Articles avec #nos arguments tag

Publié le 21 Juin 2014

Civelle : un trafic international démantelé en Charente-Maritimele 20/06/2014

La civelle, alevin d’anguille, est importée par des éleveurs chinois qui la revendent quand elle pèse 300 grammes, à plus de 500 euros le kilo. (Photo DR)

Sept personnes ont été arrêtées en Charente-Maritime dans le cadre du démantèlement d’un trafic international de civelles, dont l’exportation hors Union européenne est interdite.

Interpellés mardi 17 juin, les suspects ont été présentés jeudi 19 à un juge d’instruction et trois d'entre eux ont été mis en examen. Ils sont en majorité issues du Poitou-Charentes, selon le parquet de Saintes, qui a totalisé une vingtaine de personnes impliquées dans le département et n’exclut pas que "d’autres filières puissent être mises à jour".

Ce sont les rotations fréquentes d’un petit avion qui ont alerté la gendarmerie et provoqué des investigations dès décembre 2013. Une tonne de marchandises, de l’argent, des documents de pêche et des véhicules utilisés pour le trafic ont été saisis par la trentaine de militaires mobilisés pour l’interpellation.

"La civelle transite très probablement par les pays de l’espace Schengen pour être ensuite transférée en Asie où les gens en sont très friands", précise Philippe Boisneau, le président du comité national de la pêche professionnelle en eau douce.

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Nos arguments

Repost 0

Publié le 16 Juin 2014

Le braconnage : çà se passe comment au Canada ?

 

                       Carson Tulk de Stoneville a été reconnu coupable de capturer du saumon de l'Atlantique au filet dans les eaux continentales et d'entrave à un garde-pêche dans l'exercice de ses fonctions en vertu de la Loi sur les pêches. M. Tulk a reçu une amende de 6 000 $ et il lui est interdit à vie de pratiquer la pêche récréative. M. Tulk a été reconnu coupable le 21 février 2014 par la Cour provinciale de Gander.

Le gouvernement du Canada s'est engagé à protéger la santé et la productivité à long terme des ressources halieutiques ainsi que l'habitat dont elles dépendent, et ce, pour les générations à venir. Pêches et Océans Canada a pour mandat de protéger et de conserver les ressources de la mer et de poursuivre les contrevenants à la Loi sur les pêches. Le Ministère assure et encourage l'observation de la Loi et des autres lois et règlements connexes à l'aide de patrouilles sur terre, dans les airs et sur l'eau, de même que par des activités de sensibilisation et d'éducation.


                      La pêche illégale constitue une menace à la durabilité d'importantes ressources de pêche. Vous pouvez signaler toute activité de pêche suspecte ou infraction concernant l'habitat du poisson en communiquant avec votre bureau de Pêches et Océans Canada le plus proche. Vous pouvez aussi communiquer avec Échec au crime au 1-800-222-8477 ou visiter le site Newfoundland and Labrador Crime Stoppers (en Anglais seulement).

Faits en bref

  • Carson Tulk a été reconnu coupable le 21 février 2014 d'avoir capturé du saumon de l'Atlantique au filet dans les eaux continentales et d'entrave à un garde-pêche dans l'exercice de ses fonctions en vertu de la Loi sur les pêches.
  • Amende totale : 6 000 $.
  • Interdiction à vie de pratiquer la pêche récréative.
  • Ne doit pas se trouver à moins de 50 mètres des eaux continentales pendant 5 ans.

 

 

Quelques exemples depuis le début de l'année :

 

Condamnations et inculpations en vertu de la Loi sur les pêches pour la région de Terre-Neuve-et-Labrador

Nom et lieu de résidence

Information sur l’accusation
(article et description)

Espèce

Sanctions, confiscations, interdictions ou ordonnances

Date de conviction

Randy Robinson
Middle Arm, Green Bay (T.-N.-L.)

Article 62 de la Loi sur les pêches – Entrave à un agent des pêches. 

Alinéa 33(2)a) du Règlement de pêche (dispositions générales) – Omission de remettre à l'eau des poissons pris accidentellement dans ses filets à maquereau (saumons de l'Atlantique). 

Saumon de l’Atlantique

Amende de 1 000 $ à payer dans un délai de six mois.

 

Amende de 1 000 $ à payer dans un délai de six mois.

2014-04-23

Blake Hayden
Cape Broyle (T.-N.-L.)

