Au Mont Saint Michel, la galère des visiteurs du soir

Publié le 9 Août 2012

Au Mont, la galère des visiteurs du soir
Les navettes fonctionnent jusqu'à 1 h du matin, mais rejoindre de nuit sa voiture au parking est une petite aventure. Archives Philippe Chérel/Ouest-France
Les navettes fonctionnent jusqu'à 1 h du matin, mais rejoindre de nuit sa voiture au parking est une petite aventure.© Archives Philippe Chérel/Ouest-France
Navette, marche, parking... le nouvel accès au Mont-Saint-Michel décourage les visiteurs nocturnes, autrefois nombreux. Les touristes désertent la Merveille vers 18 h.
Reportage

Minuit passé. Les derniers visiteurs quittent la Merveille. Ils empruntent une des navettes pour les ramener à « La Caserne », où sont situés de vastes parkings. « Terminus ! Vos parkings sont à dix minutes à pied ! » Un jeune touriste contemple deux panneaux « Accès Parking »... Ils indiquent deux directions opposées ! « Je ne sais plus où est la voiture. A droite ou à gauche ? » Loïc n'entend pas le chauffeur de la navette lancer cet indice précieux : « Prenez à gauche. Ce sera plus pratique. »

Une quinzaine de touristes se sont déjà enfoncés dans une allée sombre. Reste maintenant à trouver les guichets automatiques pour payer son ticket. « Bon comment, ça marche... » Puis à localiser la voiture, dans l'immense parc plongé dans le noir. Il faut éviter arbustes et fossés. Drôle de pèlerinage.

Terrasses clairsemées

Ce nouvel accès au Mont rebute les noctambules habitués, jadis, à se garer gratuitement le soir au pied des remparts. Depuis début juillet, l'abbaye a vu le nombre de visiteurs du soir baisser de 20 %, contre 10 % de baisse dans la journée. Pour y remédier, la compagnie Veolia, chargée d'organiser les fameuses navettes, a décidé de diminuer, depuis le 1er août, le coût du stationnement à 2,50 € après 19 h. Au lieu de 8,50 €.

« Le nouveau tarif ne changera rien », prédit Amandine Frain, du restaurant du Guesclin. Sa salle, à hauteur des remparts, est aux deux tiers vide. Elle soupire : « En plein mois d'août, on devrait être plein ! Chaque soir, quand je reviens au Mont après ma pause de 18 h, je croise un flot de touristes qui s'en vont. »

« Un parc d'attraction »

Tous ceux qui travaillent ici font le même constat : le parking et les navettes stressent les visiteurs, qui ne s'attardent plus le soir. « Pourtant, les navettes font des allers-retours jusqu'à 1 h du matin. Mais l'information n'est pas encore passée », constate Coralie, vendeuse de souvenirs. Un membre de la brigade de gendarmerie du Mont note qu'il répond fréquemment aux touristes inquiets de l'heure de fermeture du site. « Il ne ferme jamais, c'est une ville ! », s'exclame le gendarme. « Le Mont est devenu un parc d'attraction médiéval... », résume Amandine Frain.

Le manque d'information est souvent cité. Une nouvelle signalétique a été installée mi-juillet, pour insister sur les horaires illimités : une navette peut être appelée à toute heure. Maela et Caroline, touristes parisiennes, avancent une autre explication : « Les gens sont habitués à payer le parking à l'heure, alors ils se dépêchent de rentrer. Il serait plus logique de faire payer la navette. »

Enfin, il y a la fatigue. « On marche déjà beaucoup pour grimper à l'abbaye. Alors, les 900 m de plus pour aller du terminus de la navette aux parkings, faut les faire... »

Gilets fluo

D'aucuns font le chemin à pied. Se pose, pour eux, la question de la sécurité. Depuis le Mont jusqu'aux parkings, à plus de 2 km, la route est sans lampadaires. « Il a fallu qu'une dame se fasse rouler sur le pied pour qu'on ajoute quelques barrières au départ, peste un chauffeur. Les touristes, surtout les asiatiques, font la traversée à pied à toute heure. » Des Japonais rencontrés sur le chemin ignoraient que la navette était gratuite. Prévoyants, des hôtels distribuent désormais des gilets jaune fluo... Siglés « mère Poulard ».

Benoît BERTHELOT.



  
Ouest-France  

Rédigé par jojo

Publié dans #Envasement de la baie du Mt St Michel

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article