Affichage environnemental : les ONG de consommateurs et environnementales veulent sa généralisation

Publié le 29 Novembre 2012

Affichage environnemental : les ONG de consommateurs et environnementales veulent sa généralisation

Dans le cadre de l'expérimentation nationale sur l'affichage environnemental des produits de consommation, sept associations de consommateurs et la fédération France Nature Environnement (FNE) se sont prononcées lundi 26 novembre en faveur de sa généralisation. Elles ont remis hier à la ministre de l'Ecologie Delphine Batho leurs évaluations et leurs préconisations en la matière. 

Après avoir analysé les attentes des consommateurs, "nous demandons un affichage environnemental rendu obligatoire pour tous, établi sur la base d'un modèle-type et rendant compte des principaux impacts portés à l'environnement", indiquent les associations de consommateurs. Elles émettent toutefois "des conditions" visant à "garantir l'adhésion des consommateurs à cette nouvelle forme d'information et donc sa réussite". Pour ce faire, les associations de consommateurs estiment que l'affichage environnemental doit être de proximité, "c'est-à-dire se trouver sur le produit ou le lieu de vente avec éventuellement un complément disponible sur un site Internet dédié indépendant". Cet étiquetage doit également, selon elles, permettre "l'appropriation par tous les consommateurs des messages fournis, notamment en utilisant un vocabulaire simple et compréhensible" et "assurer la fiabilité et la transparence" des données affichées par un suivi, une évaluation et un contrôle publics. Les associations attendent que la mise en place de cet affichage se "fasse graduellement dans le temps mais de manière déterminée en fixant les échéances par familles ou catégories de produits".

Huit associations environnementales membres de FNE prônent également une amplification de la démarche jugée "réussie". La fédération a réalisé une enquête de terrain pour évaluer l'intérêt environnemental de la démarche dans une trentaine de magasins et sur autant de sites Internet. L'expérience "montre que l'affichage environnemental est devenu une réalité concrète pour de très nombreux produits et services. Quelle que soit leur taille, la plupart des entreprises qui s'étaient engagées dans la démarche sont allées au bout", indique FNE. La fédération estime qu'il s'agit d' "un outil puissant pour verdir la consommation et la production'' et formule des préconisations pour un "affichage lisible et opérationnel". "A partir des meilleures pratiques, il faut maintenant établir un cadre pour harmoniser la démarche et la généraliser, en prenant en compte chacune des grandes familles de produits et services", préconise Gaël Virlouvet,responsable Eco-consommation à FNE. "Pour que l'affichage environnemental gagne toute sa crédibilité, ce cadre devra être construit dans le dialogue".

Bilan du dispositif soumis au Parlement début 2013

Les contributions des parties prenantes à cette expérimentation, "sont en cours de collecte pour en réaliser le bilan", a indiqué le ministère de l'Ecologie. Les 168 entreprises participantes doivent encore remettre leur propre évaluation : elles "ont rempli un questionnaire détaillé, dont l'exploitation permettra de tirer profit de leur expérience et de mieux cerner leurs attentes par rapport au dispositif futur", selon le ministère qui entend exploiter l'ensemble des avis "avant d'engager le déploiement d'un dispositif prometteur".

Initialement prévu pour cet automne, le bilan de l'expérimentation sera transmis au Parlement début 2013 pour décider de la généralisation de ce dispositif, a confirmé le ministère. Cette transmission au Parlement sera précédée d'une remise pour avis au Conseil national de la consommation à la fin de cette année. Le Gouvernement soumettra ensuite "des propositions concrètes" au Conseil national de la transition écologique au premier semestre 2013, a-t-il précisé.

Rédigé par jojo

Publié dans #Articles

Repost 0
Commenter cet article