Paragraphe 22(7) du Règlement de pêche (dispositions générales) – Omission de saisir complètement et avec exactitude le journal de bord, une violation d'une condition du permis.

Paragraphe 22(7) du Règlement de pêche (dispositions générales) – Pêche de la crevette dans la zone interdite de la fosse de l'île Funk, une violation d'une condition du permis. Cette zone a été interdite aux crevettiers côtiers en 2005, en raison d'inquiétudes au sujet des effets du chalutage par le fond sur les lieux de pêche au crabe.

Crevette

Amende de 1 000 $ à payer dans un délai de deux ans.

 

Amende de 5 000 $ à payer dans un délai de deux ans.

 

 

2014-04-14

Jason Burry
Portugal Cove – St. Philips (T.-N.-L.)

Paragraphe 13.1(1) duRèglement de pêche de Terre-Neuve-et-Labrador –  Dépassement de la limite de prises quotidiennes. 

Truite

Amende de 200 $ à payer dans un délai de 60 jours.

Confiscation de 10 lignes de pêche et de 19 truites.

2014-04-03

Greg Hancott
Campbellton (T.-N.-L.)

Alinéa 27c) de la Loi sur les pêches – Pêche à moins de 25 verges en aval d’une passe migratoire, d’un canal, d’un obstacle ou d’une chute. 

Paragraphe 10(2) du Règlement de pêche de Terre-Neuve-et-Labrador – Tentative de pêche de saumon de l'Atlantique à la turlutte dans les eaux continentales. 

Alinéa 14(2)a) du Règlement de pêche de Terre-Neuve-et-Labrador – Pêche dans des eaux réglementées au moyen d'une autre méthode que celle de la mouche artificielle. 

Saumon de l’Atlantique

30 jours de détention à domicile

18 mois de probation

Paiement d'un minimum de 66,66 $ par mois durant la période de probation pour s'acquitter d'une amende impayée de 1 200 $ imposée à la suite d'une infraction liée à la pêche datant de 1999.

Il lui est interdit de s'adonner à la pêche récréative et de se trouver à moins de 50 mètres de toutes eaux continentales, partout au Canada, pendant cinq ans.

2014-03-31

Rickey Elliott
Campbellton (T.-N.-L.)

Alinéa 27c) de la Loi sur les pêches – Pêche à moins de 25 verges en aval d’une passe migratoire, d’un canal, d’un obstacle ou d’une chute. 

Paragraphe 10(2) du Règlement de pêche de Terre-Neuve-et-Labrador – Tentative de pêche de saumon de l'Atlantique à la turlutte dans les eaux continentales.

Alinéa 14(2)a) du Règlement de pêche de Terre-Neuve-et-Labrador – Pêche dans des eaux réglementées au moyen d'une autre méthode que celle de la mouche artificielle.

Saumon de l’Atlantique

Amende de 3 000 $ (1 000 $ pour chaque infraction) à payer dans un délai de 18 mois.

 

Paiement d'un minimum de 166,66 $ par mois, pendant 18 mois, jusqu'à ce que la totalité de l'amende soit payée.

 

Il lui est interdit de s'adonner à la pêche récréative et de se trouver à moins de 50 mètres de toutes eaux continentales, partout au Canada, pendant cinq ans.

2014-03-31

Derrick Day
Portugal Cove (T.-N.-L.)

Paragraphe 22(7) du Règlement de pêche (dispositions générales) – Pêche de la crevette dans la zone interdite de la fosse de l'île Funk, une violation d'une condition du permis. Cette zone a été interdite aux crevettiers côtiers en 2005, en raison d'inquiétudes au sujet des effets du chalutage par le fond sur les lieux de pêche au crabe.

 

Paragraphe 22(7) du Règlement de pêche (dispositions générales) – Omission de saisir complètement et avec exactitude les zones de pêche à la crevette et ses prises dans le journal de bord, une violation d'une condition du permis.

Crevette

Amende de 4 000 $ à payer dans un délai de 12 mois.

Confiscation de 8 200 livres de crevettes saisies dont la valeur s'élève à 4 546,61 $.

Amende de 1 500 $ à payer dans un délai de 12 mois.

 

2014-03-27

Clayton Burry
St. John's (T.-N.-L.)

Paragraphe 13.1(1) du Règlement de pêche de Terre-Neuve-et-Labrador – Dépassement de la limite de prises quotidiennes.

