Le chantier de construction-démolition du barrage de Chatou

Publié le 5 Octobre 2012

Barrage de chatou
Matthieu Bouriquet © Le chantier de construction-démolition du barrage de Chatou (diaporama)

Démarrée en 2009, la construction du nouveau barrage de Chatou (Yvelines), imaginé par l’architecte Luc Weizmann, est l’une des opérations les plus importantes jamais engagées par Voies Navigables de France (VNF). En attendant sa livraison en 2013, l'ancien ouvrage, qui doit être détruit par la suite, reste en fonction pendant la durée des travaux. Découverte du projet.

 
 
 
   
   
 


« Le barrage de Chatou est situé sur un axe fluvial stratégique à grand gabarit (Seine aval) où transitent chaque année près de 20 M de tonnes de marchandises, 24h/24. Cet ouvrage représente donc un outil central pour l’aménagement et la régulation de la Seine.» C’est en ces termes que l’architecte Luc Weizmann introduit la présentation du barrage de Chatou (Yvelines).

Niché sur l’un des axes les plus importants en France en matière de transport de marchandises entre les ports du Havre, de Rouen et la région Ile-de-France, un nouveau barrage est en pleine construction.
Ce nouvel ouvrage moderne doit à terme, c’est-à-dire en novembre 2013 se substituer à l’ancien. Un projet engendré par un diagnostic de l’ouvrage existant sans appel : «Au vu de l’état général du barrage construit en 1933 et des désordres observés sur l’ouvrage, il est apparu nécessaire de procéder à sa reconstruction complète, accompagnée de la déconstruction de l’ancienne structure », explique l’architecte. Sa particularité ? C’est un barrage mobile à vannes levantes doubles qui régule avec l’ouvrage de Bougival la retenue de la Seine jusqu’au barrage de Suresnes. «Son état de dégradation et de vétusté à tous les niveaux, c’est-à-dire, génie civil, vannes et organes de manœuvre sont bien réels», nous confie à son tour, Matthieu Bouriquet, architecte à l’agence Luc Weizmann architecte (LWA). Et d’ajouter : «On remarque des défauts importants dus au vieillissement du béton, à l’érosion des fonds, ainsi qu’à l’usure des pièces mécaniques.»C’est pourquoi, la décision de démolir entièrement l’ancien ouvrage, à l’exception de ses deux piles extrêmes pour des raisons esthétiques et techniques, a été prise par Voies Navigables de France (VNF).

Maintenir une hauteur d’eau
L’objectif de la nouvelle opération réalisée à une cinquantaine de mètres en amont de l'existant, est, entre autres, de maintenir par le biais d’un ouvrage neuf une hauteur d'eau constante pour sécuriser la navigation fluviale, améliorer les conditions d'exploitation pour les manœuvres et la maintenance et rétablir la continuité écologique avec la construction d'une passe à poissons.

«Le déplacement de l’implantation du nouvel ouvrage par rapport à celui existant permet ainsi au barrage actuel d’être en service pendant toute la durée des travaux », rappelle Luc Weizmann. Quant aux dimensions, elles seront particulièrement remarquables : depuis la rive droite jusqu’à la rive gauche, la nouvelle structure aura une largeur de 107, 50 mètres, trois passes de 30,50 mètres dont deux culées en rive et deux piles de quatre mètres ainsi qu'une passe à poissons accolée à l’édifice en rive gauche, c’est-à-dire, sur le côté îlot de Chatou.

Fiche technique
Programme: reconstruction du barrage de Chatou (Yvelines)
Maîtrise d’ouvrage : Voies navigables de France (VNF)
Architecte: Luc Weizmann architecte/ LWA
Entreprises : groupement d'entreprises comprenant Bouygues Travaux Publics (mandataire), Quille (groupe Bouygues) et EMCC (groupe Vinci).
Maîtrise d’œuvre technique : Coyne et Bellier, Spretec
Fournisseur du béton : Cemex
Fournisseur de granulats : groupe CB
Début des travaux: 2009
Date de livraison: novembre 2013
Montant des travaux: 55 M€

Découvrez la suite de l'article dédié à la construction du barrage de Chatou dès la page 2 et le diaporama en page 3.

Sébastien Chabas (02/10/2012)

Rédigé par jojo

Publié dans #Coût de l'opération

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article