Le potentiel hydroélectrique ignoré de la France

Publié le 22 Mai 2015

Le potentiel hydroélectrique ignoré de la France

Publié le 20 juillet 2014

Estimation du potentiel hydroélectrique

FHE (France Hydro électricité) a estimé le potentiel des seuils à 1,1TWh

potentiel hydro de la France (FHE)

http://www.france-hydro-electricite.fr/lenergie-hydraulique/les-perspectives/evaluation-du-potentiel

L’ONEMA a inventorié ~60 000 seuils (ROE) et insiste surtout sur le nombre important de seuils sans usage ce qui permet, faisant fi de l’esprit colibri, de tourner en dérision leur potentiel national et de préconiser leur destruction. C'est un point de vue.

L’estimation du potentiel se réfère aux schémas classiques et fait l’objet, au mieux de timides prospectives (turbiner l’eau potable), au pire de les décourager voire de les interdire dès qu'il s'agit de remettre en fonction (au lieu de les stigmatiser) des seuils réputés sans usage ou de créer des chutes.

le potentiel hydroélectrique au regard mi-clos des ONG

FNE titre : « hydroélectricité : la France a atteint la limite de son potentiel ». Ce message subliminal avec œillères nous inspire plutôt que « FNE a atteint ses limites ». Il serait au contraire pertinent de susciter des prospectives dans le cadre de la transition énergétique. Rien de tel à espérer.

L’intérêt de ces canaux dépasse largement le volet industriel. Au plan écologique, ils permettent la recharge des nappes phréatiques et ont d’autres fonctionnalités. On observe sur les photos ci-dessous le nombre important d’arbres morts dans la pente en amont du bief alors que leur état sanitaire est excellent en aval. (cet intérêt n’a pas échappé aux Suisses)

Cet exemple intéressant découvert grâce à l'IGN (Institut Géographique National)

Avant 1980, pour confirmer les investigations de terrain, nous utilisions les photos aériennes noir et blanc, vendues après commande écrite accompagnée d’un chèque de règlement à l’IGN…puis les photos couleur. Nous apprécions d’autant mieux le progrès qui nous permet de travailler avec géoportail et autres SIG (système d'information géographique). C’est par hasard que notre attention s’est dirigée immédiatement sur cet endroit "curieux" : de part et d’autre d’un cours d’eau, deux canaux, dont un s'élargit vers le sud.

canal écologique

canal d'amenée

Un zoom fébrile, un clic rapide de retour sur la carto pour confirmation par la lecture des courbes de niveau… pas de doute, c'est du beau travail.

énergie écologique 1200 kW

Nous l’avions imaginé (c’est déjà pas mal)…d’autres l’ont fait ! (c’est beaucoup mieux) : dériver une partie du module d'un cours d’eau dans un bief à très faible pente qui se termine le plus loin possible par une chute.

1: cours d’eau principal
bief 1 : canal pouvant dériver 90% du cours d’eau principal qui se termine par une chute. A ce stade, le dispositif est déjà satisfaisant.L’intérêt de cet exemple consiste à optimiser le potentiel de la chute en augmentant le volume à turbiner. Comment augmenter ce débit ? réponse: en cherchant à récupérer l’eau des affluents.
2: cours d’eau affluent du "1"
bief 2 : canal dérivant 90% de l’affluent pour aller les mettre à disposition du" bief 1"

Une estimation rapide situe le potentiel brut de ce site à ~1200 kW. Peu importent les chiffres exacts : c’est la valeur de l’exemple qui compte.

En créant des chutes moyennes de 30 à 50 m, on valorise évidemment bien mieux le module que par les basses chutes des moulins édifiés au fil de l’eau.

Ce mode de valorisation, duplicable chaque fois qu'il y a de l'eau et de la pente, n’est pas étudié ni pris en compte dans le potentiel hydroélectrique de la France.

lire: http://cedepa.wordpress.com/2012/05/08/canal-ecologique/

Rédigé par jojo

Repost 0
Commenter cet article