Truite

Amende de 200 $ à payer dans un délai de 60 jours.

Confiscation de 11 lignes de pêche et de 20 truites.

2014-03-20

Joel Goodwin
Yarmouth (N.-É.)

Paragraphe 22(7) du Règlement de pêche (dispositions générales) – Omission de déclarer entièrement et avec exactitude une activité de pêche au buccin, une violation d'une condition du permis.

 

 

 

Paragraphe 22(7) du Règlement de pêche (dispositions générales) – Dépassement de la limite pêche du buccin au casier, une violation d'une condition du permis.

Buccin

Amende de 4 000 $ à payer dans un délai de 90 jours.

Mise en place d'un système de surveillance des navires (SSN) sur le bateau pendant trois ans avec des intervalles de rapports de 20 minutes. Les bateaux de cette flottille ou catégorie de permis ne sont pas normalement équipés d'un SSN. L'intervalle de rapports standard de Pêches et Océans Canada pour le SSN est toutes les heures.

 

Amende de 500 $ à payer dans un délai de 90 jours.

2014-03-19

Bradley Roberts
Pouch Cove (T.-N.-L.)

 

Paragraphe 22(7) du Règlement de pêche (dispositions générales) – Pêche de la crevette dans la zone interdite de la fosse de l'île Funk, une violation d'une condition du permis. Cette zone a été interdite aux crevettiers côtiers en 2005, en raison d'inquiétudes au sujet des effets du chalutage par le fond sur les lieux de pêche au crabe.

 

Crevette

Amende de 1 000 $ à payer dans un délai de 90 jours.

Confiscation des produits de la vente des crevettes saisies s'élevant à 1 052,94 $.

2014-03-18

Jamie Rose
St. Anthony (T.-N.-L.)

Paragraphe 22(7) du Règlement de pêche (dispositions générales) – Omission de saisir complètement et avec exactitude les zones de pêche à la crevette et ses prises dans le journal de bord, une violation d'une condition du permis.

Crevette

Amende de 7 500 $ à payer dans un délai d'un an.

Transfert de permis non autorisé tant que l'amende n'a pas été entièrement payée.

2014-03-13

Jason Sullivan
Bay Bulls (T.-N.-L.)

Paragraphe 22(7) du Règlement de pêche (dispositions générales) : Omission de remplir complètement et avec exactitude, chaque jour, le journal de bord pour les zones pêchées et les prises conservées, une violation d'une condition du permis.

Crabe des neiges

Amende de 2 500 $ à payer dans un délai de 6 mois.

Confiscation de 11 888,60 $, ce qui représente la valeur du crabe des neiges confisqué.

2014-03-07

Perry Coish
Stag Harbour (T.-N.-L.)

Article 77 du Règlement de pêche de l'Atlantique : Pêche du saumon de l'Atlantique (au filet) dans les eaux côtières pendant la période de fermeture

Article 62 de la Loi sur les pêches : Entrave à un agent des pêches

Saumon de l’Atlantique

Amende de 2 500 $ à payer dans un délai d'un an.

Amende de 1 000 $ à payer dans un délai d'un an.

Interdiction d'être dans les eaux côtières pendant deux ans.

Confiscation d'une glacière, de deux habits de pluie en caoutchouc, d'un filet de pêche au saumon et de sept saumons de l'Atlantique.

2014-03-05

Gilbert James (Jim) Cull
Stag Harbour (T.-N.-L.)

Article 77 du Règlement de pêche de l'Atlantique : Pêche du saumon de l'Atlantique (au filet) dans les eaux côtières pendant la période de fermeture

Saumon de l’Atlantique

Amende de 2 500 $ à payer dans un délai d'un an.

Interdiction d'être dans les eaux côtières pendant deux ans.

2014-03-05

Craig Gray
Lumsden (T.-N.-L.)

Paragraphe 22(7) du Règlement de pêche (dispositions générales) : Pêche de la crevette dans la zone côtière du crabe 5A, une violation d'une condition du permis.

Crevette

Amende de 5 000 $ à payer dans un délai d'un an.

2014-03-04

Gary Stuckless
Twilingate (T.-N.-L.)

Paragraphe 22(7) du Règlement de pêche (dispositions générales) : Omission de remplir complètement et avec exactitude, chaque jour, le journal de bord pour les zones pêchées et les prises conservées, une violation d'une condition du permis.

