’armoire de pilotage puis injecté sur le réseau. Cette armoire gère l’ensemble de l’installation.

Été comme hiver, dès que la roue tourne, elle produit de l’électricité

Derrière, il y a la vanne de déchargement et la vanne ouvrière qui servent à maximiser le débit d’eau qui passe dans la roue. Les vannes se règlent automatiquement en fonction du niveau d’eau légal et du débit. La roue tourne alors à plus ou moins grande vitesse, le tout piloté par l’armoire au meilleur rendement possible. Été comme hiver, dès que la roue tourne, elle produit de l’électricité. »

Michel et Mathieu Dauvergne sont véritablement heureux de voir se finaliser le projet. D’autant, qu’il a été médiatisé par le Journal de Saône-et-Loire et maintenant par France 3 Bourgogne. « Nous ne connaissons pas la date de diffusion, ni l’heure. On sait juste que ça va durer 3 minutes 30 », précise-t-il.

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost0

Publié le 2 Février 2020

Bonjour,

 

En pièces jointes, 6 articles traitant de l’Energie Hydroélectrique, parus dans le journal LA PROVENCE du mardi 21 Janvier 2020.

 

Je vous propose ci-après en résumé, quelques extraits de ces articles révélant des incohérences flagrantes quant aux jugements émanant des responsables et spécialistes de mêmes formations, sur les rôles remplis par les BARRAGES Hydroélectriques, selon qu’ils soient appréciés pour leurs UTILITES, EN PROVENCE ou arbitrairement désignés INUTILES, tout juste BONS POUR LA CASSE, dans le SUD MANCHE.

 

Louis Gontier

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Résumé :

 

  • Le syndicat mixte de l’aménagement de la vallée de la Durance estime à 100 milliards d’€ les retombées économiques annuelles générées par la Durance. La vingtaine de centrales électriques qui jalonnent le cours d’eau valent de l’OR. L’axe Durance / Verdon a la même capacité de production que 2 centrales nucléaires. Barrages et usines sont pilotables en quelques minutes.

 

  • Mr Stanislas CRENEAU responsable groupement MALMORT (5 usines 2 Barrages) explique que l’Energie hydroélectrique se distingue par sa grande réactivité 2000  dégainable en 12 minutes.

 

  • Mr Fabrice CONDOUR de la CGT hydraulique plaide, comme EDF, pour que ces installations restent dans leur giron, compte tenu de leurs connaissances des installations mais aussi de la gestion connexe à savoir, la gestion des crues, l’irrigation, et la fourniture d’eau potable.

Energie verte par excellence, l’hydroélectricité qui complète les autres Energies renouvelables, de par sa puissance et sa réactivité, pourrait s’avérer très rentable. C’est le cout de production électrique le plus bas estime Fabrice CONDOUR et ce, d’autant plus lorsque les équipements sont amortis depuis longtemps.

 

  • EDF mise elle-même sur le nouveau marché de la micro et petite hydroélectricité dont le développement a été lancé par l’état et dont le premier appel d’offre à eu lieu en 2016 puis a remporté un franc succès.

 

  • Cap Vert Energie une PME dont Mr Jean-Baptiste SALLE est le directeur et dont la stratégie est d’acquérir des petites centrales existantes.

 

  • Sur la Durance Stanislas CRENEAU est à la tête de l’un des 7 regroupements qui comprend 5 usines 2 Barrages. En amont, le piquage de SAINT-ESTEVE-JANSON constitue le principale approvisionnement de la Sté des eaux de MARSEILLE, tandis qu’en aval le Barrage de BOMPAS, près d’AVIGNON permet de dévier l’eau vers les plaines maraichères de CAVAILLON.

 

  • Christophe LONGRE directeur coordination et communication EDF hydro-Méditerranée, confie que leur gestion des stocks d’eau leur permet aussi d’anticiper les crues pour faire face aux risques d’inondations dans la région.

 

  • Marie-Noelle BATISTELLE députée de l’Isère œuvre pour que l’hydroélectricité reste une maitrise publique et échappe à la mise en concurrence. Je considère cette source d’Energie au-delà de l’outil de production extrêmement important, puisque c’est le seul à avoir une capacité importante et une flexibilité quasi instantanée.

 

C’est la première des Energies renouvelables mais elle permet aussi de compléter les autres qui sont intermittentes. C’est aussi un outil de gestion de l’eau et du risque lié à l’eau. Depuis 7 ans je m’oppose fermement à la mise en concurrence.

 

j’ai proposé de prolonger toutes les concessions qui nécessiteraient des travaux importants. Ensuite « barycentre », la solution de relier dans une même vallée toutes les installations successives et de n’en faire qu’une seule afin de mixer toutes les durées de concessions et d’en faire une échéance de renouvellement plus lointaine, pour se donner le temps de convaincre la commission Européenne.

 

Le premier ministre a dit dans son discours de politique générale, qu’il était essentiel de ne pas se séparer de ce patrimoine ???????

 

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Repost0