Paragraphe 22(7) du Règlement de pêche (dispositions générales) : Dépassement du nombre de casiers à crabe autorisé, une violation d'une condition du permis.

Crabe des neiges

Amende de 5 000 $ à payer en cinq versements annuels à compter du 1er juillet 2014.

Amende de 2 000 $ à payer en cinq versements annuels à compter du 1er juillet 2014.

Ordonnance en vertu de l'article 79.2 de verser 1 400 $, ce qui représente la valeur du crabe capturé et vendu illégalement.

Mise en place d'un système de surveillance des navires (SSN) sur le bateau pendant trois ans avec des intervalles de rapports de 20 minutes. Les bateaux de cette flottille ou catégorie de permis ne sont pas normalement équipés d'un SSN. L'intervalle de rapports standard de Pêches et Océans Canada pour le SSN est toutes les heures.

2014-03-03

Roger Legge
Twilingate (T.-N.-L.)

Paragraphe 22(7) du Règlement de pêche (dispositions générales) : Omission de remplir complètement et avec exactitude, chaque jour, le journal de bord pour les zones pêchées et les prises conservées, une violation d'une condition du permis.

Paragraphe 22(7) du Règlement de pêche (dispositions générales) : Dépassement du nombre de casiers à crabe autorisé, une violation d'une condition du permis.

Crabe des neiges

Amende de 5 000 $ à payer en cinq versements annuels à compter du 1er juillet 2014.  

Amende de 2 000 $ à payer en cinq versements annuels à compter du 1er juillet 2014.

Ordonnance en vertu de l'article 79.2 de verser 1 400 $, ce qui représente la valeur du crabe capturé et vendu illégalement.

Mise en place d'un système de surveillance des navires (SSN) sur le bateau pendant trois ans avec des intervalles de rapports de 20 minutes. Les bateaux de cette flottille ou catégorie de permis ne sont pas normalement équipés d'un SSN. L'intervalle de rapports standard de Pêches et Océans Canada pour le SSN est toutes les heures.

2014-03-03

Elvis Pelley
Twilingate (T.-N.-L.)

Paragraphe 22(7) du Règlement de pêche (dispositions générales) : Omission de remplir complètement et avec exactitude, chaque jour, le journal de bord pour les zones pêchées et les prises conservées, une violation d'une condition du permis.

Paragraphe 22(7) du Règlement de pêche (dispositions générales) : Dépassement du nombre de casiers à crabe autorisé, une violation d'une condition du permis.

Crabe des neiges

Amende de 3 000 $ à payer en cinq versements annuels à compter du 1er juillet 2014.

Amende de 1 000 $ à payer en cinq versements annuels à compter du 1er juillet 2014.

Confiscation de 1 913 lb de crabe des neiges d'une valeur de 3 500,79 $.

2014-03-03

Ernest Warren
Norman’s Cove (T.-N.-L.)

Article 62 de la Loi sur les pêches – Entrave à un agent des pêches.

Alinéa 14(1)b) du Règlement de pêche de l'Atlantique – Pêche du homard sans permis.

Alinéa 14(1)b) du Règlement de pêche de l'Atlantique – Pêche du homard durant une période de fermeture.

Homard

Amende de 500 $ à payer dans un délai d'un an.

 

Amende de 250 $ à payer dans un délai d'un an.

 

Amende de 250 $ à payer dans un délai d'un an.

2014-02-25

Carson Tulk
Stoneville (T.-N.-L.)

Paragraphe 10(2) du Règlement de pêche de Terre-Neuve et Labrador : Capture de saumon au filet dans les eaux continentales

Article 62 de la Loi sur les pêches : Entrave à un garde-pêche

Saumon de l’Atlantique

Amende de 5 000 $ à payer dans un délai de deux ans.  

Amende de 1 000 $ à payer dans un délai de deux ans.

Interdiction de se trouver à moins de 50 mètres des eaux continentales pendant cinq ans.

Interdiction à vie de pratiquer la pêche récréative.

Confiscation d'un filet de pêche au saumon.

2014-02-21

 

  Édifiant ! non !

 

http://www.canada.ca/fr/index.html?_ga=1.90431898.1023239596.1402427176

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Nos arguments

Repost 0

Publié le 7 Juin 2014

peril-en-baie.jpgperil-en-baie-001.jpgperil-en-baie-002.jpg

La Manche libre

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Nos arguments

Repost 0

Publié le 6 Juin 2014

La paille, alternative pour réduire les impacts environnementaux de l'élevage porcin

Le CGDD préconise d'accentuer la recherche sur le système de production porcin sur paille et de développer un référentiel technique. L'objectif : une meilleure diffusion de cette pratique, qui permet de réduire les rejets azotés.

En 2012, dans le cadre du projet agro-écologique, la présidente de l'Inra Marion Guillou se voyait confier la mission d'identifier les systèmes de production agricoles innovants, conciliant performances économiques et environnementales. "Le rapport remis en juin 2013 met en avant, pour l'élevage porcin, le système de production de porcs sur paille", souligne le Commissariat général au développement durable (CGDD), qui a publié le 14 mai une étude sur ce sujet.

Parmi les avantages liés à cette pratique, le CGDD souligne la réduction des rejets azotés mais aussi les bénéfices agronomiques et le bien-être animal. Bien que mis en œuvre depuis une vingtaine d'années, l'élevage porcin sur paille n'a été adopté que dans 5% des élevages français. Le CGDD étudie donc les freins au développement de ce système, à partir des résultats d'une enquête menée par des chercheurs auprès d'éleveurs porcins des Côte-d'Armor.

"Espérons que cette validation économique et environnementale permettra d'impulser enfin cette évolution, défendue de longue date par notre association, notamment sur les bassins versants sensibles (algues vertes, captages...)", analyse l'association Eau et Rivières de Bretagne.

Des avantages environnementaux non négligeables

Alors que la France est sous contentieux européen au sujet de la pollution des eaux par les nitrates d'origine agricole, l'élevage sur paille pourrait constituer une réponse à la mise en place du cinquièmeprogramme d'action Nitrates. En effet, face aux exigences en matière de réduction des émissions (effluents azotés, phosphore…), "les exploitations naisseurs-engraisseurs de moins de 150 truies, encore nombreuses, pourraient se trouver plus particulièrement fragilisées, n'étant pas toutes capables de faire face à des investissements lourds dans une station de traitement collective (et encore moins dans un méthaniseur)".

Le système de production sur paille permet de réduire les rejets azotés sans investissement massif. De plus, il serait possible d'exporter plus facilement les effluents d'élevagegrâce au taux de matière sèche élevéCe fumier peut être utilisé pour améliorer le taux de matière organique dans les sols : "Les agriculteurs passés à une conduite sur paille qui épandent depuis maintenant plus de dix ans du fumier sur leurs terres, observent un effet positif sur le tallage du blé, ainsi qu'un effet tangible sur leur rendement en maïs", souligne le CGDD.

Face à l'extension de la réglementation au phosphore (dans l'hypothèse de plafonnement des apports à hauteur de 85 kg de P2O5 par hectare), l'élevage sur paille est également avantageux. Le CGDD estime que,"sous réserve de pouvoir céder cet engrais organique, les possibilités d'exportation du fumier composté mettent les élevages sur litière relativement à l'abri d'un plafonnement des apports de phosphore à l'hectare, et ce à moindre frais d'investissement". En effet, les éleveurs devraient réduire les apports de fumier, riche en phosphore, de 9 à 5 tonnes par hectare.

Accélérer la recherche pour mieux diffuser cette pratique

En outre, note le CGDD, ce système permettrait d'améliorer le bien-être animal, de diminuer les odeurs liées à l'élevage et de créer "une ambiance de travail plus agréable (aération, lumière, moindresémanations d'ammoniac et fréquence réduite des traitements vétérinaires sur les animaux…)".


Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Nos arguments

Repost 0

Publié le 6 Juin 2014

Gestion des eaux de pluie : l'infiltration, la solution de demain ?

Lors d'une journée technique tenue le 20 mai à Lyon, différents opérateurs ont présenté leurs retours d'expérience d'une gestion alternative des eaux pluviales. Ces techniques répondent aux enjeux d'évolution des réseaux et de changement climatique.

"Nous observons un retour du cycle de l'eau dans la ville", a constaté Jérôme Champres, chef de projet paysage, écologie urbaine et urbanisme au Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema), lors de la journée technique du 20 mai à Lyon "Osons désimperméabiliser les sols". "Les techniques sont simples, l'innovation est plutôt dans le concept", ajoute le professionnel. Car si les techniques déployées pour infiltrer les eaux pluviales sont en effet aujourd'hui bien connues, leurs prises en compte et intégration depuis quelques années dans la ville marquent un tournant par rapport à une conception où le tout réseau prédominait.

Au vu des enjeux du changement climatique et de la densification urbaine, ce changement de cap s'avère essentiel. Les espaces végétalisés et points d'eau constituent en effet une des solutions pour lutter contre l'effet "îlots de chaleur" des surfaces urbaines (qui réfléchissent une grande partie du rayonnement solaire au lieu de l'absorber). "Nous avons constaté une différence de 10°C entre le quartier d'affaire de la Part-Dieu et le long des quais du Rhône ou de la Saône, les jours de canicule", illustre Martin Guespereau, directeur de l'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse (RMC).

Autre apport de cette approche alternative : elle limite l'engorgement des réseaux d'assainissement et les risques d'inondations avec une eau polluée lors d'épisodes pluvieux.

"200 villes de plus de 2.000 habitants du bassin doivent faire face à un débordement même sous de faibles pluies, jusqu'à parfois deux jours sur trois", déplore Martin Guespereau.

Sur ce point, le très attendu projet de révision de l'arrêté du 22 juin 2007 a été relancé au début du mois de mai.

Distribution de kits de jardins de pluie pour encourager l'infiltration

Afin de développer l'infiltration de l'eau de pluie en ville, des initiatives émergent. Ainsi, nos voisins anglo-saxons encouragent ces approches à travers la distribution de kits de "Raingardens" ou "jardins de pluie" (Programme "10.000 jardins de pluie" en Australie).

En France, les  outils d'incitations passent par des dispositifs réglementaires comme l'application de la directive cadre sur l'eau, le plan national nature en ville (qui mentionne les jardins de pluie), la trame verte et bleue, etc.  Ainsi certaines villes, comme Aix-les- Bains ont choisi d'introduire une limite dans leur plan local d'urbanisme (PLU) : le débit de fuite devra être inférieur à 3 litres par seconde et par hectare pour tout projet supérieur à 500 m2 de surface de plancher créant une surface nouvelle imperméabilisée. Un seuil qui encourage l'infiltration à la parcelle.

Initier un aménagement qui recourt à une gestion alternative de l'eau pluviale demande une concertation des acteurs impliqués, selon les intervenants de la journée technique.

Le parc de Ouagadougou à Grenoble a ainsi bénéficié de plusieurs ateliers participatifs pour intégrer les habitants au projet. Reposant sur une ancienne friche industrielle, ce dernier utilise l'eau de pluie collectée sur les voiries et les toitures des habitations construites à proximité (Zac de Teisseire) pour irriguer ses jardins (collecte à ciel ouvert).

L'espace a été aménagé de manière à permettre un écoulement gravitaire de l'eau (le parc a été creusé et le remblai utilisé pour faire une prairie en pente). Une zone humide, située en contrebas, permet d'absorber l'excédent d'eau en cas de très fortes pluies.

Autre illustration d'une nécessaire concertation : l'espace est géré à la fois par les services de la voirie et des espaces verts.

La ville de Grenoble s'est également adaptée aux contraintes particulières de ce parc : pour éviter d'endommager les plantes, en guise de salage des voiries, des coquilles des noix (spécialité locale) sont pulvérisées afin d'éviter les glissades.

Le projet a dû toutefois faire face à une difficulté liée à la fois au planning et à la communication : les logements de la Zac Teisseire ne prévoyaient pas les dispositifs nécessaires à la récupération de l'eau de pluie des toitures. Et leur phase de construction était prévue en amont de celle du parc. Les concepteurs du parc ont toutefois pu réaliser le projet initial, fonctionnel, grâce au retard pris dans la conception de certains bâtiments : ils ont pu intégrer, dans ces derniers, les dispositifs de récupération des eaux pluviales.

Une gestion du risque à prévoir

Si les espaces créés présentent une dimension récréative et paysagère, les opérateurs doivent toutefois prendre en compte la problématique "gestion du risque et comment s'en prémunir" (accès autorisé lors d'une faible hauteur d'eau, restriction à déterminer en cas de risque de noyade).

Outre la nécessité de savoir quels sont les services concernés par l'entretien, les ouvrages, peuvent également rencontrer des difficultés inattendues : le curage des noues peut ainsi se compliquer lors de l'apparition d'espèces protégées.

"Nous n'avons rencontré aucun problème de curage des ouvrages : qui n'ont jamais été curés ni vidangés sans que les sédiments ne saturent les noues", constate toutefois Elisabeth Sibeud, responsable du service étude de la direction de l'eau du Grand Lyon à propos de l'aménagement de Porte des Alpes. Le site du parc technologique de 250 hectares présente la particularité de ne pas pouvoir être raccordé aux réseaux de collecte de l'agglomération tout en disposant d'un sol imperméable.

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Nos arguments

Repost 0

Publié le 3 Juin 2014

Barrages : Bernard Pinel milite pour leur maintien

Bernard Pinel, conseiller général et maire honoraire, ne veut pas de l'effacement des barrages.« Cela est très grave, les différentes raisons pour le maintien doivent interpeller toute la population locale. » Il constate que ces ouvrages sont reconnus d'une très grande qualité de solidité et sont utiles pour protéger les secteurs situés en aval.

« Ne sont-ils pas producteurs d'énergie ? Et ils ne sont pas contestables pour la qualité de l'environnement. Ne sont-ils pas utiles également pour maintenir une réserve d'eau de sécurité pour répondre aux sécheresses avec l'exemple de 1976, qui a vu certains cours d'eau asséchés pendant tout l'été ? Et ils sont des régulateurs de circulation de l'eau provenant de quelques dizaines de kilomètres en amont. Ne sommes-nous pas à la veille de subir les mêmes catastrophes que viennent d'éprouver les côtes du Sud ouest de la France et de la Bretagne ? N'ont-ils pas subi des pertes humaines et matérielles qui peuvent nous faire réfléchir ? »

De son avis la région de Ducey et de Poilley ne sera pas épargnée si l'on se réfère aux crues de 1910 qui les ont inondées. Si les régions de Mortain, Landivy étaient copieusement arrosées cela offrirait selon lui une coulée d'eau, d'une puissance non mesurable, dans un couloir sans obstacles car les zones noyées par les barrages n'offrent plus de talus et d'arbres ou les prés étaient nombreux avant la présence des lacs.

Dans la présentation du projet de l'arasement des barrages, il n'est pas indiqué la garantie de sécurité protégeant Ducey et Poilley. « En soulignant qu'il est d'usage, en principe, je crois qu'il faut une enquête d'utilité publique. Que deviendront les activités locales de loisirs de la Mazure et de Saint-Martin-de-Landelles, en y ajoutant celles liées aux plans d'eau avec des dizaines d'emplois concernés et l'enjeu des investissements qui ont été créés ? »

Et de conclure : « Arrêtons les frais et recherchons avec bon sens l'avenir de ces lacs qui malheureusement supprimés laisseront des traces non mesurables pour notre région. Restons vigilants avec l'espoir du maintien. »

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Nos arguments

Repost 0

Publié le 31 Mai 2014

barrage.jpgbarrage-001.jpgbarrage-002.jpg

La Manche Libre

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Nos arguments

Repost 0

Publié le 28 Mai 2014

Classement des cours d'eau : la réaction de France Hydro Electricité

France Hydro Electricité réagit de manière balancée à la décision du Conseil constitutionnel relative au classement des cours d'eau. D'un côté, le syndicat national de la filière de la petite hydroélectricité se félicite de la décision qui reconnaît le non-respect par la loi du principe à valeur constitutionnel de participation du public. De l'autre, il regrette l'absence d'abrogation des classements concernés.

Le syndicat professionnel espère que cette décision "incitera l'Administration à mieux organiser les consultations à venir sur la future révision des classements et des schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux (Sdage) afin que soient véritablement pris en considération les avis des différentes parties prenantes concernées".

France Hydro Electricité considère les classements des cours d'eau prévus par l'article L. 214-17-1 du code de l'environnement comme "un véritable progrès pour la protection des rivières grâce à l'établissement de critères objectifs" et dit s'engager dans "une démarche d'amélioration continue des centrales existantes sur les cours d'eau classés". En revanche, le syndicat déplore l'absence de véritable consultation des parties prenantes ainsi que la "relative faiblesse" des évaluations environnementales. C'est la raison pour laquelle, explique-t-il, il a engagé des recours contre les classements afin de demander "un rééquilibrage entre les intérêts énergétiques et écologiques".

"Les masses d'eau sur lesquelles sont installées les petites centrales hydroélectriques ne sont pas en moins bon état que celles où il y en a pas", plaide l'organisation professionnelle qui souhaite rester "un partenaire de discussion et de progrès". Alors que la loi sur la transition énergétique est en cours d'arbitrage, "condamner le potentiel hydroélectrique revient à tourner le dos à une énergie renouvelable à la fois finale, décentralisée", avertit France Hydro Electricité.

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Nos arguments

Repost 0

Publié le 27 Mai 2014

Le coût du nucléaire de plus en plus lourd en France selon la Cour des comptes

Selon un rapport de la Cour des comptes publié ce mardi 27 mai, le coût de production du nucléaire en France a bondi depuis 2010. Il va continuer à augmenter en raison de la vieillesse des centrales.

N.G. avec agences
Le 27/05/2014 à 11:34
Mis à jour le 27/05/2014 à 11:52
Les coûts de production du nucléaire en France ont bondi de 20% en trois ans, selon la Cour des comptes. (Vincent Kessler - Reuters)

Les coûts de production du nucléaire en France ont bondi de 20% en trois ans, selon la Cour des comptes. (Vincent Kessler - Reuters)

1 / 1

Près de 20% de hausse. Les coûts de production de la filière nucléaire en France ont crû de 19,2% entre 2010 et 2013. C'est la conclusion de la Cour des comptes, dans son rapport commandé par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur ce thème, et publié ce 27 mai. Ces coûts vont continuer d'augmenter, estime la Cour.

Des conclusions que l'institution de la rue Cambon avait déjà anticipé dans son précédent rapport de 2012 sur les frais de la filière en 2010. En cause: le vieillissement des centrales de l'Hexagone.

Le prix du mégawatheure, lui, a augmenté de 20,6%, en euros courant. En euros constant, la hausse serait moindre, à 16%. Il est passé de 49,6 euros en 2010, à 59,8 en 2013. Avec un impact direct sur le consommateur puisque, selon les magistrats, les coûts de production nucléaire compte pour 40% du prix payé par les clients. Les tarifs réglementés de l'électricité ont d'ailleurs augmenté de 5% en France en août 2013, et une hausse similaire doit intervenir cet été.

La maintenance très coûteuse

 
 

Cette forte poussée est principalement due aux investissements de maintenance, qui ont bondi de 117,7% en trois ans, constate la Cour. Cette ligne de dépenses est celle qui a le plus fortement augmenté, loin devant les provisions pour la gestion des déchets et du combustible usé (+14,8%), celles liées au démantèlement (+12,8%), et les dépenses d'exploitation (+10,9%).

En valeur absolue, ce sont les dépenses d'exploitation, qui concernent l'achat de combustible, les salaires, les impôts et la logistique, qui coûtent désormais le plus cher. Elles sont passées de 9 milliards d'euros en 2010 à plus de 10 milliards en 2013. Elles pèsent le plus dans le coût du mégawatheure, pour 41% du total.

Les "investissements de maintenance, en particulier de sûreté, n'ont pas encore atteint leur maximum; ils devraient encore sensiblement progresser jusqu'en 2017, avant de commencer à diminuer", souligne la Cour des comptes.

90 milliards d'ici à 2033

EDF avait déjà indiqué que ses dépenses pour augmenter la durée de vie –normalement de 40 ans- des 58 réacteurs qu'il exploite atteindraient 55 milliards d'euros d'ici 2025. Un montant que la Cour juge optimiste: elle-même prévoit qu'il lui en coûtera environ 90 milliards entre 2011 et 2033.

Dans le cadre de la transition énergétique, François Hollande s'est engagé à ramener de 75% à 50% la part du nucléaire dans la production totale d'électricité en France en 2025. La Cour appelle l'Etat, qui détient 84,4% du capital d'EDF, à se prononcer rapidement sur un éventuel prolongement du parc existant au-delà de 40 ans. De quoi "permettre aux acteurs, notamment à EDF, de planifier les actions et les investissements qui en résulteront".

Voir les commentaires

Rédigé par jojo

Publié dans #Nos arguments

Repost 0

Publié le 9 Mai 2014

Rédigé par jojo

Publié dans #Nos arguments

Repost 0